Le conseil municipal de Tel Aviv a voté lundi un amendement à une réglementation locale, permettant à un nombre limité de marchés et de supérettes de rester ouverts pendant shabbat et les fêtes juives.

La décision finale est entre les mains du le ministère de l’Intérieur, qui doit approuver l’amendement pour qu’il prenne effet.

Il est interdit de mener des activités commerciales en Israël entre le coucher du soleil vendredi et la tombée la nuit samedi. Les commerces qui restent ouverts doivent fréquemment payer de petites amendes de quelques centaines de shekels.

Selon l’amendement, un certain nombre de commerces sur les principales artères de Tel Aviv obtiendront des certificats de 5 ans pour fonctionner légalement à des horaires interdits pour l’instant.

« Comme dans d’autres domaines, Tel Aviv-Jaffa doit être à l’avant-garde », a déclaré le maire Ron Huldai lors d’un débat sur l’amendement, selon la Dixième chaîne de télévision israélienne.

« Nous ne devons pas transformer cette question en guerre de religion », a-t-il ajouté. « Nous sommes tous juifs et le judaïsme a toujours eu plusieurs visages. Je suis un Juif fier, qui fait du shabbat un jour de repos, mais d’une manière différente d’autres Juifs. »

En juillet dernier, la Cour suprême a contraint la municipalité de Tel Aviv de prendre des mesures contre les commerces fonctionnant à shabbat.

Dans son jugement, l’institution a estimé que les amendes symboliques contre ceux qui enfreignent la loi n’étaient pas suffisantes et a demandé à la ville d’ « appliquer la loi. »