L’émir du Qatar, cheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani, est arrivé mardi en Arabie saoudite pour des discussions avec le roi Abdallah, lors d’une visite non annoncée destinée à discuter notamment de la situation à Gaza, selon les médias.

La chaîne aux capitaux saoudiens Al-Arabiya a indiqué que la rencontre entre le souverain saoudien et le dirigeant qatari, dont le pays soutient le Hamas en conflit avec Israël, avait eu lieu à Jeddah, sur la mer Rouge.

Les deux dirigeants « ont discuté de la coopération entre leurs deux pays, parallèlement aux développements » régionaux, « au premier rang desquels la situation dans les territoires occupés palestiniens », a rapporté l’agence officielle SPA.

Cette visite intervient sur fond d’efforts intenses pour tenter d’arracher une trêve dans les hostilités entre Israël et le Hamas, entrées mardi dans leur quinzième journée.

Les relations entre Doha et Ryad sont très tendues, connaissant en mars un nouveau malaise lorsque l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et Bahreïn avaient rappelé leurs ambassadeurs à Doha –une démarche sans précédent– accusant le Qatar de s’ingérer dans leurs affaires et de déstabiliser la région.

La soutien du Qatar aux Frères musulmans, le parti du président égyptien Mohamed Morsi, destitué par l’armée en juillet 2013, avait suscité la colère des pays du Golfe, qui eux appuient les nouvelles autorités.

L’Egypte avait proposé la semaine dernière un accord de trêve à Gaza, accepté par Israël mais refusé par le Hamas.

Le Hamas réclame la levée du blocus israélien de Gaza, en place depuis 2006, la libération de prisonniers et l’ouverture de la frontière avec l’Egypte. Il souhaite par ailleurs un rôle de la Turquie et du Qatar dans les discussions en vue d’une trêve.

Les autorités égyptiennes ont refusé tout amendement à leur plan prévoyant un cessez-le-feu avant l’ouverture de négociations indirectes. Des responsables américains qui accompagnaient M. Kerry ont cependant indiqué qu’il n’était pas exclu de modifier la proposition égyptienne pour lui rallier le Hamas.

En quinze jours, les hostilités entre Israël et le Hamas ont fait 620 morts côté palestinien, en majorité des civils, selon les secours palestiniens à Gaza et 29 côté israélien, dont 27 soldats.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a débuté lundi à Doha une tournée régionale visant à arracher une trêve entre les belligérants. Il était mardi à Tel Aviv et a tenu une conférence de presse avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dans laquelle il a appelé les deux camps à « se parler ».