L’ancien Premier ministre Manuel Valls a dénoncé mercredi soir le polémiste « antisémite et raciste » Dieudonné, jugeant « insupportable » qu’il puisse continuer à « se produire » en spectacle.

« Quand j’ai appris qu’il avait réuni » dimanche à Marseille « plusieurs milliers de personnes qui l’avaient applaudi à la fin debout, j’ai réagi » parce que « là, il y a un problème profond dans le pays », a déclaré le député de l’Essonne dans un discours au dîner annuel de Radio J, dont il était l’invité d’honneur.

Dieudonné « est antisémite et raciste et il a été condamné pour cela (…) C’est insupportable qu’il puisse se produire. Heureusement, il y a des actions qui sont en cours mais il se produit ! Et, en se produisant, il gagne de l’argent et il peut ainsi continuer à se produire… », a souligné celui qui, alors ministre de l’Intérieur, avait fait interdire en janvier 2014 le spectacle du polémiste, condamné notamment pour incitation à la haine et propos antisémites.

« Aujourd’hui, ceux qui vont à son spectacle y vont en toute connaissance de cause. Ils savent qu’ils ne vont pas à un spectacle d’un humoriste, ils savent qu’ils vont à un spectacle de celui qui produit un discours de haine, qui est l’ami de ce néo-nazi qui s’appelle (Alain) Soral », a déploré Manuel Valls.

« C’est quelqu’un qui a façonné l’esprit d’un certain nombre de jeunes, un public pas seulement celui des quartiers populaires mais aussi de classes moyennes », a-t-il ajouté.

Alain Soral (Crédit : capture d’écran DailyMotion)

« Avec Soral, ils ont réussi à faire », a souligné l’ex-Premier ministre, « la synthèse entre l’antisémitisme traditionnel de l’extrême droite et l’antisémitisme né plus récemment dans nos quartiers populaires et porté essentiellement par des jeunes de ces quartiers, originaires du Maghreb et surtout de confession musulmane puisqu’il faut dire les choses clairement ».

Malgré « la mobilisation » post-attentats de 2015, « malgré cette prise de conscience », a-t-il regretté, l’antisémitisme, « ça continue » et « ça veut dire que le mal est profond ».

« Quand on s’attaque aux juifs de France, on s’attaque à tous » les Français, a affirmé Valls. « Donc, il faut parler fort, ne pas avoir peur (…) C’est pour cela que je me suis de nouveau engagé alors qu’il aurait été peut-être plus sage d’observer un peu de silence (…) Je ne me tairai pas parce que c’est une bataille politique essentielle pour notre civilisation ».

« Il n’y a rien de pire que ceux qui doctement vous disent ‘Attention aux mots, il faut apaiser’, ‘Ni Charlie Hebdo, ni (Edwy) Plenel’, ‘Ni Plenel, ni Valls’, ‘Ne parlons pas des sujets qui divisent’… Mais ce sont eux les Tartuffe ! », a lancé M. Valls.

Dieudonné en train de faire une quenelle (Crédit : capture d’écran YouTube)