L’armée israélienne a annoncé vendredi avoir saisi une école talmudique située à Yitzhar, une implantation réputée pour être un bastion de la droite radicale, après plusieurs heurts entre colons extrémistes et forces de sécurité.

L’armée a également bloqué l’entrée de la colonie, a constaté un journaliste de l’AFP, et installé des barrages filtrants, ne laissant entrer que les résidents. Quelque 15 colons y ont été arrêtés ces derniers jours, soupçonnés d’attaques contre l’armée.

« Suite au récent accès de violence contre les forces de sécurité, et afin de régler les inquiétudes sur la sécurité (l’armée) a positionné un escadron de police des frontières dans l’immeuble de la yeshiva de Yitzhar » jusqu’au 15 juin, ont annoncé les militaires dans un communiqué.

La saisie du bâtiment répond à « des besoins pour empêcher la violence et le vandalisme contre les forces de sécurité et les villages voisins », a justifié l’armée.

Cette mesure, extrême, a été prise en l’absence des élèves, partis à l’occasion des vacances de Pessah, [la Pâque juive].

Cinq anciens chefs du service de sécurité intérieure, le Shin Bet, ont appelé à accentuer la répression contre les colons extrémistes, et à traiter les auteurs de tels actes comme des « terroristes ».

La communauté de Yitzhar a qualifié la mesure « d’hystérique et historique ».

« Faire d’une yeshiva une base militaire, c’est une ligne rouge », a-t-elle fustigé dans un communiqué, demandant au « gouvernement israélien de quitter immédiatement » le bâtiment.

Dans un communiqué, la yeshiva a qualifié l’arrivée de l’armée de « profanation », et a promis qu’elle continuerait à dispenser des enseignements.