Le secrétaire d’Etat américain John Kerry rencontrera lundi soir le négociateur en chef palestinien Saëb Erakat, mais ne lui soumettra pas de projet de règlement du conflit israélo-palestinien, a indiqué la diplomatie américaine, six mois après l’échec des dernières négociations.

« Il n’y a actuellement pas de projet de présentation d’un plan de paix », a répondu la porte-parole du département d’Etat Jennifer Psaki interrogée sur une éventuelle relance du processus de dialogue entre Israël et les Palestiniens sous l’égide de John Kerry.

Le patron de la diplomatie américaine doit s’entretenir en fin de journée à huis clos avec M. Erekat.

D’après un responsable palestinien samedi, le secrétaire d’Etat doit proposer à son interlocuteur des « solutions intermédiaires » dans le conflit avec Israël, les Etats-Unis cherchant avant tout à dissuader les Palestiniens de réclamer devant l’ONU le retrait israélien des Territoires.

« Nous avons évidemment toute une série de conversations avec eux (Israéliens et Palestiniens, Ndlr) en privé, mais il n’y a aucun projet pour présenter un plan de paix », a insisté Mme Psaki.

John Kerry, artisan de la reprise entre juillet 2013 et avril dernier du processus de paix, martèle depuis des semaines qu’il est « impératif » de relancer le dialogue entre les deux camps, un processus « réalisable » selon lui.

Depuis l’échec du printemps dernier, les Etats-Unis estiment que « c’est aux parties d’agir » pour oeuvrer à une solution à deux Etats, israélien et palestinien, a répété Mme Psaki.

« Nous n’agirons que si nous estimons que c’est productif », a implicitement critiqué la porte-parole de la diplomatie américaine.

« Si les deux parties manifestaient la volonté de retourner » à la table des négociations, elles trouveraient en Washington « un partenaire de bonne volonté, mais je ne crois pas que nous ayons eu des preuves de cela dernièrement », a-t-elle encore déploré.

MM. Kerry et Erekat, dont la rencontre avait été annoncée vendredi, discuteront également des « tensions » à Jérusalem-Est et de la « situation » dans la bande de Gaza, a précisé le département d’Etat.