Victimes de l’attentat de Jérusalem : des hommes « joyeux », des « héros »
Rechercher

Victimes de l’attentat de Jérusalem : des hommes « joyeux », des « héros »

Le rabbin Reuven Birmajer, 45 ans, laisse derrière lui 7 enfants ; Ofer Ben Ari, 46 ans, était « un homme en or » selon sa fille

Scène de l'attaque au couteau dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 23 décembre 2015 (Crédit : ZAKA)
Scène de l'attaque au couteau dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 23 décembre 2015 (Crédit : ZAKA)

Les familles et les amis pleurent deux Israéliens tués à Jérusalem dans une attaque terroriste mercredi, un hiérosolomytain accidentellement blessé par la police et un rabbin né en Argentine poignardé à mort par les deux terroristes palestiniens.

Le rabbin Reuben Birmajer, père de sept enfants et membre du personnel enseignant de la yeshiva Aish Hatorah, est mort après avoir souffert de profondes blessures à l’arme blanche alors qu’il quittait la Vieille Ville de Jérusalem par la porte de Jaffa mercredi.

Une seconde personne poignardée pendant l’attaque a été hospitalisée pour des blessures sérieuses.

Birmajer, résident de la banlieue de Jérusalem Kiryat Yearim, a été enterré tard dans la nuit au cimetière Har Hamenuchot dans la banlieue Givat Shaul de la capitale.

Il était un homme « plein de joie et de vie », a déclaré Zvi Klor, directeur du programme de langue espagnole à la yeshiva Aish hatorah de la Vieille Ville, selon le site d’informations NRG.

Né à Buenos Aires dans une famille laïque, Birmajer, 45 ans, a déménagé en Israël il y a cinq ans après être devenu religieux, a déclaré Klor.

Son frère est l’écrivain et scénariste Marcelo Birmajer, un personnage connu en Argentine.

Les organisations juives DAIA et AMIA en Argentine ont toutes les deux condamné le meurtre.

« DAIA condamne fermement ce crime abominable contre un citoyen sans défense, qui arrive quotidiennement en Israël, mais à cette fois pris la vie d’un dirigeant spirituel appartenant à la communauté juive argentine », a déclaré l’organisation dans un communiqué, selon le Buenos Aires Herald.

L’ambassadeur d’Argentine en Israël a parlé d’un meurtre « tragique et triste », selon le Herald.

Le rabbin Steven Burg, directeur de la yeshiva Aish, a écrit sur Facebook que Birmajer « avait passé sa matinée à enseigner la Torah et a été tué sur son chemin en sortant de la Vieille Ville. »

Posted by Steven Burg on Wednesday, 23 December 2015

Egalement tué dans l’attaque, Ofer Ben Ari, 46 ans, père de deux filles, est mort après avoir été accidentellement blessé par la police dans le chaos de l’attaque.

Ses funérailles sont prévues à 14h00 à Jérusalem.

La famille de Ben Ari a initialement pensé à demander une autopsie mais après avoir eu la preuve que Ben Ari avait été tué par une seule balle a abandonné cette idée.

Ofer Ben-Ari (Crédit : courtoisie)
Ofer Ben-Ari (Crédit : courtoisie)

« Il était un héros, nous avons de bons souvenirs. Il était un homme en or qui n’aurait jamais blessé quelqu’un », a déclaré la fille de 16 ans de Ben Ari au site d’information Walla.

« Il nous soutenait toujours et il ne pouvait pas tuer même un insecte, a-t-elle déclaré. C’est dur et nous ne pouvons pas le supporter, qu’une personne si extraordinaire, meurt. C’est inconcevable. Il a été tué pour rien. »

L’attaque de mercredi a été menée par deux assaillants palestiniens, tous deux blessés par balle par la police sur les lieux. L’un est décédé immédiatement et l’autre a succombé à ses blessures plus tard, selon la police et les auxiliaires médicaux.

Les médias palestiniens les ont identifiés comme Anan Abu Habsah et Issa Assaf, 21 ans tous les deux, du camp de réfugiés Qalandiya à l’extérieur de Jérusalem.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...