Le président d’Israël est souvent comparé à la reine d’Angleterre : pour paraphraser Voltaire, une dose de puissance entraîne une dose de responsabilité.

Le poste de président a généralement été occupé par des hommes politiques, des universitaires et des auteurs respectables, ou d’autres personnalités de ce calibre (moins on en dit sur ​​Moshe Katsav, mieux cela vaut).

Le dernier en lice de cette illustre dynastie, est l’éternel jeune Shimon Peres, comme se plaisent à l’appeler les Américains, figure publique depuis la période précédant la création de l’Etat.

Sérieusement, combien de personnes peuvent prétendre s’être véritablement crêpé le chignon avec David Ben Gurion ?

Que vous soyez ou non fan de son optimisme irrépressible, de son étrange fascination pour la nanotechnologie, ou de son obsession pour la paix, vous devez admettre que Peres est un roc – il ne sera pas facile de lui succéder.
(Remarque : Si une analyse de fond de la course à la présidentielle est votre truc, vous devriez probablement cliquez ici.)

En plus d’être le fondateur du (présumé) programme nucléaire d’Israël, Peres est aussi le président qui a ouvert un compte Facebook avec Mark Zuckerberg en Californie en 2012, malgré son évocation du réseau social « Bookface » dans un discours il y a quatre ans.

Il a également mis en ligne une vidéo virale épique avec le DJ Noy Alooshe (du fameux « Zenga Zenga ») pour encourager tous les citoyens d’être son « ami » sur Facebook

À une époque où Facebook et YouTube ont un impact majeur sur le cours des affaires internationales, tous ceux qui espèrent atteindre le niveau d’influence de Peres doivent rivaliser avec son don pour la technologie et le divertissement.

A en juger par les vidéos ci-dessous, nos candidats à la présidence peuvent encore apprendre un truc ou deux du président sortant.

1. Qu’ils mangent du cottage !

Dalia Itzik, première femme présidente de la Knesset (deux fois présidente par intérim), donne le change à Peres avec son « Qu’ils mangent du cottage ! », un remix d’Alooshe composé d’une ligne, inspirée de la reine Marie Antoinette, lancée pendant les fameuses protestations sociales de 2011

2. Non, vous taisez-vous !

En 2003, un autre de nos candidats à la présidence, Meir Shitrit, a eu une altercation avec Itzik à la Knesset, lui enjoignant de se taire et la menaçant de « lui fermer sa grande bouche » si elle ne cessait pas de le critiquer.

C’est là que Itzik lui a montré que l’homme capable de la faire taire n’était pas encore né. Si vous regardez attentivement, vous pourrez apercevoir Shimon Peres, alors membre de la Knesset.

3. Séquence nostalgie

En 1986, Shitrit a entonné une interprétation en duo assez convenable (bien que son accent en anglais mérite d’être travaillé) de « Save Your Love », revu et corrigé avec des paroles sur son travail à la Knesset

4. Au pays de Candy

Pour avoir servi au parlement depuis 1981, y compris dans six postes ministériels, Shitrit est assurément familier avec le protocole et l’étiquette.

Mais peut-être a-t-il oublié l’espace de quelques instants où il se trouvait quand la TV de la Knesset l’a surpris en train de jouer à Candy Crush au cours d’une session parlementaire.

Au moins, c’était pas du porno.

5. Serveur, serveur

Un autre candidat à la présidentielle qui pourrait apporter un peu de panache comique au bureau, Benjamin « Fouad » Ben-Eliezer, ancien militaire et député vétéran du parti travailliste, connu pour ses blagues.

Ici, il raconte une histoire pas tout à fait politiquement correcte à cette époque : saisi par une petite faim, il prend le député arabe Tawfiq Ziad pour un garçon et lui demande de lui servir du houmous

6. Rivlin l’entarté

Mais en première ligne de la course, le député Likud Reuven « Ruby » Rivlin (lire son interview avec David Horovitz ici), qui a occupé divers postes ministériels et récemment, celui de président de la Knesset.

Le moment le plus juteux de sa carrière remonte probablement à 2001, quand un militant l’a entarté pour protester contre la privatisation de la compagnie de téléphone Bezeq.

Malheureusement, impossible de trouver des images de cet incident, mais voici quelque chose de presque aussi jouissif – Rivlin festoie avec les étudiants de la yeshiva de Sderot le jour de Pourim

Toutes nos excuses aux candidats non politiciens qui ne figurent pas dans cette liste. Dans tous les cas, peu importe qui gagne l’élection présidentielle, le 10 juin, vous pouvez être sûr que cette nouvelle fonction leur fera connaître des moments mémorables.