Les Etats-Unis ont démenti lundi tout projet de sanctions contre leur allié Israël en raison de sa politique de construction, après qu’un article de la presse israélienne eut mis en rage des parlementaires américains.

« Les informations de presse selon lesquelles nous pourrions envisager des sanctions contre Israël sont dénuées de tout fondement », a pris soin de déclarer devant la presse la porte-parole du département d’Etat Jennifer Psaki.

Elle était interrogée sur un article du journal israélien Haaretz qui affirmait la semaine dernière que la Maison Blanche réfléchissait à une action contre l’allié israélien en raison de la poursuite de la construction dans les Territoires palestiniens.

La Maison Blanche et le département d’Etat n’avaient pas souhaité, en fin de semaine dernière, commenter cet article, qui ne mentionnait pas le terme de « sanction », mais évoquait des « mesures actives contre la colonisation », citant un haut responsable israélien.

« Nous imposons des sanctions à travers le monde pour toute une série de raisons. Nous ne sommes évidemment pas dans cette situation » à l’égard d’Israël qui reste « un partenaire important », a affirmé Mme Psaki.

Elle a toutefois répété que la construction était « illégitime » et « contraire aux intérêts d’Israël ».

L’article de la presse israélienne avait provoqué l’ire d’élus du Congrès, comme le sénateur républicain Mark Kirk : « Non seulement l’administration exclut de nouvelles sanctions pour mettre fin à la menace que pose l’Iran, mais elle envisage apparemment des sanctions contre notre plus proche allié, Israël », avait-il fustigé dans un communiqué vendredi.