Le ministre israélien de la Défense a affirmé samedi que le président palestinien Mahmoud Abbas qui devait discuter lundi avec le président Barack Obama des négociations de paix avec Israël, n’était « pas un partenaire pour un accord final ».

Abou Mazen « est un partenaire pour recevoir mais pas pour donner. Il n’est pas un partenaire pour un accord final qui comprendrait la reconnaissance d’Israël comme Etat national du peuple juif et qui mettrait fin au conflit et à toutes les demandes », a déclaré Moshé Ya’alon dans une interview à la deuxième chaîne de télévision israélienne (Channel 2).

« Il [Abou Mazen] dit cela très clairement et malheureusement personne ne semble l’écouter (…) Je suis désolé de parvenir à cette conclusion, j’aurais souhaité être tranquille et serein mais cela [un accord] n’arrivera pas de mon temps », a ajouté M. Yaalon, considéré comme un des ministres les plus à droite du gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Le président palestinien est attendu lundi aux Etats-Unis pour discuter avec Barack Obama des négociations de paix avec Israël qui arrivent à échéance fin avril.

Les entretiens devraient porter sur « l’accord-cadre » traçant les grandes lignes d’un accord de paix, que négocie avec les deux parties le secrétaire d’Etat John Kerry afin de les persuader de poursuivre les pourparlers au-delà du 29 avril.

M. Netanyahu a été reçu la semaine dernière par le président américain qui l’a exhorté à prendre des « décisions difficiles » et l’a mis en garde contre les « retombées internationales » d’un échec pour Israël.

Moshé Yaalon a par ailleurs critiqué en termes voilé M. Kerry sur le dossier des libérations de prisonniers palestiniens auxquelles Israël s’est engagé dans le cadre des négociations.

« Nous nous sommes engagés à la libération des prisonniers détenus depuis avant les accords d’Oslo, pas à la libération de détenus arabes israéliens », a-t-il déclaré.

Il faisait allusion à l’insistance des Palestiniens sur l’élargissement de détenus Arabes israéliens lors de la quatrième et dernière phase de libérations de prisonniers prévue le 29 mars

« Je ne veux pas rentrer dans les détails de ce qui s’est passé dans la médiation avec Kerry. c’est entre lui et nous. Il sait que nous ne sommes pas engagés à la libération d’Arabes israéliens », a ajouté M. Ya’alon.