Les portes de l’école Talmud Torah Zichron Gavriel sont restées closes hier matin. Selon le journal Haaretz, cette école religieuse ashkénaze est fréquentée par 40 % d’élèves d’origine moyen-orientale.

Selon le site haredi Kikar Shabbat, l’école ne souhaitait pas accepter deux enfants âgés de 5 et 6 ans, sous prétexte que le niveau d’observance religieuse de leur famille ne correspondait pas aux canons religieux de l’établissement.

Le directeur invoquant à ce titre que le père de famille utilisait un téléphone cellulaire classique qui ne peut-être revendiqué comme « casher », autrement dit, un téléphone sans accès à Internet.

L’école a cependant, dans un premier temps, été contrainte par la ministère de l’Education, d’accepter les deux enfants. Pendant deux mois, ceux-ci auraient été régulièrement harcelés et même empêchés d’entrer dans leur salle de classe, jusqu’à l’intervention, il y a un mois d’un inspecteur auprès du ministère de l’Éducation.

Les parents des autres élèves ont, suite à cela, entrepris différentes mesures pour protester contre l’acceptation des garçons : salles de classe vide, graffitis sur les murs de la maison familiale, portes scellées et pots de fleurs renversés. Une malédiction (pulsa denoura) aurait même été lancée contre la famille.

Selon le président du conseil municipal Eli Abutbul qui s’est confié dans les colonnes de Haaretz, « une minorité obscurantiste tente de porter atteinte aux valeurs de la société israélienne. Si l’école ne change pas sa position, elle restera fermée ».

L’avocat de l’école Uri Keidar explique que « cette institution éducative est très conservatrice et que près de la moitié de ses élèves sont d’origine séfarades de sorte que les allégations de discrimination sont sans fondement ».

Il dénonce également la punition collective que constitue la fermeture de l’établissement.

Contacté, le ministère de l’Education a déclaré que « compte tenu des faits et après avoir mis en garde l’école à plusieurs reprises, le ministère a ordonné la fermeture de l’école. »