Le président du Conseil européen a retiré de son site personnel un poème écrit par un prêtre flamand pro-nazi, suite aux protestations d’une organisation juive de Belgique.

Herman Van Rompuy a affirmé que le poème « De Meeuw » (« La Mouette ») écrit par Cyriel Verschaeve était l’œuvre préférée de sa belle-mère, a rapporté mardi le Daily Mail.

Verschaeve (1874-1949)  fut un prêtre nationaliste flamand et un grand admirateur de la culture impériale allemande. Après l’occupation de la Belgique par le régime nazi, il a recruté des soldats volontaires au sein de la branche flamande de l’Allgemeine-SS (« SS Générale ») et a été nommé par les nazis à la tête du conseil culturel flamand. Il a rencontré Heinrich Himmler en 1944.

Après la guerre, Verschaeve s’est réfugié en Autriche et a été condamné à mort par contumace par un tribunal belge. Sa dépouille a été transférée en Belgique, plus de vingt ans après sa mort. Les nationalistes flamands les plus radicaux continuent de célébrer son héritage.

Dans ses pamphlets politiques, Verschaeve compare les Juifs à de « la mauvaise herbe » et à de la vermine.

Dans ses pamphlets politiques, Verschaeve compare les Juifs à de « la mauvaise herbe » et à de la vermine.

La Ligue belge contre l’antisémitisme (LBCA) a salué la décision de Van Rompuy, le remerciant dans un communiqué pour « l’écoute attentive dont il a fait preuve au cours des échanges mutuels de ces derniers jours, ainsi que pour la suite favorable qu’il a réservée à la demande exprimée par la LBCA de bien vouloir retirer de son site le poème ‘La Mouette’ de Cyriel Verschaeve. »

La LBCA a reconnu que le poème ne contenait « aucune référence antisémite et qu’il se trouvait sur le site de Herman Van Rompuy pour des raisons d’ordre personnel n’ayant aucun rapport avec les convictions politiques de l’auteur. »

Van Rompuy a occupé le poste de Premier ministre belge de 2008 à 2009 et exerce actuellement son second mandat à la tête du Conseil européen.