Les Etats-Unis ont appelé Israël et les Palestiniens à ne pas attiser davantage la crise provoquée par l’enlèvement de trois jeunes Israéliens en Cisjordanie, dont l’un est aussi un ressortissant américain.

« Alors que les recherches se poursuivent (…) nous exhortons les deux parties à faire preuve de retenue et à éviter le genre de mesures qui pourraient déstabiliser les choses », a mis en garde la porte-parole du département d’Etat, Jennifer Psaki.

Elle a précisé que ce « message » avait été transmis aux Palestiniens comme aux Israéliens, qu’elle a par ailleurs encouragés à « coopérer en matière de sécurité » pour retrouver les adolescents enlevés et leurs ravisseurs.

Elle a également salué la « déclaration forte » du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, qui, devant l’Organisation de la coopération islamique (OCI) à Jeddah en Arabie saoudite, a accusé les auteurs du rapt de vouloir « détruire les Palestiniens ».

« Nous savons que la période est difficile sur le terrain », a ajouté Mme Psaki, faisant allusion à l’action menée par l’armée israélienne.

Au sixième jour de cette opération baptisée « Gardien de nos frères », l’armée a capturé dans la nuit de mardi à mercredi 65 Palestiniens, portant à plus de 240 le nombre d’arrestations depuis l’enlèvement le 12 juin. Il s’agit en majorité de militants et dirigeants du Hamas terroriste, dont le président du Parlement palestinien Aziz Dweik.

Les trois Israéliens, un de 19 ans et deux de 16 ans, dont l’un habitant l’implantation de Talmon, ont été enlevés, selon les médias israéliens, près du Gush Etzion, situé entre Bethléem et Hébron, en zone sous contrôle israélien.

Le département d’Etat a confirmé que l’un des trois jeunes était également de nationalité américaine et que des fonctionnaires américains étaient en contact avec sa famille.