Le ministre de la Défense Moshe Yaalon a demandé que toute détente future entre Israël et la Turquie inclue la garantie du retour de deux soldats israéliens retenus par le Hamas dans la bande de Gaza, selon un article de mercredi.

Les équipes de négociations israéliennes et turques se sont rencontrées mercredi en Suisse, dans le cadre des efforts en cours pour aboutir à un accord de réconciliation entre les deux anciens alliés, ont déclaré des diplomates occidentaux.

Yaalon est actuellement en voyage en Suisse pour discuter de coopération sécuritaire. Il n’était pas prévu qu’il prenne directement part aux négociations avec la Turquie.

Selon un haut fonctionnaire israélien cité par Haaretz, la plupart des sujets au programme ont été résolus, mais deux obstacles majeurs demeurent : la demande de la Turquie qu’Israël mette fin au blocus militaire sur la bande de Gaza, dirigée par le Hamas – conçu par Israël pour empêcher le Hamas d’importer des armes – et la demande d’Israël que la Turquie arrête d’héberger des officiels du Hamas à Ankara.

Yaalon, a annoncé Haaretz, a établi pendant des discussions avec l’équipe de négociations israéliennes qu’un échange d’un adoucissement du blocus de Gaza, Israël devrait demander que la Turquie utilise son influence sur le Hamas pour aider au retour d’Oron Shaul et de Hadar Goldin, tous deux capturés pendant la guerre de 2014 avec Gaza.

Les officiels médicaux et religieux israéliens ont conclu qu’ils avaient tous les deux été tués, mais le Hamas a refusé de clairement le reconnaitre, tout en affirmant détenir des monnaies d’échange.

Les soldats israéliens, morts ou vivants, se sont montrés dans le passé des monnaies d’échange de valeur pour le Hamas, le Hezbollah et d’autres groupes terroristes.

Oron Shaul (à gauche) et Hadar Goldin (Crédit : Flash90)

Oron Shaul (à gauche) et Hadar Goldin (Crédit : Flash90)

Shaul était avec six autres soldats dans un véhicule blindé dans le quartier de Shejaiya de Gaza ville quand ils ont été attaqués le 20 juillet 2014. Les sept soldats ont été déclaré morts, y compris Shaul, dont le corps a été capturé par des combattants du Hamas.

Le 1er août, Hadar Goldin a été capture pendant une attaque surprise de combattants du Hamas, brisant la trêve proclamée plus tôt dans la journée. Son corps a été emporté par un tunnel, et il a plus tard été déclaré mort.

Israël est représenté aux discussions de Genève avec la Turquie par Joseph Ciechanover, ancien directeur du ministère des Affaires étrangères nommé par le premier ministre Benjamin Netanyahu.

Ciechanover avait également représenté Israël pour l’enquête de l’ONU sur le raid de l’armée israélienne contre une flottille pour Gaza en 2010, qui avait entraîné la mort de 10 citoyens turcs et exacerbé le gel diplomatique entre les deux pays.

Son homologue turc pendant les discussions mercredi était le ministre des Affaires étrangères Feridun Sinirlioğlu.

Les discussions actuelles prolongent les tentatives de re-normalisation des relations entre Jérusalem et Ankara après que Netanyahu, poussé par le président américain Barack Obama à la fin de sa visite dans la région en 2013, se soit excusé pour les morts de la flottille pendant un appel au président turc Recep Tayyip Erdogan

« Nous luttons pour la paix avec tous nos voisins, mais cela doit être réciproque », avait déclaré mardi Netanyahu pendant une visite à Arava, dans le sud d’Israël.

Erdogan, qui a signalé le mois dernier qu’il était près à réparer les liens avec Israël, a accueilli mardi une délégation de dirigeants juifs américains à sa résidence officielle d’Ankara, y compris un confident de Netanyahu qui avait rencontré le Premier ministre à Jérusalem avant son voyage à Ankara.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan  le 9 février 2016 à Ankara avec une délégation de la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines, dirigé par le président de la Conférence  Stephen M. Greenberg  (à droite), et Malcolm Hoenlein, le vice-président (Crédit : Autorisation)

Le président turc Recep Tayyip Erdogan le 9 février 2016 à Ankara avec une délégation de la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines, dirigé par le président de la Conférence Stephen M. Greenberg (à droite), et Malcolm Hoenlein, le vice-président (Crédit : Autorisation)