Le comité Shaked, chargé d’élaborer les détails d’un projet de loi rendant obligatoire le service civil ou militaire pour les Israéliens ultra-orthodoxes, a accepté de réduire le service militaire pour les hommes ultra-orthodoxes à 32 mois, contre 36 à l’heure actuelle.

Le changement s’appliquera uniquement au personnel de soutien, qui comprend la majorité des conscrits. Les soldats combattants continueront à servir 36 mois, soit trois années entières.

Les représentants de l’armée au sein du comité ont approuvé le principe du changement, mais ont exigé une extension du service des femmes à 28 mois (contre 24 à l’heure actuelle) pour combler le déficit.

La décision de réduire la durée du service a suscité la réaction enflammée du député Moti Yogev (HaBayit HaYehudi), qui a qualifié la proposition de « peu professionnelle et irresponsable » et a averti qu’elle nuirait à l’efficacité opérationnelle de l’armée.

Le comité, dirigé par la député de HaBayit Hayehudi Ayelet Shaked, doit présenter la nouvelle version du texte pour une deuxième lecture à la Knesset en mars.

Le comité doit se réunir à nouveau mercredi pour débattre du sujet sensible du service des ultra-orthodoxes ainsi que de la question des sanctions pénales contre tous ceux qui manquent à leur devoir d’engagement.

Le ministre des Finances Yair Lapid, président de Yesh Atid, a déclaré samedi que son parti se retirerait de la coalition au pouvoir si une loi rendant obligatoire le service militaire ou civil pour les ultra-orthodoxes n’était pas approuvée.

La mise en place d’une telle loi fut l’un des axes majeurs du programme de Yesh Atid lors des dernières élections législatives.

L’arrestation d’un homme ultra-orthodoxe ayant refusé de s’engager dans l’armée a déclenché, la semaine dernière, des protestations de masse à travers le pays.

Des milliers de manifestants haredim ont réclamé la libération immédiate du jeune homme de prison militaire et ont demandé au gouvernement de restaurer les financements aux écoles religieuses, gelés en début de semaine dernière par le ministère des Finances.

Lapid avait alors mis un terme aux financements aux écoles fréquentées par des hommes ultra-orthodoxes refusant de s’engager dans l’armée. Le gel des fonds est intervenu seulement quelques heures avant que les sommes soient versées.