Le site de partage de vidéos YouTube a été rétabli mardi en Turquie par les autorités, cinq jours après un arrêt de la Cour constitutionnelle en faveur de la levée d’un blocage qualifié de violation de la liberté d’expression.

L’autorité turque chargée des technologies de l’information et de la communication (BTK) a effectivement levé l’interdiction qui aura été en vigueur pendant 67 jours et la vignette d’interdiction n’apparaît plus sur le site de cette institution gouvernementale.

La Cour constitutionnelle turque a ordonné jeudi dernier la levée du blocage de l’accès au site, imposé par le gouvernement islamo-conservateur il y a deux mois, jugeant que cette interdiction était en infraction avec les droits et libertés des individus.

Les autorités turques ont bloqué le 27 mars l’accès à la plateforme d’échange de vidéos pour des raisons de « sécurité nationale », après la diffusion de l’enregistrement pirate d’une réunion confidentielle de hauts responsables turcs évoquant le scénario d’une intervention militaire dans la Syrie voisine.

Le site de microblogging Twitter avait de même été bloqué en mars sur décision du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan pour enrayer la diffusion sur internet d’écoutes téléphoniques pirates le mettant en cause dans un vaste scandale de corruption.

Ces blocages, avant les élections locales de mars, au cours desquelles le parti au pouvoir, l’AKP, d’Erdogan a remporté une victoire décisive, ont été considérés comme un bond en arrière de la Turquie en matière de démocratie et de liberté d’expression.