WASHINGTON — L’administration Trump a alloué 20 millions de dollars supplémentaires à l’Autorité palestinienne, une somme qui sera utilisée pour mener des projets d’assainissement des eaux usées en Cisjordanie, a fait savoir un responsable de la Maison Blanche au Times of Israël mercredi.

Après que ces fonds – initialement destinés à l’Egypte – ont été gelés en raison des performances médiocres de ce pays en termes de démocratie et de libertés civiles, le département d’Etat et le Conseil chargé de la sécurité nationale ont pris la décision, il y a six semaines, de redistribuer cet argent en faveur d’initiatives prises en Cisjordanie, a expliqué le responsable.

Si ces fonds spécifiques – qui faisaient partie d’une allocation de l’année fiscale 2016 – n’étaient pas transférés, ils auraient tout simplement disparu à la fin du mois de septembre, au terme de l’année fiscale et une telle dotation aurait expiré.

La source proche de la Maison Blanche a démenti que le passage imminent de la loi Taylor Force, qui devrait être votée au mois de décembre, ait été l’élan ayant motivé l’octroi de ces fonds. Le responsable a cité des propos tenus récemment par l’administration, affirmant qu’elle « soutient fortement la loi Taylor Force » et il a signalé que le président promulguerait cette législation.

Le Jewish Insider, qui a le premier rapporté cette allocation à l’AP, a cité un conseiller du Congrès sous couvert d’anonymat qui a dit que la Maison Blanche « cherche à débloquer des fonds avant que la loi Taylor Force n’entre en vigueur ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le président américain Donald Trump lors d'une conférence de presse avant leur entretien à New York, en marge de l'Assemblée générale des Nations unies, le 18 septembre 2017. (Crédit : capture d'écran YouTube)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le président américain Donald Trump lors d’une conférence de presse avant leur entretien à New York, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies, le 18 septembre 2017. (Crédit : capture d’écran YouTube)

« Les 20 millions de dollars en question entrent dans le cadre de la reprogrammation des fonds égyptiens, une décision qui avait été prise à un niveau totalement différent », a indiqué mercredi le responsable. « L’urgence était cette date de la fin septembre, pas la loi Taylor Force ».

La source a également souligné que ce financement serait dirigé vers des programmes spécifiques soutenus par Israël et destinés à renforcer la qualité de vie des Palestiniens.

« Pour être clair, ce n’est pas de l’argent que nous donnons sans retenue à l’Autorité palestinienne » de Mahmoud Abbas. « C’est de l’argent qui va être utilisé pour achever des projets d’assainissement très importants qui bénéficieront au peuple palestinien », a commenté le responsable.

« Ces projets qui améliorent spécifiquement la vie des Palestiniens sont soutenus par les Israéliens parce que la question des eaux usées est un problème pour eux également ».

La loi Taylor Force, qui a été adoptée par la commission des relations étrangères du Sénat le mois dernier, couperait les financements américains à l’AP si cette dernière ne met pas un terme à ce que ses critiques appellent le « programme d’indemnisation des terroristes et de leurs familles ».

L’Organisation de libération de la Palestine (OLP) avait condamné cette législation en disant, peu de temps après son passage devant la commission, qu’elle était « inacceptable » et qu’elle violait les droits de l’Homme des Palestiniens.

Taylor Force, 29 ans, étudiant en thèse à l’université Vanderbilt, a été tué le 8 mars 2016 dans une attaque terroriste à Jaffa. (Crédit : Facebook)

Taylor Force, 29 ans, étudiant en thèse à l’université Vanderbilt, a été tué le 8 mars 2016 dans une attaque terroriste à Jaffa. (Crédit : Facebook)

Tirant son nom d’un officier de l’armée américaine qui avait été mortellement poignardé par un terroriste palestinien alors qu’il se trouvait en séjour à Tel Aviv en 2016, le projet de loi a été ajouté au début du mois à un plus important projet de législations consacrées à l’affectation de financements qui devrait être voté au mois de décembre et ce, pour accroître ses chances de passer devant le Sénat au cours de la session législative actuelle.

Dans une allocution prononcée lundi lors de la réunion annuelle de liaison ad hoc en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, l’envoyé spécial du président Trump pour la paix Jason Greenblatt a évoqué l’espoir de l’administration de mettre en place plus d’eau et de meilleurs assainissements dans les territoires palestiniens.

Un « domaine sur lequel les Etats-Unis et nos partenaires sont focalisés est celui du traitement des eaux usées et de leur réutilisation en Cisjordanie et à Gaza », a-t-il déclaré, sans explicitement mentionner les 20 millions de dollars octroyés à un tel projet.

Au début de l’année, les républicains du Congrès se sont montrés critiques envers une décision similaire qui avait été prise par l’administration d’Obama d’autoriser l’allocation de 221 millions de dollars à des programmes palestiniens durant les dernières heures de l’ancien président à la Maison Blanche.

Les responsables de Trump avaient informé l’Autorité palestinienne que ces financements avaient été gelés quelques jours après l’arrivée du nouveau président dans le bureau Ovale.