Yair Lapid juge que le projet de loi d’immunité des Premiers ministres est “honteux”
Rechercher

Yair Lapid juge que le projet de loi d’immunité des Premiers ministres est “honteux”

Le dirigeant de Yesh Atid a fustigé le projet de loi qui accorderait l’immunité au Premier ministre et l’absence d’enrôlement des ultra-orthodoxes

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Yair Lapid, président de Yesh Atid, pendant une réunion de son groupe parlementaire à la Knesset, le 10 juillet 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Yair Lapid, président de Yesh Atid, pendant une réunion de son groupe parlementaire à la Knesset, le 10 juillet 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Yair Lapid, le président de Yesh Atid, a fustigé le gouvernement en raison du projet de loi qui vise à accorder l’immunité au Premier ministre en cas de poursuite pénale.

« Cela ne fait même pas une journée que la Knesset a repris, et nous avons déjà honte », a dit Lapid en parlant de la situation politique qui s’est déroulée dimanche au sujet d’une proposition du député du Likud David Amsalem pour accorder l’immunité au Premier ministre en exercice.

« C’est la loi de Benjamin Netanyahu, appelons-la par son vrai nom, pour faire cesser les enquêtes », a dit Lapid, en rejetant les comparaisons avec la loi française.

Il a ajouté que Netanyahu serait forcé de témoigner dans l’Affaire dite 3000, qui se penche sur une vente de sous-marins allemands à Israël, et dans laquelle le Premier ministre n’est pour l’instant pas considéré comme un suspect.

Lapid a cependant ajouté qu’il ne pouvait donner aucune autre information, puisqu’il a lui-même témoigné dans cette affaire.

Lapid a également attaqué le gouvernement qui prévoit de légiférer à nouveau sur l’enrôlement des ultra-orthodoxes, et a fermement critiqué les manifestations contre le service militaire de la semaine dernière.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...