L’Organisation Sioniste d’Amérique (Zionist Organization of America, ZOA), classée à droite, a suggéré lundi que le comportement de certains groupes juifs américains à propos du discours prévu du Premier ministre Benjamin Netanyahu devant le Congrès est similaire à celui des « dirigeants juifs des années 1930 », une référence à l’absence d’unité et d’organisation au sein de la communauté juive américaine avant et pendant la Shoah.

Le président de ZOA, Morton Klein, a publié une déclaration critiquant l’Anti-Defamation League, le président de l’Union for Reform Judaismle rabbin Rick Jacobs et JStreet pour la demande faite à Netanyahu d’ annuler son discours, et l’American Jewish Committee et l’AIPAC pour « leur silence assourdissant sur la question ».

Le discours prévu du Premier ministre a provoqué un tollé au cours des dernières semaines. Dans son intervention, Netanyahu devrait mettre en garde Washington contre un accord avec l’Iran qui lui permettrait de devenir un État au seuil du nucléaire.

Le calendrier, les modalités et le contenu probable du discours ont provoqué la colère de l’administration Obama et des démocrates du Congrès.

Le président fait fortement pression pour un accord nucléaire entre l’Iran et les P5 + 1 [États-Unis,France, Chine, Russie, China, Royaume-Uni et Allemagne].

Klein a poursuivi en affirmant que l’Iran était une « question existentielle grave et redoutable pour l’État juif », et que le délai pour avertir les P5 + 1 des conséquences d’un mauvais accord avec l’Iran était crucial.

« Nous ne devons jamais plus être des Juifs de l’apaisement et de la peur paralysante. Nous devons déclarer publiquement que le président Obama met en danger l’Amérique et Israël en retardant l’arrêt du programme nucléaire iranien », a-t-il déclaré.

Klein a exhorté ses collègues des autres groupes juifs américains à soutenir Netanyahu et à lui fournir ce « grand forum pour nous inspirer à faire davantage pour empêcher cette République islamique radicale d’Iran de type nazi d’accéder à des armes qui pourraient tuer des millions de Juifs, de Chrétiens, d’Américains, d’Européens et d’autres ».

Pour Klein, en ne soutenant pas Netanyahu « nous envoyons un terrible message à l’Iran, celui que nous ne sommes pas unis et forts dans notre détermination contre cet ennemi mortel ».

« Osons ne pas agir comme les dirigeants juifs des années 1930. Il est temps d’agir pour soutenir le Premier ministre d’Israël. »

Au cours du week-end, Jacobs, le plus haut représentant du judaïsme réformé a exhorté Netanyahu à annuler son discours au Congrès, son appel s’ajoute à une liste croissante de dirigeants juifs américains qui vont dans le même sens.

Jacobs a dit que renoncer à sa prise de parole du 3 mars sera « une chose pour laquelle les gens respecteront [Netanyahu] ».

Dans une interview avec The Forward, Jacobs qualifie le discours de « mauvaise idée » et de « mal avisé ».

« Je voudrais qu’il y repense, a déclaré Jacobs vendredi. Il devrait trouver un autre moyen de faire entendre sa voix. »