Un député d’Yisrael Beytenu a appelé jeudi le président de la coalition, David Bitan, à faire avancer le projet de loi visant à faire appliquer la peine de mort aux terroristes condamnés.

Dans une lettre, le député Robert Ilatov a déclaré que la législation — dont le vote est présenté comme une condition dans les accords de coalition du parti — croupit à la Commission des Lois depuis la fin du mois d’octobre, au moment où il avait relancé le projet de loi.

« Comme vous le savez, c’est un élément important et essentiel pour Yisrael Beytenu et a été l’une des pierres angulaires de son entrée dans le gouvernement et la coalition », a écrit Ilatov. « Malgré cela, nous voyons qu’il y a des membres de la coalition qui essaient de faire disparaître cette question importante. »

Le parti, dirigé par l’actuel ministre de la Défense Avigdor Liberman, préconise depuis longtemps l’introduction de la peine de mort pour les terroristes. La question était l’une de ses principales promesses électorales lors des élections de 2015.

Bien que le projet de loi n’ait pas recueilli suffisamment de soutien, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a approuvé la mesure.

Une photo de la cuisine du domicile où a été perpétré une sanglante attaque au couteau faisant 3 morts, le 21 juillet 2017, à Halamish (Crédit : armée israélienne)

Suite à une attaque terroriste en juillet dans l’implantation de Halamish en Cisjordanie, où un Palestinien a poignardé à mort trois membres de la famille Salomon attablés alors qu’ils célébraient la naissance d’un petit-fils chez eux durant un repas de vendredi soir, Netanyahu a déclaré qu’il soutenait cette mesure, en affirmant que c’était une punition appropriée pour un « assassin de base ».

Malgré les commentaires de Netanyahu et d’un certain nombre d’autres personnalités politiques de droite à l’époque, un procureur de Tsahal avait déclaré que cette mesure ne faisait pas partie de la politique israélienne, bien qu’elle soit autorisée par la loi.

En Israël, la peine de mort n’est applicable que dans des circonstances bien précises et n’a été appliquée qu’une fois par un tribunal civil — contre le criminel de guerre nazi Adolf Eichmann, l’un des architectes de la Solution finale, en 1962.

Selon un sondage effectué en août, plus de 70 % des Juifs israéliens ont déclaré être en faveur de la peine de mort pour les terroristes.

La Knesset a rejeté à plusieurs reprises une législation qui appliquerait la peine de mort aux terroristes palestiniens, y compris des projets présentés par les gouvernements de Netanyahu.