La Pologne a depuis longtemps protesté contre l’emploi de la phrase « camps de la mort polonais » dans les informations liées aux camps de concentration et d’extermination nazis construits sur le territoire polonais pendant la Seconde Guerre mondiale. A présent, le nouveau ministre de la Justice du pays veut pénaliser ceux qui emploient cette phrase.

Zbigniew Ziobro a déclaré dimanche que le gouvernement rédigera de nouvelles régulations pour mettre fin aux « blasphèmes » des Polonais dans le monde pour l’identification erronée des camps de la mort nazis sur le sol polonais avec l’Etat polonais.

« Cela sera un projet qui répondra aux attentes des Polonais, qui sont blasphémés dans le monde, en Europe, même en Allemagne, qu’ils sont les auteurs de l’Holocauste, qu’en Pologne il y a avait des camps de concentration polonais, des chambres à gaz polonaises », a déclaré Ziobro à la radio RMF, cité par Reuters.

« Assez avec ce mensonge. Il doit y avoir des responsabilités », a-t-il déclaré.

Le ministre polonais de la Justice Zbigniew Ziobro. (Crédit : capture d'écran YouTube)

Le ministre polonais de la Justice Zbigniew Ziobro. (Crédit : capture d’écran YouTube)

Les camps les plus efficaces de la machine d’extermination nazie ont été construits en Pologne. Ils comprennent les camps d’Auschwitz-Birkenau, de Sobibor et de Treblinka.

La phrase « camps de la mort polonais » est souvent trouvée dans des publications en dehors de la Pologne. Le pays a été occupé par les nazis et les Polonais veulent largement être perçus comme des victimes du troisième Reich.

Ziobro, a annoncé Reuters, a déclaré avoir présenté le projet au Premier ministre Beata Szydlo et qu’elle avait réagi positivement.