Le département d’Etat américain va lancer « immédiatement » les préparatifs pour déménager l’ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem, tout en renforçant la sécurité pour protéger la sécurité des Américains au Proche-Orient, a annoncé mercredi Rex Tillerson.

La décision du président Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël « met la présence américaine en adéquation avec la réalité », puisque le Parlement, la Cour suprême, la présidence et les services du Premier ministre israéliens sont installés dans cette ville, a estimé le chef de la diplomatie américaine dans un communiqué.

Il a assuré que la décision avait été prise après consultation de « nombreux amis, partenaires et alliés ». « Nous pensons fermement qu’il y a une chance de paix durable », a ajouté le secrétaire d’Etat, en visite mercredi sur la base militaire américaine de Ramstein en Allemagne.

« Le département d’Etat va immédiatement engager le processus pour mettre en oeuvre sa décision en lançant les préparatifs pour déménager l’ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem », a-t-il dit.

Cela devrait toutefois prendre plusieurs années, puisqu’il faut trouver un emplacement et construire le bâtiment, avec les implications sécuritaires que cela suppose, ont fait savoir des responsables américains.

« En concertation avec d’autres agences fédérales, nous avons mis en oeuvre des plans de sécurité solides pour protéger la sécurité des Américains dans les régions concernées », a aussi déclaré Rex Tillerson, alors que l’annonce de Donald Trump risque d’attiser la colère anti-américaine au Moyen-Orient.

« Nous avons pris toutes les mesures appropriées bien en amont et nous sommes confiants » de notre capacité à assurer la sécurité de nos ressortissants, a-t-il ajouté devant des journalistes.

Un proche conseiller du secrétaire d’Etat, R.C. Hammond, a démenti des informations selon lesquelles Rex Tillerson et le ministre de la Défense Jim Mattis étaient opposés à l’annonce de Donald Trump sur Jérusalem pour des raisons de sécurité. Mais, a-t-il ajouté, le chef de la diplomatie a demandé au président, et obtenu, de disposer de suffisamment de temps en amont pour contacter les ambassades américaines à l’étranger au sujet des mesures de sécurité à prendre en cas de manifestations violentes.

Les missions diplomatiques qui ont demandé à Washington des moyens supplémentaires pour assurer la sécurité les ont reçus, a-t-il ajouté.