Les Etats-Unis ont obtenu jeudi le soutien de dix pays arabes à la campagne lancée par le président Barack Obama pour « éradiquer » les djihadistes de l’Etat islamique (EI) en Irak et jusqu’en Syrie.

Le régime syrien, appuyé par la Russie, a toutefois mis en garde Washington contre le lancement de frappes sur son territoire sans son accord.

Quelques heures après la déclaration solennelle d’Obama à Washington, son chef de la diplomatie John Kerry a réussi à convaincre ses homologues de dix pays arabes conviés à une réunion à Jeddah en Arabie Saoudite.

Les Etats-Unis et ces pays, dont l’Arabie saoudite, le Qatar, l’Irak et l’Egypte, « ont déclaré leur engagement partagé à se tenir unis contre la menace que pose pour la région et le monde le terrorisme, y compris le soi-disant EI », selon un communiqué commun.

Cet engagement pourrait impliquer une participation à une « campagne militaire coordonnée », précise le texte, sans entrer dans les détails.

Kerry poursuivra son offensive diplomatique au Moyen-Orient en se rendant samedi au Caire pour y rencontrer le chef de la Ligue arabe.

Dans son allocution télévisée, Obama a affirmé que l’objectif de son « plan d’action » était « clair » : « Nous affaiblirons, et, à terme, détruirons l’EI », « une organisation terroriste qui n’a d’autre vision que le massacre de tous ceux qui s’opposent à elle ».

Pour mener cette guerre « implacable », « je n’hésiterai pas à agir contre l’EI en Syrie, comme en Irak », a-t-il précisé.

Les avions américains pourraient donc effectuer des raids aériens contre les positions de l’EI en Syrie en plus de ceux qu’ils mènent depuis le 8 août dans le nord de l’Irak. Ces derniers se sont avérés déterminants dans la reprise par les troupes irakiennes de secteurs aux djihadistes. L’envoi de troupes de combat au sol reste en revanche exclu.

1 600 Américains en Irak

La stratégie dévoilée par Obama a été approuvée par l’opposition syrienne, qui apparaît comme sa principale bénéficiaire puisqu’elle devrait bénéficier des moyens militaires qu’elle réclame depuis longtemps.

Le gouvernement irakien a pour sa part salué l’annonce par M. Obama de l’envoi de 475 conseillers militaires supplémentaires en Irak pour soutenir les forces kurdes et fédérales en termes d’équipements, de formation et de renseignements. Cet effort portera à environ 1 600 le nombre de militaires américains présents dans le pays.

Cet engagement représente un tournant pour Obama qui avait jusqu’à présent affiché sa volonté de tourner la page d’une décennie de guerre, notamment en retirant les troupes américaines d’Irak fin 2011.

Mais il a été acculé à agir face aux atrocités commises par l’EI qui a notamment décapité deux journalistes américains enlevés en Syrie.

Sans surprise, la Russie a jugé que des frappes en Syrie sans l’aval de l’ONU constitueraient une « violation grossière » du droit international.

Le régime de Bachar al-Assad a également prévenu Washington que « toute action sans l’accord du gouvernement serait considérée comme une attaque contre la Syrie ».

Hollande en Irak vendredi

Présente à la réunion de Jeddah, la Turquie a confirmé qu’elle ne prendrait pas part aux opérations armées, se concentrant « entièrement sur les opérations humanitaires ».

En Europe, l’Allemagne a exclu de participer à des frappes aériennes en Syrie. « On ne nous l’a pas demandé et nous ne le ferons pas », a dit son ministre des Affaires étrangères Franz-Walter Steinmeier.

Le Premier ministre britannique David Cameron a déclaré qu’il n’excluait « rien » alors que son ministre des Affaires étrangères avait indiqué que Londres ne participerait pas à des frappes en Syrie.

Le président français François Hollande aura l’occasion de présenter la position de Paris à l’occasion d’une visite en Irak vendredi. Le chef de la diplomatie Laurent Fabius a indiqué que la France participerait « si nécessaire à une action militaire aérienne » en Irak.

Rôle ‘clé’ pour l’Arabie

Pour les Etats-Unis, l’Arabie saoudite devrait être l' »élément clé de la coalition par sa taille, son poids économique et sa portée religieuse avec les sunnites », selon un responsable américain.

M. Obama a d’ailleurs tenu à appeler le roi saoudien Abdallah avant son intervention et tous deux ont souligné la nécessité d’aider l’opposition syrienne face à l’EI.

Les Etats-Unis entendent « renforcer (leurs) bases » dans le Golfe et accroître « les vols de surveillance », a indiqué le responsable américain. Les Saoudiens pourraient s’engager à former et entraîner des rebelles syriens.

Les Etats-Unis insistent aussi sur la nécessité de tarir les financements de l’EI.

Par ailleurs, 45 Casques bleus fidjiens de l’ONU retenus depuis le 28 août sur le plateau syrien du Golan par les rebelles du Front Al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaïda, ont été libérés.

Onze civils ont été tués lors de raids de l’aviation militaire syrienne sur une localité du nord de la Syrie tenue par l’EI, selon une ONG.