Les Etats-Unis et la Turquie sont tombés d’accord pour former et équiper des opposants syriens modérés en Turquie et le règlement final devrait être scellé très prochainement, a annoncé mardi la diplomatie américaine.

« Nous sommes arrivés à un accord de principe pour former et équiper des groupes de l’opposition syrienne », a indiqué la porte-parole du département d’Etat Jennifer Psaki, ajoutant que Washington « comptait conclure et signer bientôt l’accord avec la Turquie ».

Elle n’a pas donné de détails supplémentaires sur un processus de formation qui doit commencer normalement en mars.

Cette annonce d’un accord américano-turc met fin à des mois de discussions difficiles entre les deux alliés sur l’entraînement de rebelles syriens modérés censés se battre ensuite contre les jihadistes du groupe Etat islamique.

« Comme nous l’avions annoncé auparavant, la Turquie a accepté d’être l’un des hôtes régionaux du programme +formation et équipement+ pour les forces de l’opposition modérée syrienne », a rappelé Mme Psaki.

Le Pentagone avait annoncé mi-janvier l’envoi prochain de plusieurs centaines de militaires américains pour entraîner des membres de l’opposition syrienne modérée qui seront ensuite chargés de combattre les ultra-radicaux du groupe EI.

Outre la Turquie, l’Arabie saoudite et le Qatar ont donné leur accord pour accueillir des sites d’entraînement, et fournir eux aussi des formateurs.

Plusieurs mois de négociations ont été nécessaires pour parvenir à un accord entre les différents pays concernés.

L’administration américaine espère que l’entraînement des premiers Syriens pourra commencer « à la fin mars », de manière à ce que les premiers formés puissent être opérationnels « à la fin de l’année », selon le Pentagone.

L’objectif des Etats-Unis et de leurs partenaires est de former plus de 5 000 Syriens la première année.