Le fils du Premier ministre Benjamin Netanyahu a porté plainte mercredi après la publication d’un post sur Facebook qui affirme que le Premier ministre a demandé au Mossad de lui délivrer un passeport sous un autre nom, et qu’il l’a ensuite utilisé pour cacher de l’argent à l’étranger.

Yair Netanyahu demande 140 000 shekels à Abie Binyamin devant la cour des magistrats de Tel Aviv pour les affirmations qu’elle a publiées dans un post datant du 17 août 2016, a indiqué la Deuxième chaîne.

Dans le post, Binyamin, membre actif des manifestations contre le Premier ministre devant le domicile du procureur général à Petah Tikva, aurait écrit que Netanyahu avait appelé le directeur du Mossad pour demander un passeport sous un faux nom pour son fils Yair.

Netanyahu aurait demandé le passeport pour des raisons de sécurité, pour protéger son fils pendant ses voyages à l’étranger.

Binyamin a cependant affirmé que l’objectif réel de cette fausse identité était de cacher de l’argent à l’étranger, et que le nom utilisé sur le faux passeport était apparu dans les « Panama papers ».

Benjamin et Yair Netanyahu, au mur Occidental, le 18 mars 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Benjamin et Yair Netanyahu, au mur Occidental, le 18 mars 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Le jeune Yair Netanyahu, qui a à peine gagné quoi que ce soit dans sa vie, est déjà très riche », aurait écrit Binyamin.

Le post sous-entendait que la famille Netanyahu pouvait être impliquée dans du blanchiment d’argent ou de l’évasion fiscale.

Le post rappelle les rumeurs qui circulent sur les réseaux sociaux depuis au moins juillet 2016, un mois avant le post de Binyamin. Il n’est donc pas évident de savoir pourquoi Yair Netanyahu porte plainte contre lui en particulier.

Yair Netanyahu a régulièrement fait la Une des journaux ces derniers temps, après avoir notamment affirmé que les associations américaines de gauche étaient plus dangereuses que les néo-nazis, avoir fustigé une association, Sixty One, et avoir refusé de nettoyer derrière son chien.