Un projet de loi controversé, qui autoriserait les rabbins locaux à superviser les conversions au judaïsme en Israël a été voté au sein de la commission Constitution, Loi et Justice de la Knesset par 7 votes contre 4.

Le texte doit désormais passer en session plénière pour une deuxième et une troisième lecture, qui aura probablement lieu lors de la session de printemps du Parlement israélien.

Les deux grands rabbins d’Israël, David Lau et Yizhak Yosef, se sont opposés au texte, affirmant cette semaine dans une lettre adressée au Premier ministre Benjamin Netanyahu et au ministre des Affaires religieuses Naftali Bennett qu’il « menaçait l’intégralité du système de conversion (étatique) ».

« Il est inconcevable qu’un texte sur une question qui réside au cœur même de l’existence du peuple juif et de sa survie spirituelle soient promu sans d’abord subir une évaluation halakhique par le grand rabbinat et les grands rabbins, chargés de cette question en vertu de leur position », écrivent les rabbins dans la lettre, selon Haaretz.

« Promouvoir une loi de ce type sans un large consensus est susceptible de diviser le peuple juif sur sa terre en plusieurs camps qui ne reconnaîtront pas la judéité de l’autre et de nous entraîner dans une situation dont il est impossible d’envisager les conséquences. C’est une situation que le grand rabbinat cherche à éviter. »

Il existe aujourd’hui 33 rabbins et quatre tribunaux rabbiniques aptes à mener à bien les conversions dans l’ensemble du pays.

Mardi, un débat tendu au sein du comité a opposé le parti HaBayit HaYehudi, qui est contre le texte, au reste de la coalition gouvernementale. Le projet de loi est parrainé par Elazar Stern du parti HaTnua tandis que le président du comité est David Rotem du parti Yisrael Beytenu.

« Ce texte est le premier rayon de lumière pour les plus de 330 000 immigrants venus en Israël en tant que Juifs mais qui ne le sont pas selon la halakha », a estimé le rabbin Seth Farber, directeur de ITIM, un groupe de pression juif basé à Jérusalem, qui a contribué à amorcer le débat.

« À ITIM, nous nous adressons chaque mois à des centaines d’immigrants qui luttent avec leur double identité. Cette loi leur permettra de poursuivre leur conversion d’une manière halakhique et accessible. »