Le Conseil de sécurité de l’ONU votera vendredi à 14H00 (19H00 GMT) sur un projet de résolution réclamant à Israël de cesser toute activité de colonisation à Jérusalem-Est et en Cisjordanie occupée, ont rapporté des diplomates.

Quatre pays — La Nouvelle-Zélande, la Malaisie, le Sénégal et le Venezuela — ont oeuvré pour que les membres du Conseil se prononcent après un report du vote demandé par l’Egypte sous la pression du président élu américain, Donald Trump.

« Nous aurons très probablement un vote rapidement », avait assuré l’ambassadeur de la France auprès des Nations unies, François Delattre.

L’Egypte avait demandé jeudi à ce que le vote soit reporté sur ce texte. Proposé mercredi soir par Le Caire, il exhortait l’Etat hébreu à « cesser immédiatement et complètement toute activité de colonisation en territoire palestinien occupé, dont Jérusalem-Est ».

Le proposition du Caire avait immédiatement conduit Israël à solliciter le veto de son allié américain pour bloquer le texte.

Israël s’est tourné vers Donald Trump, qui prendra ses fonctions le 20 janvier, lui demandant d’intervenir auprès du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi après avoir eu vent des intentions de l’administration sortante de Barack Obama qui s’apprêtait à ne pas faire usage de son droit de veto contre le texte, a rapporté un responsable israélien.

« L’objectif principal que nous avons ici est de préserver et de réaffirmer une solution à deux Etats » palestinien et israélien qui cohabiteraient dans la paix et la sécurité, avait expliqué M. Delattre.

Capture d’écran François Delattre (Crédit : YouTube)

Capture d’écran François Delattre (Crédit : YouTube)

Le projet égyptien de résolution considère à ce sujet que les implantations sont « dangereuses pour la viabilité d’une solution à deux Etats ».

« Le texte que nous avons ne se concentre pas exclusivement sur les colonies. Il condamne également la violence et le terrorisme. Il appelle aussi à éviter toute incitation émanant du côté palestinien, donc c’est un texte équilibré », avait encore affirmé M. Delattre.

Le projet de résolution reprend notamment la position de l’ONU selon laquelle les implantations « n’ont pas de valeur juridique ».

« Cette résolution est une initiative palestinienne qui vise à nuire à Israël. Nous appelons les États-Unis à rester à nos côtés et nous attendons de notre plus grand allié de poursuivre sa politique de longue date et de s’opposer à cette résolution, » a alors déclaré l’ambassadeur d’Israël à l’ONU, Danny Danon.