L’ambassadrice de France en Israël, Hélène Le Gal, a participé mercredi à un déjeuner avec des représentants des communautés religieuses françaises présentes à Nazareth, de Mgr Bacouni, archevêque melkite de Galilée, et de M. Luc Pareydt, conseiller pour les affaires religieuses auprès du consulat général de France à Jérusalem.

On compte au Nord d’Israël, plusieurs ordres et congrégations français et notamment parmi les ordres contemplatifs, les Carmélites (hommes et femmes),parmi les ordres enseignants, les Frères des Ecoles, les Frères Salaisiens, les Sœurs de Saint-Joseph, les Sœurs de Nazareth,parmi les ordres caritatifs, les Sœurs de la Charité qui administrent notamment l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul (hôpital français) de Nazareth.

Les congrégations présentes en Galilée mènent, avec dévouement, une action sociale remarquable par l’intermédiaire notamment d’écoles et d’hôpitaux, dont l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul de Nazareth.

La France assure un rôle de protection des communautés catholiques françaises en Israël au titre de l’échange de lettres franco-israélien Chauvel-Fischer (1949) qui découle des accords franco-turcs de Mytilène (1901) et de Constantinople (1913).

La mission de la France à l’égard des chrétiens de Terre Sainte remonte à l’Empire ottoman et aux capitulations consenties à partir de 1536. Si les capitulations ont été abolies au moment de la disparition de l’Empire ottoman, il n’en est pas de même de ces accords, dont la validité a été réaffirmée par les Etats successeurs de l’Empire ottoman : mandat britannique puis Etat d’Israël.

Le déjeuner a eu lieu au Centre International Marie de Nazareth, ouvert en 2012 et administré par la communauté française du Chemin neuf qui se veut notamment, à travers un parcours multimédia sur les principaux sites chrétiens de Terre sainte, un lieu de découverte et d’approfondissement de la foi chrétienne destiné tant aux pèlerins qu’à la population locale.

L’ambassadrice a ensuite visité l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul connu comme l’hôpital français de Nazareth. Depuis plus d’un siècle maintenant, l’hôpital français œuvre au quotidien auprès de la population de Nazareth et de la Galilée toute entière. La France soutient l’activité de l’hôpital, spécialisé dans les soins de la mère et de l’enfant et qui est reconnu en Galilée comme un centre hospitalier d’excellence dans les services de pédiatrie et de néonatalogie.

Après la visite de l’hôpital, l’ambassadrice s’est rendue à l’Institut français de Nazareth, antenne de l’Institut français d’Israël, où elle a été accueillie par une vingtaine de jeunes gens qui y suivent des cours de français et leurs professeurs. Au cours de la discussion, la plupart des étudiants ont fait part de leur souhait de poursuivre ultérieurement des études supérieures en France.