Les Etats-Unis ont fustigé vendredi le discours prononcé à la tribune de l’ONU par le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas réclamant le retrait israélien et « l’indépendance de l’Etat de Palestine ».

Il y avait dans « le discours du président Abbas aujourd’hui des descriptions offensantes qui sont profondément décevantes et que nous rejetons », a dénoncé la porte-parole du département d’Etat Jennifer Psaki.

Dans un bref communiqué, elle a encore dénoncé des « déclarations provocatrices » de la part du dirigeant palestinien.

Le président Abbas avait réclamé auparavant devant l’Assemblée générale des Nations unies le retrait israélien et « l’indépendance de l’Etat de Palestine ». Il avait aussi accusé Israël d’avoir mené « une nouvelle guerre de génocide » à Gaza, promettant de tout faire pour châtier les coupables.

Mme Psaki a encore critiqué des « déclarations contre-productives qui sapent les efforts destinés à créer un climat positif et à rétablir la confiance entre les parties ».

La diplomatie américaine n’a pas abandonné l’espoir de relancer à l’avenir le processus de dialogue direct entre Israël et les Palestiniens.

Le dernier cycle de neuf mois, sous les auspices du secrétaire d’Etat John Kerry, a capoté fin avril.