Israël en guerre - Jour 140

Rechercher

Israël reçoit la 3e liste d’otages innocents qui devraient être libérés dimanche

Le Hamas envoie des messages contradictoires sur le retard dans la libération d’un 2e groupe d’otages ; La trêve de 4 jours renouvelable, obtenue par le Qatar avec l'appui des Etats-Unis et de l'Egypte, prévoit en tout la libération de 50 otages retenus par le Hamas contre 150 détenus palestiniens

  • Doron Asher et ses deux filles Raz, 5 ans et Aviv, 2 ans, retrouvant leur mari et père, Yoni, le 25 novembre 2023. (Crédit : Hôpital pour enfants Schneider)
    Doron Asher et ses deux filles Raz, 5 ans et Aviv, 2 ans, retrouvant leur mari et père, Yoni, le 25 novembre 2023. (Crédit : Hôpital pour enfants Schneider)
  • Les otages israéliens libérés le 25 novembre 2023 : En haut de gauche à droite : Sharon Avigdori et sa fille Noam, les frères et sœurs Alma et Noam Or ; au milieu : Hila Rotem, Emily Hand, Shiri Weiss et sa fille Noga ; en bas : Adi Shoham et ses enfants Yahel et Naveh, Maya Regev, et Shoshan Haran. (Crédit : Autorisation ; combo d'images du Times of Israel)
    Les otages israéliens libérés le 25 novembre 2023 : En haut de gauche à droite : Sharon Avigdori et sa fille Noam, les frères et sœurs Alma et Noam Or ; au milieu : Hila Rotem, Emily Hand, Shiri Weiss et sa fille Noga ; en bas : Adi Shoham et ses enfants Yahel et Naveh, Maya Regev, et Shoshan Haran. (Crédit : Autorisation ; combo d'images du Times of Israel)
  • Des gens regardent des photos d'otages, pour la plupart des civils israéliens enlevés lors de l'attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre, à Tel Aviv le 24 novembre 2023. (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit)
    Des gens regardent des photos d'otages, pour la plupart des civils israéliens enlevés lors de l'attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre, à Tel Aviv le 24 novembre 2023. (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit)
  • À Baytunia, en Cisjordanie, des prisonniers palestiniens (portant des pulls gris) brandissent des drapeaux palestiniens et du Hamas le 24 novembre 2023 après avoir été libérés de la prison militaire israélienne d'Ofer, en échange d'otages innocents libérés par le groupe terroriste palestinien qui les avaient capturés le 7 octobre et détenus depuis à Gaza. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
    À Baytunia, en Cisjordanie, des prisonniers palestiniens (portant des pulls gris) brandissent des drapeaux palestiniens et du Hamas le 24 novembre 2023 après avoir été libérés de la prison militaire israélienne d'Ofer, en échange d'otages innocents libérés par le groupe terroriste palestinien qui les avaient capturés le 7 octobre et détenus depuis à Gaza. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
  • Une unité d'artillerie israélienne stationnée près de la frontière avec le Liban, au nord d'Israël, le 22 novembre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)
    Une unité d'artillerie israélienne stationnée près de la frontière avec le Liban, au nord d'Israël, le 22 novembre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)
  • Sur cette photo fournie par le ministère thaïlandais des Affaires étrangères, dix des otages thaïlandais libérés et un officier, quatrième en partant de la gauche, posent pour une photo au centre médical Shamir (Assaf Harofeh) en Israël, le vendredi 24 novembre 2023. (Ministère thaïlandais des Affaires étrangères via AP)
    Sur cette photo fournie par le ministère thaïlandais des Affaires étrangères, dix des otages thaïlandais libérés et un officier, quatrième en partant de la gauche, posent pour une photo au centre médical Shamir (Assaf Harofeh) en Israël, le vendredi 24 novembre 2023. (Ministère thaïlandais des Affaires étrangères via AP)
  • Doron Asher et ses deux petites filles Raz, 5 ans et Aviv, 2 ans, retrouvent leur mari et père, Yoni, le 25 novembre 2023. (Crédit : Hôpital pour enfants Schneider)
    Doron Asher et ses deux petites filles Raz, 5 ans et Aviv, 2 ans, retrouvent leur mari et père, Yoni, le 25 novembre 2023. (Crédit : Hôpital pour enfants Schneider)
  • Ohad Mundar retrouve son père et son frère après sa libération de Gaza, le 25 novembre 2023. (Crédit : Hôpital pour enfants Schneider)
    Ohad Mundar retrouve son père et son frère après sa libération de Gaza, le 25 novembre 2023. (Crédit : Hôpital pour enfants Schneider)
  • Margalit Moses avec les membres de sa famille après sa libération de Gaza, le 24 novembre 2023. (Capture d'écran : Facebook, used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)
    Margalit Moses avec les membres de sa famille après sa libération de Gaza, le 24 novembre 2023. (Capture d'écran : Facebook, used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)
  • Emilia Alony, 5 ans, retrouve sa grand-mère après avoir été libérée par le Hamas à l'issue de 49 jours de captivité, le 25 novembre 2023. (Crédit : Hôpital Schneider pour enfants)
    Emilia Alony, 5 ans, retrouve sa grand-mère après avoir été libérée par le Hamas à l'issue de 49 jours de captivité, le 25 novembre 2023. (Crédit : Hôpital Schneider pour enfants)
  • Danielle Alony et sa fille Emilia, 5 ans, retrouvent leur famille après leur libération de Gaza, le 25 novembre 2023. ((Crédit : Hôpital Schneider pour enfants)
    Danielle Alony et sa fille Emilia, 5 ans, retrouvent leur famille après leur libération de Gaza, le 25 novembre 2023. ((Crédit : Hôpital Schneider pour enfants)
  • Des otages libérés par le Hamas embrassant leur famille à leur libération, après avoir été pris en otages par le Hamas le 7 octobre, le 24 novembre 2023. (Autorisation)
    Des otages libérés par le Hamas embrassant leur famille à leur libération, après avoir été pris en otages par le Hamas le 7 octobre, le 24 novembre 2023. (Autorisation)
  • Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen rencontrant des ressortissants étrangers libérés de Gaza, le 25 novembre 2023. (Crédit : Ministère des Affaires étrangères)
    Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen rencontrant des ressortissants étrangers libérés de Gaza, le 25 novembre 2023. (Crédit : Ministère des Affaires étrangères)
  • Emily Hand, deuxième à droite, retrouvant son père, Tom Hand, à droite, tandis qu'Hila Rotem, deuxième à gauche, dont la mère est toujours retenue en otage, retrouve les membres de sa famille aux petites heures du 26 novembre 2023. (Autorisation)
    Emily Hand, deuxième à droite, retrouvant son père, Tom Hand, à droite, tandis qu'Hila Rotem, deuxième à gauche, dont la mère est toujours retenue en otage, retrouve les membres de sa famille aux petites heures du 26 novembre 2023. (Autorisation)

À VOIR : scènes émouvantes après le retour des otages Emily Hand et Hila Rotem

Hila Rotem, 13 ans, est embrassée par son oncle alors qu'ils se retrouvent, aux petites heures du 26 novembre 2023. (Armée israélienne)
Hila Rotem, 13 ans, est embrassée par son oncle alors qu'ils se retrouvent, aux petites heures du 26 novembre 2023. (Armée israélienne)

L’armée israélienne publie des photos et des vidéos de la libération des 13 otages israéliens des mains du groupe terroriste palestinien du Hamas. Il y a une vidéo montrant la jeune Emily Hand, 9 ans, rencontrant son père Tom pour la première fois en 50 jours ainsi que Hila Rotem, 13 ans, accueillie et embrassée par son oncle car sa mère est toujours captive.

Tom Hand embrasse sa fille Emily Hand alors qu’ils se retrouvent, aux petites heures du 26 novembre 2023. (Armée de défense israélienne)

Les images diffusées montrent également Adi Shoham et sa fille Yahel, âgée de trois ans, ainsi que Shiri Weiss et sa fille Noga Weiss, âgée de 18 ans, reçues par des soldates de Tsahal après leur libération.

Adi Shoham et sa fille Yahel, âgée de trois ans, sont reçues par des soldates de Tsahal après avoir été libérées par le groupe terroriste du Hamas, le 25 novembre 2023. (Armée de défense israélienne)
Noga Weiss, 18 ans, à droite, et sa mère Shiri Weiss, 53 ans, deuxième à droite, sont reçues par des soldats de Tsahal après avoir été libérées par le groupe terroriste palestinien du Hamas, le 25 novembre 2023. (Armée de défense israélienne)

Israël a reçu la liste des otages qui devraient être libérés dimanche

Israël a reçu la liste des otages qui devraient être libérés dimanche, a déclaré au Times of Israel un responsable proche du dossier.

Le bureau du Premier ministre affirme qu’Israël a informé les familles dont les proches figurent sur la liste remise par le Qatar, qui joue le rôle de médiateur entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Ce sera le troisième jour d’une trêve de quatre jours, dont le Qatar a déclaré plus tôt dans la journée qu’il espère qu’elle sera prolongée avec la libération d’autres personnes enlevées.

Pour Leo Varadkar, Emily Hand n’a pas été otage du Hamas, elle s’était « perdue »

Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar s'adresse à la presse alors qu'il arrive pour le deuxième et dernier jour d'un sommet de l'Union européenne, au siège de l'UE à Bruxelles, le 27 octobre 2023. (Crédit : Ludovic MARIN / AFP)
Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar s'adresse à la presse alors qu'il arrive pour le deuxième et dernier jour d'un sommet de l'Union européenne, au siège de l'UE à Bruxelles, le 27 octobre 2023. (Crédit : Ludovic MARIN / AFP)

Dans un message rapidement fustigé sur Twitter, le Premier ministre irlandais Leo Varadkar se félicite de la libération de l’otage israélo-irlandaise Emily Hand, « une enfant innocente qui a été perdue et a maintenant été retrouvée et restituée ».

Le tweet de Varadkar ne précise pas que Hand, 9 ans, a été retenue en otage pendant 50 jours à Gaza par des terroristes palestiniens du Hamas après avoir été kidnappée lors d’une soirée pyjama chez son amie.

« Nous poussons un immense soupir de soulagement. Nos prières ont été exaucées », dit-il.

Varadkar s’attire les critiques des responsables israéliens et des groupes juifs à cause de la formulation de cette déclaration.

Les quatre autres otages libérés sont thaïlandais

Les quatre otages thaïlandais libérés samedi de Gaza aux côtés des 13 Israéliens sont identifiés par les médias comme étant : Natthaphon Onkaew, Khomkrit Chombua, Anucha Angkaew et Manee Jirachat.

Le ministère de la Santé indique qu’ils ont été emmenés au centre médical Shamir pour recevoir les soins médicaux et psychologiques nécessaires.

Le ministère des Affaires étrangères déclare qu’il est en contact permanent avec les ambassades thaïlandaise et philippine concernant la libération de leurs citoyens, et que les familles des personnes libérées ont été informées.

Le Premier ministre thaïlandais, Srettha Thavisin, a déclaré que les quatre hommes étaient en bonne santé.

Comme la veille, les nouveaux prisonniers palestiniens relâchés sont aussi accueillis en « héros »

Des vidéos de Cisjordanie et de Jérusalem-Est montrent des foules accueillant et acclamant l’arrivée triomphale de 39 prisonniers de sécurité palestiniens libérés par Israël dans le cadre de l’accord de trêve avec le groupe terroriste Hamas en échange de la libération de 13 otages israéliens détenus à Gaza.

À Jérusalem-Est, les images arrivent malgré le fait que le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, ait ordonné à la police d’empêcher les célébrations. Certaines images montrent des policiers de la garde montée en train de tenter de disperser la foule.

Le service pénitentiaire israélien (IPS) a libéré 39 prisonniers palestiniens de trois prisons israéliennes différentes : Megiddo, Ofer et Damun. Tous les prisonniers sont des femmes ou des mineurs de 18 ans et moins.

Ils vivent tous en Cisjordanie ou à Jérusalem-Est. Ils ont tous été inculpés ou reconnus coupables de crimes contre la sécurité, notamment de tentative de meurtre, mais aucun n’a été reconnu coupable de meurtre.

Maya Regev a besoin d’un traitement urgent et est soignée à Soroka

Cette photo de famille non datée, fournie le 16 octobre 2023, de Maya Regev, 21 ans, et Itaï Regev, 18 ans pris en otage au Festival Supernova, le 7 octobre 2023. (Crédit : Regev Family via AP)
Cette photo de famille non datée, fournie le 16 octobre 2023, de Maya Regev, 21 ans, et Itaï Regev, 18 ans pris en otage au Festival Supernova, le 7 octobre 2023. (Crédit : Regev Family via AP)

Le centre médical Sheba de Ramat Gan a annoncé qu’il accueillerait 12 des otages israéliens récemment libérés de Gaza.

Maya Regev, 21 ans, est emmenée au centre médical Soroka, le plus proche, à Beer Sheva, car elle a besoin de soins médicaux urgents, même si des sources affirment que sa vie n’est pas en danger. Regev a été kidnappée au festival de musique Supernova à Reim avec son frère Itai, 18 ans, qui est toujours en captivité.

Des sources israéliennes accusent le Hamas de violer l’accord en libérant une enfant sans sa mère

La mère et la fille Raya et Hila Rotem, enlevées par des terroristes du Hamas dans leur maison au kibboutz Beeri le 7 octobre 2023. (Autorisation)
La mère et la fille Raya et Hila Rotem, enlevées par des terroristes du Hamas dans leur maison au kibboutz Beeri le 7 octobre 2023. (Autorisation)

Des sources en Israël ont accusé le Hamas d’avoir violé les termes de l’accord de trêve en libérant une enfant sans sa mère.

Hila Rotem, 12 ans, a été libérée ce soir mais sa mère, Raya Rotem, 54 ans, reste otage à Gaza.

Des sources israéliennes affirment que cette divergence a été l’un des points de friction lors des retards et des désaccords du début de la journée.

L’Irlande ravie de la libération d’Emily Hand

Une femme tient des prospectus avec le portrait d'Emily Hand,  ressortissante israélo-irlandaise, retenue en otage dans la bande de Gaza lors d'un rassemblement organisé pour son 9e anniversaire devant le siège de l'ONG Save The Children International à Londres, le 17 novembre 2023. (Crédit :  Daniel Leal/AFP)
Une femme tient des prospectus avec le portrait d'Emily Hand, ressortissante israélo-irlandaise, retenue en otage dans la bande de Gaza lors d'un rassemblement organisé pour son 9e anniversaire devant le siège de l'ONG Save The Children International à Londres, le 17 novembre 2023. (Crédit : Daniel Leal/AFP)

Le ministre irlandais des Affaires étrangères, Michael Martin, publie une déclaration dans laquelle il se dit « ravi » de la libération ce soir de la citoyenne irlandaise-israélienne Emily Hand, 9 ans, de Gaza.

« Après des semaines de traumatisme, c’est un moment précieux et profondément émouvant pour la famille Hand », déclare Martin.

Il remercie le Qatar, l’Égypte et les États-Unis pour leur rôle dans la négociation de l’accord et appelle à la libération immédiate de tous les otages restants.

Premières photos des otages libérés

Les premières photos des otages libérés de Gaza, le 25 novembre 2023, ont été publiées. (Capture d'écran : Réseaux sociaux)
Les premières photos des otages libérés de Gaza, le 25 novembre 2023, ont été publiées. (Capture d'écran : Réseaux sociaux)

Les premières photos des otages libérés ce soir de Gaza ont été publiées.

Les images montrent un certain nombre d’otages israéliens et étrangers, dont Emily Hand, 9 ans, et Shoshan Haran, 67 ans.

Les photos proviennent du terminal de Rafah où les otages ont été remis par la Croix-Rouge aux autorités israéliennes.

Paris: 13 interpellés dont 7 fichés S d’ultra-droite après des tags de croix gammées

Un total de 13 personnes, dont sept fichées S d’ultradroite ont été arrêtées samedi soir à Paris pour des tags de croix gammées au sol dans le XVIIe arrondissement de la capitale, a appris l’AFP de source policière.

Ces personnes ont été arrêtées en flagrant délit, a indiqué cette source, précisant que les faits avaient eu lieu dans le quartier de Wagram.

Tsahal confirme que 17 otages libérés sont en territoire israélien

Les otages israéliens libérés le 25 novembre 2023 : En haut de gauche à droite : Sharon Avigdori et sa fille Noam, les frères et sœurs Alma et Noam Or ; au milieu : Hila Rotem, Emily Hand, Shiri Weiss et sa fille Noga ; en bas : Adi Shoham et ses enfants Yahel et Naveh, Maya Regev, et Shoshan Haran. (Crédit : Autorisation ; combo d'images du Times of Israel)
Les otages israéliens libérés le 25 novembre 2023 : En haut de gauche à droite : Sharon Avigdori et sa fille Noam, les frères et sœurs Alma et Noam Or ; au milieu : Hila Rotem, Emily Hand, Shiri Weiss et sa fille Noga ; en bas : Adi Shoham et ses enfants Yahel et Naveh, Maya Regev, et Shoshan Haran. (Crédit : Autorisation ; combo d'images du Times of Israel)

Un communiqué de l’armée israélienne indique que les otages libérés se trouvent désormais en territoire israélien et sont escortés par les forces spéciales et l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet après avoir subi une première évaluation médicale.

« Nos forces accompagnent les otages libérés jusqu’à ce qu’ils rejoignent leurs familles dans les hôpitaux », indique le communiqué.

« Les commandants de Tsahal et ses soldats saluent et embrassent les otages de retour chez eux », poursuit le texte.

« Nous continuerons à collaborer avec les organes de l’establishment de la Défense pour le retour de tous les otages », ajoute le communiqué.

Tsahal demande également à la population de « faire preuve de patience et de sensibilité et de respecter la vie privée des otages libérés et de leurs familles ».

Les 13 otages israéliens libérés de leur captivité à Gaza ce soir

Les otages israéliens libérés le 25 novembre 2023 : En haut de gauche à droite : Sharon Avigdori et sa fille Noam, les frères et sœurs Alma et Noam Or ; au milieu : Hila Rotem, Emily Hand, Shiri Weiss et sa fille Noga ; en bas : Adi Shoham et ses enfants Yahel et Naveh, Maya Regev, et Shoshan Haran. (Crédit : Autorisation ; combo d'images du Times of Israel)
Les otages israéliens libérés le 25 novembre 2023 : En haut de gauche à droite : Sharon Avigdori et sa fille Noam, les frères et sœurs Alma et Noam Or ; au milieu : Hila Rotem, Emily Hand, Shiri Weiss et sa fille Noga ; en bas : Adi Shoham et ses enfants Yahel et Naveh, Maya Regev, et Shoshan Haran. (Crédit : Autorisation ; combo d'images du Times of Israel)

Voici les 13 otages israéliens libérés ce soir après 50 jours de captivité dans la bande de Gaza et qui actuellement arrivés en Égypte.

Il s’agit de :

  • Shoshan Haran, 67 ans
  • Sa fille Adi Shoham, 38 ans, et les enfants d’Adi, Yahel, 3 ans, et Naveh, 8 ans
  • Shiri Weiss, 53 ans, et sa fille Noga Weiss, 18 ans
  • Maya Regev, 21 ans
  • Hila Rotem, 12 ans
  • Emily Hand, 9 ans
  • Noam Or, 17 ans et Alma Or, 13 ans
  • Noam Avigdori, 12 ans, et sa mère Sharon Avigdori, 52 ans

Tsahal : 17 otages sont en Égypte et se dirigent vers le point de passage avec Israël

Noam Avigdori, 12 ans, et Sharon Avigdori , rendaient visite à leur famille dans le kibboutz Beeri le 7 octobre lorsqu'elles ont été enlevées puis retenus en otage à Gaza pendant 50 jours. (Autorisation)
Noam Avigdori, 12 ans, et Sharon Avigdori , rendaient visite à leur famille dans le kibboutz Beeri le 7 octobre lorsqu'elles ont été enlevées puis retenus en otage à Gaza pendant 50 jours. (Autorisation)

L’armée israélienne déclare que la Croix-Rouge a remis les otages à l’Égypte.

Selon les informations fournies à l’armée, il s’agit de 13 Israéliens et quatre Thaïlandais.

Le convoi transportant les otages se dirigera vers le point de passage de Kerem Shalom, où des responsables israéliens vérifieront la liste des noms.

« Les représentants de Tsahal font régulièrement le point avec leurs familles », souligne le communiqué.

6 des 11 otages israéliens libérés ce soir identifiés par leurs proches

L'Irlando-israélienne Emily Kornberg Hand. (Autorisation)
L'Irlando-israélienne Emily Kornberg Hand. (Autorisation)

Les familles des otages ont commencé à identifier et à confirmer les identités de ceux qui ont été libérés – actuellement en Égypte, en route vers Israël.

Jusqu’à présent, ont été relâchés :

Hila Rotem, 12 ans, a été capturée par des terroristes du Hamas avec sa mère Raya Rotem, 54 ans, qui n’a pas encore été libérée et reste otage à Gaza.

Emily Hand, 9 ans, a d’abord été considérée comme tuée lors de l’attaque du kibboutz Beeri le 7 octobre. Emily participait à une soirée pyjama dans la maison d’une amie du kibboutz lorsqu’elle a été enlevée sans aucune famille.

Noam Or, 17 ans, et Alma Or, 13 ans, ont été pris en otage par des terroristes du Hamas dans leur maison au kibboutz Beeri le 7 octobre, aux côtés de leur père Dror Or, 48 ans, et de leur cousin, Liam Or, 18 ans. Leur mère, Yonat Or, a été tuée lors de l’attaque. Dror et Liam sont présumés être toujours otage à Gaza.

Noam Avigdori, 12 ans, et sa mère Sharon Avigdori, ainsi qu’une dizaine de membres de leur famille élargie, ont été enlevés au kibboutz Beeri. Plusieurs autres membres de la famille ont été tués ce jour-là.

13 otages israéliens et 4 otages étrangers passent de Gaza en Égypte

Les otages israéliens, dont plusieurs enfants, sont conduits au poste frontière de Rafah, sur une capture d'écran des séquences en direct de la libération du deuxième groupe d'otages israéliens remis à la Croix-Rouge, à Gaza, le 25 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran)
Les otages israéliens, dont plusieurs enfants, sont conduits au poste frontière de Rafah, sur une capture d'écran des séquences en direct de la libération du deuxième groupe d'otages israéliens remis à la Croix-Rouge, à Gaza, le 25 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran)

Treize otages israéliens et quatre otages étrangers sont passés de Gaza en Égypte.

La plupart des otages israéliens auraient été enlevés dans le kibboutz Beeri.

Parmi ceux qui ont été identifiés sur les premières images figurent Sharon Avigdori, 52 ans, et sa fille de 12 ans, Noam Avigdori, ainsi que Noam Or, 17 ans, et Alma Or, 13 ans, dont la mère Yonat a été assassinée et dont le père et le cousin sont toujours retenus en captivité à Gaza.

La terroriste Israa Jaabis, l’une des prisonnières qui seront libérées ce soir – Hamas

Israa Jaabis, à une audience de détermination de peine, au tribunal de Jérusalem, le 7 novembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Israa Jaabis, à une audience de détermination de peine, au tribunal de Jérusalem, le 7 novembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le groupe terroriste palestinien du Hamas affirme qu’Israa Jaabis, une kamikaze palestinienne emprisonnée, fait partie des personnes qui devraient être libérées de la prison israélienne ce soir dans le cadre de l’accord sur les otages.

Jaabis avait 31 ans en 2015 lorsqu’elle a fait exploser une bonbonne de gaz dans sa voiture après avoir été arrêtée par la police près de l’implantation de Maale Adumim, à l’extérieur de Jérusalem. Elle se dirigeait vers Israël où elle avait l’intention de commettre un attentat-suicide, selon les autorités israéliennes.

L’incendie qui en avait résulté avait causé des brûlures au visage et à la poitrine de l’officier de police Moshe Chen et avait également grièvement blessé Jaabis.

L’année dernière, Jaabis avait déposé une demande auprès de l’administration pénitentiaire israélienne pour se faire refaire le nez afin de réparer les dommages subis par son visage. Sa demande avait été rejetée.

Maison Blanche : Biden suit de près le retard de la libération des otages prévue ce soir

Le président américain Joe Biden s'adressant aux journalistes au sujet des otages libérés par le Hamas lors de la première étape d'un échange dans le cadre d'un accord de cessez-le-feu de quatre jours, à Nantucket, dans le Massachusetts, le 24 novembre 2023. (Crédit : Stephanie Scarbrough/AP Photo)
Le président américain Joe Biden s'adressant aux journalistes au sujet des otages libérés par le Hamas lors de la première étape d'un échange dans le cadre d'un accord de cessez-le-feu de quatre jours, à Nantucket, dans le Massachusetts, le 24 novembre 2023. (Crédit : Stephanie Scarbrough/AP Photo)

Le président américain Joe Biden a été informé de la mise en œuvre de l’accord sur les otages dès le début de la journée, indique Adrienne Watson, porte-parole du Conseil de sécurité nationale (NSC) de la Maison Blanche, dans un communiqué.

À 10h, heure locale, après l’annonce faite par le groupe terroriste palestinien du Hamas d’un retard dans l’accord, Biden a téléphoné à l’émir qatari Tamim ben Hamad al-Thani, pour en discuter, d’après Watson. Un fonctionnaire au courant de l’affaire avait déclaré au Times of Israel que Biden avait poussé l’émir à faire pression sur le Hamas pour qu’il fasse avancer l’accord.

Suite à l’appel de Biden, les hauts fonctionnaires américains ont été en contact régulier avec leurs homologues israéliens, qataris et égyptiens afin de surmonter les obstacles à la mise en œuvre de l’accord, indique Watson.

À 13h30, heure de l’Est, les États-Unis ont été informés par le Qatar que l’accord était de nouveau en bonne voie et que des membres du personnel de la Croix-Rouge étaient en route pour récupérer les otages, ajoute la Maison Blanche.

Hagari : Il y a des « progrès significatifs » dans la libération des otages ce soir

Une ambulance de la Croix-Rouge internationale transportant vraisemblablement des otages israéliens - des femmes âgées et au moins un enfant - détenus dans la bande de Gaza le 24 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran via Al Arabiya ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Une ambulance de la Croix-Rouge internationale transportant vraisemblablement des otages israéliens - des femmes âgées et au moins un enfant - détenus dans la bande de Gaza le 24 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran via Al Arabiya ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, déclare qu’il y a des « progrès significatifs » dans les efforts pour libérer les otages de la bande de Gaza ce soir, suite aux retards du groupe terroriste palestinien du Hamas.

« L’effort pour rendre les otages est notre devoir moral et éthique. Nous sommes déterminés à nous en acquitter de quelque manière que ce soit », déclare Hagari lors d’une conférence de presse.

« L’effort de ce soir progresse et nous informerons les familles et la population lorsque les choses se produiront. La patience est de mise. »

« Il y a des progrès significatifs », ajoute-t-il.

Hagari affirme que « rien n’est définitif tant que cela ne se produit pas réellement », car Israël négocie indirectement avec un « groupe terroriste maléfique. »

« Nous ramènerons les otages de quelque manière que ce soit, par le biais de l’accord ou des prochaines étapes de la guerre », dit-il en réponse à une question.

« Si l’accord n’est pas respecté, nous reprendrons le combat. »

Selon le médecin qui a examiné les enfants libérés de Gaza hier, ils sont en bonne santé

Yoni Asher embrassant ses filles Raz et Aviv, prises en otages par le Hamas, à leur libération, le 24 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Yoni Asher embrassant ses filles Raz et Aviv, prises en otages par le Hamas, à leur libération, le 24 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

La directrice de l’hôpital pour enfants Schneider, Dr. Efrat Bron Harlev, déclare à la Douzième chaîne que les quatre enfants libérés la nuit dernière, après 49 jours de captivité dans la bande de Gaza, sont en assez bonne santé.

Sans violer le secret médical, Dr. Bron Harlev précise que Ohad Mundar, 9 ans, Emilia Aloni, 5 ans, Raz Katz Asher, 4 ans, et Aviv Katz Asher, 2 ans, n’ont pas souffert de troubles de la vue dus au fait qu’ils sont restés sous terre pendant plusieurs semaines. Elle a ajouté que tous les enfants avaient perdu du poids, comme on pouvait s’y attendre au cours de cette épreuve.

Le ministère de la Santé et le ministère des Affaires sociales ont fourni aux hôpitaux des protocoles à suivre concernant le traitement médical et psychosocial des otages à leur arrivée. Ces protocoles comprennent des instructions strictes sur la façon d’éviter le syndrome de renutrition, un état potentiellement mortel résultant d’une reprise de l’alimentation ou d’une réhydratation trop rapide d’une personne sous-alimentée.

Les médias israéliens ont montré Ohad recevant la visite d’un groupe d’amis avec qui il a dégusté une glace.

Dr. Bron Harlev a déclaré que les enfants, ainsi que leurs mères et leurs grands-mères, resteraient à l’hôpital pendant encore quelques jours, jusqu’à ce que tous se sentent mieux et qu’ils se soient accoutumés à leur retour en Israël. Avant que les anciens otages ne sortent de l’hôpital, le personnel soignant et psychosocial de l’hôpital coordonnera les soins continus qui leur seront prodigués par l’intermédiaire de leur organisme de santé.

Qatar : 8 enfants israéliens, 5 Israéliennes et 7 étrangers seront libérés ce soir

Des soldats israéliens attendant l'arrivée d'otages libérés, à l’hôpital Sheba de Ramat Gan, le 25 novembre 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Des soldats israéliens attendant l'arrivée d'otages libérés, à l’hôpital Sheba de Ramat Gan, le 25 novembre 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Huit enfants et cinq femmes israéliens seront prochainement libérés de Gaza, déclare le porte-parole du ministère des Affaires étrangères du Qatar, Majed al-Ansari.

Sept ressortissants étrangers retenus en otage à Gaza seront également libérés, ajoute al-Ansari.

Les prisonniers palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël qui seront libérés aujourd’hui sont 33 mineurs et six femmes, selon le porte-parole du ministère des Affaires étrangères du Qatar.

« Nous remercions une nouvelle fois nos partenaires de médiation – l’Égypte et les États-Unis – pour les efforts conjoints qui ont permis d’éliminer les obstacles à la mise en œuvre des termes de l’accord d’aujourd’hui », ajoute al-Ansari.

100 000 personnes à Tel Aviv pour les otages : « Nous ne resterons pas les bras croisés »

Des Israéliens participant à un rassemblement appelant à la libération des Israéliens retenus en otage à Gaza, à Tel Aviv, le 25 novembre 2023. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Des Israéliens participant à un rassemblement appelant à la libération des Israéliens retenus en otage à Gaza, à Tel Aviv, le 25 novembre 2023. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

On estime qu’environ 100 000 personnes ont participé à un rassemblement à Tel Aviv appelant au retour de tous les otages de Gaza, alors que le deuxième groupe, qui devait être libéré cet après-midi, a été retardé.

Orna et Ronen Neutra, les parents d’Omer Neutra, un soldat « seul » enlevé le 7 octobre, déclarent qu’il est né un mois après le 11 septembre 2001. Omer a été élevé dans un foyer hébréophone par des parents israéliens à Long Island, dans l’État de New York, et avait décidé de s’engager dans les rangs de Tsahal après le lycée.

« Cela n’a pas été facile, mais il y a ici un tel système de soutien pour les soldats seuls », explique Orna.

« Nous lui avons parlé pour la dernière fois vendredi après-midi [le 6 octobre]. Il nous a dit que ce serait un Shabbat calme. Nous t’aimons, Omer, et nous n’aurons de cesse tant que tu ne sera pas rentré à la maison. »

Omer Neutra, né aux États-Unis, est présumé avoir été fait prisonnier par le Hamas le 7 octobre 2023. (Autorisation)

Le Qatar annonce que 13 Israéliens et 7 étrangers seront bien libérés « ce soir »

Des ambulances alignées du côté égyptien, sur une photo prise du côté gazaoui du point de passage de Rafah, le 24 novembre 2023. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)
Des ambulances alignées du côté égyptien, sur une photo prise du côté gazaoui du point de passage de Rafah, le 24 novembre 2023. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)

Après des heures d’attente, le Qatar, l’un des principaux médiateurs dans l’affaire des otages, confirme que 13 Israéliens et 7 étrangers seront libérés de leur captivité à Gaza « ce soir ».

Le groupe terroriste palestinien du Hamas confirme également que la libération progresse.

Un responsable israélien a déclaré plus tôt qu’ils étaient « prudemment optimistes » et que les problèmes avaient été résolus et que la libération du deuxième groupe d’otages aurait lieu ce soir.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

Netanyahu consulte les chefs de la sécurité au sujet du hic de l’accord des otages

Le ministre de la Défense Yoav Gallant, au centre à gauche, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre à droite, au quartier général de l'armée lors de la libération d'un certain nombre d'otages israéliens détenus à Gaza, le 24 novembre 2023. (Crédit : Haïm Zach/GPO)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant, au centre à gauche, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre à droite, au quartier général de l'armée lors de la libération d'un certain nombre d'otages israéliens détenus à Gaza, le 24 novembre 2023. (Crédit : Haïm Zach/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu aurait tenu des consultations par téléphone avec tous les chefs des agences de sécurité israéliennes sur la façon de procéder si finalement le groupe terroriste palestinien du Hamas ne libère pas le groupe d’otages d’aujourd’hui avant minuit, conformément à l’accord de trêve.

Selon plusieurs médias israéliens, le ministre de la Défense Yoav Gallant, son collègue du cabinet de guerre Benny Gantz, le chef d’état-major de Tsahal Herzi Halevi, le chef de l’agence de renseignement du Mossad David Barnea et le chef de l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet Ronen Bar sont au nombre des participants à ces consultations. Il n’y a pas eu de confirmation officielle.

Barnea aurait informé les dirigeants de ses contacts avec les médiateurs qataris, et Bar de ses interactions avec les Égyptiens.

L’Égypte et le Qatar essaieraient de sauver l’accord, selon un article du média Ynet, qui cite des sources israéliennes anonymes disant qu’elles ne savent pas si la situation se dénouera.

Le petit-fils de Yaffa Adar dit qu’elle aurait voulu être à Tel Aviv mais que c’est « encore un peu tôt »

Des Israéliens participant à un rassemblement appelant à la libération des Israéliens retenus en otage à Gaza, à Tel Aviv, le 25 novembre 2023. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Des Israéliens participant à un rassemblement appelant à la libération des Israéliens retenus en otage à Gaza, à Tel Aviv, le 25 novembre 2023. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Alon Adar, petit-fils de Yaffa Adar, qui a été libéré de Gaza la nuit dernière, monte sur scène lors du rassemblement à Tel Aviv.

« Nous sommes heureux que ma savta [grand-mère] soit de retour, mais mon cousin Tamir est toujours là-bas », déclare Alon. « Le retour de Savta nous donne l’espoir que tous reviendront. Mais nous savons que nous devons continuer à nous battre contre cette folie, à venir sur la place et à raconter au monde l’histoire qui se cache derrière chaque photo. Nos familles ont besoin de vous. »

Alon raconte que sa grand-mère, âgée de 85 ans, voulait venir, mais que la famille a estimé que c’était un peu trop tôt pour l’instant.

« Elle nous regarde et est fière de moi et de nous tous. »

Roee Angrest, de Kiryat Bialik, élève de l’école primaire dont le frère aîné, le sergent Matan Angrest, est présumé être retenu en otage à Gaza, réclame sur scène la libération de son grand frère.

Les amis et les familles des otages organisent un rassemblement à Tel Aviv

Quelque 50 000 Israéliens se rassemblent sur la « Place des Otages », devant le Musée d’art de Tel Aviv, derrière le ministère de la Défense, pour marquer les « 50 jours d’enfer ».

« Le retour des otages est la plus grande mitzvah qui soit », déclare le chanteur Ehud Banaï depuis la scène. « Avec l’arrivée de Hanoukka, nous allumerons de nombreuses bougies pendant cette période sombre. Nos cœurs sont brisés jusqu’à ce que nous les ramenions tous à la maison. »

La foule est de tous âges, y compris des groupes de jeunes aux couleurs kaki et bleu de HaShomer HaTzaïr, ainsi que des personnes portant des tee-shirts noirs « Ramenez-les à la maison » et des dog tags – ou plaques d’identité pour chiens – aux noms des otages.

Le neveu d’Adina Moshe dit : « Ma famille se battra jusqu’au retour du dernier otage »

Adina Moshe. (Autorisation)
Adina Moshe. (Autorisation)

Amit Zach, le neveu d’Adina Moshe, qui a été libérée hier soir après 49 jours de captivité dans la bande de Gaza, affirme que la famille continuera à se battre jusqu’au retour du dernier otage.

« Nous sommes très heureux et soulagés qu’elle soit avec nous », a déclaré Zach dans une interview accordée à la Douzième chaîne, précisant qu’il n’a pas encore revu Adina, qui est maintenue en observation à l’hôpital. Zach demande que sa tante et sa famille puissent bénéficier d’une certaine intimité.

« Nous remercions tous ceux qui se sont battus – et qui continuent de se battre – avec nous jusqu’au retour du dernier otage », déclare Zach.

« Nous ne cesserons pas notre combat jusqu’à ce que le dernier otage soit libéré. »

Gallant : Tsahal ne quittera pas Gaza tant que tous les otages n’auront pas été relâchés

Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'entretenant avec des troupes dans le nord de la bande de Gaza, le 25 novembre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'entretenant avec des troupes dans le nord de la bande de Gaza, le 25 novembre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant déclare que l’armée israélienne ne quittera pas la bande de Gaza tant que tous les otages n’auront pas été ramenés en Israël, et que toute négociation future avec le groupe terroriste palestinien du Hamas se déroulera au milieu des combats.

Les remarques de Gallant ont été faites alors que le ministre visitait la bande de Gaza ce matin – pour la première fois depuis le début de la guerre – et rencontrait des commandants et des soldats. Gallant est entré dans la bande de Gaza par la mer en compagnie du chef de la marine, le vice-amiral David Saar Salama.

« Notre capacité à ramener le premier groupe d’otages est due à la pression exercée par les militaires. Dès que la pression militaire s’exerce, ils veulent faire une pause. Lorsque vous augmentez la pression, ils veulent une autre pause. Quand vous augmentez encore plus, ils sont prêts à venir avec une offre, et quand vous augmentez encore plus, et qu’ils sont prêts à venir avec une offre qui peut être acceptée, c’est toute la méthode », explique Gallant.

« Nous ne pouvons pas abandonner l’opération et la guerre à Gaza tant que nous n’aurons pas ramené tous les otages, parce qu’il y en a encore beaucoup d’autres », ajoute-t-il.

Gallant affirme que le cessez-le-feu sera de courte durée. « Toute nouvelle négociation se fera sous le feu des armes. Cela signifie que s’ils veulent continuer à discuter du prochain [accord], ce sera pendant que les bombes tombent et que les forces se battent, c’est la base. »

Le bureau de Gallant dit qu’il a visité la côte nord de Gaza, et a été informé par les commandants des opérations des forces pendant les combats et de leur sécurité pendant le cessez-le-feu.

Israël menacerait de relancer l’incursion à Gaza si les otages ne sont pas libérés d’ici minuit

Des ambulances alignées du côté égyptien, sur une photo prise du côté gazaoui du point de passage de Rafah, le 24 novembre 2023. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)
Des ambulances alignées du côté égyptien, sur une photo prise du côté gazaoui du point de passage de Rafah, le 24 novembre 2023. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)

Un responsable israélien aurait menacé de « relancer les opérations terrestres de Tsahal » dans la bande de Gaza si le prochain groupe d’otages israéliens n’était pas libéré d’ici minuit.

Ce responsable est cité par un certain nombre de médias israéliens, mais il n’y a pas de confirmation officielle.

L’accord signé prévoyait la libération d’au moins 50 otages innocents en échange de 150 prisonniers palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël, d’une pause de quatre jours dans les combats et d’une augmentation de l’aide à Gaza. Le groupe terroriste palestinien du Hamas a accusé Israël d’avoir violé les termes de l’accord, ce qu’Israël réfute catégoriquement.

Des sources israéliennes ont à leur tour accusé le Hamas d’avoir violé les termes de la liste des otages dont la libération est prévue aujourd’hui, notamment en ce qui concerne l’obligation de libérer les mères avec leurs enfants.

En ce qui concerne les affirmations du groupe terroriste palestinien selon lesquelles Israël n’a pas libéré les prisonniers palestiniens dans l’ordre promis, la Douzième chaîne cite une source officielle à Jérusalem qui nie toute violation de l’accord.

« Tout comme le Hamas décide qui libérer de sa liste [d’otages] à chaque étape, nous décidons quels prisonniers de sécurité palestiniens libérer [en retour]. »

La source précise également que l’aide humanitaire a été acheminée comme convenu, y compris dans le nord de la bande de Gaza.

Le deuxième groupe d’otages devait être libéré à 16h, mais le Hamas n’a apparemment toujours pas entamé le processus.

Hanna Katzir n’a appris la mort de son mari et l’enlèvement de son fils qu’après sa libération

Hanna Katzir. (Autorisation)
Hanna Katzir. (Autorisation)

La Douzième chaîne rapporte que Hannah Katzir, 77 ans, a appris que son époux Rami avait été assassiné et que son fils Elad avait été enlevé à Gaza le 7 octobre seulement après avoir été libérée hier après 49 jours de captivité dans la bande de Gaza.

La chaîne affirme avoir appris que les otages libérés craignaient pour leur vie lors de leur transfert par le Hamas à la Croix-Rouge hier à Gaza, car alors qu’ils roulaient vers Khan Younis, des passants ont lancé des pierres, entre autres projectiles sur leur camionnette.

Certains des otages n’ont survécu qu’avec du riz au cours de leurs deux dernières semaines de captivité, après avoir reçu suffisamment de nourriture pendant le premier mois environ, indique la Douzième chaîne.

Ruti Mundar dit avoir entendu à la radio, alors qu’elle était otage à Gaza, que son fils était mort

Ruti Mundar, après avoir été libérée du Hamas, le 24 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Ruti Mundar, après avoir été libérée du Hamas, le 24 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Ruti Mundar, 78 ans, qui a été libérée hier des geôles du Hamas après 49 jours de captivité, déclare qu’elle a appris que son fils Roy a été tué lors du massacre du 7 octobre par le Hamas en écoutant la radio.

Cette révélation constitue l’un des premiers éléments d’information sur les conditions de détention de certains otages.

Sur les images que la famille Mundar a autorisé à diffuser à la presse, on voit Ruti serrer sa famille dans ses bras et dire qu’elle va bien, mais qu’elle sait que Roy a été tué pendant l’assaut en écoutant la radio, mais qu’elle n’est pas sûre de la manière dont il a été tué.

Les images montrent également Keren Mundar, la fille de Ruti, qui a également été libérée hier, accompagnée de son fils de 9 ans, Ohad, s’enquérir du sort de son père, Avraham Mundar, âgé de 78 ans. Un membre de sa famille confirme que Avraham est détenu en captivité, et Keren est vue en train de répondre : « Alors, il n’a pas été assassiné ?  »

Les images révèlent que les membres des familles prises en otage n’étaient pas tous détenus ensemble à Gaza et qu’ils n’étaient pas nécessairement au courant du sort des uns et des autres.

La nièce de Ruti raconte à Ynet que la famille s’est interrogée sur la façon dont elle allait annoncer la nouvelle de Roy à Ruti, Keren et Ohad.

Israël reproche à ONU Femmes d’avoir tardé de 50 jours pour commenter les crimes sexuels du Hamas

Le ministère des Affaires étrangères s’en prend au bureau de l’ONU chargé des questions relatives aux femmes pour avoir mis 50 jours à commenter les preuves de violences sexuelles perpétrées lors du massacre du 7 octobre par le groupe terroriste palestinien du Hamas, avant de publier aujourd’hui une brève déclaration exprimant son « inquiétude » à ce sujet.

« Nous avons rencontré des organisations de femmes israéliennes et entendu parler du travail de la Commission civile pour les crimes contre les femmes et les enfants », a tweeté ONU Femmes. « Nous restons alarmés par les rapports sur les violences sexuelles du 7 octobre et appelons à une enquête rigoureuse, donnant la priorité aux droits, aux besoins et à la sécurité des personnes touchées », ajoute le bureau de l’ONU.

« Pendant près de 50 jours, ONU Femmes a été SILENCIEUSE sur le viol, le meurtre et l’enlèvement de centaines de femmes et de filles israéliennes. Sept semaines plus tard, tout ce qu’elle peut faire, c’est ‘alarmer’. C’est honteux », a tweeté le ministère des Affaires étrangères.

La présidente du Conseil national des femmes juives, Sheila Katz, ajoute que la déclaration d’ONU Femmes « n’aborde pas explicitement la gravité de l’attaque terroriste, notamment le meurtre brutal de plus de 1 200 personnes en Israël, la torture et le viol de femmes, ainsi que le ciblage de civils et de familles, est tout aussi répréhensible ».

« La reconnaissance immédiate et sans équivoque de ces atrocités est impérative, étant donné la violation flagrante du droit international », ajoute-t-elle.

Le Hamas envoie des messages contradictoires sur le retard dans la libération d’un deuxième groupe d’otages

Des soldats israéliens attendant l'arrivée d'otages libérés, à l’hôpital Sheba de Ramat Gan, le 25 novembre 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Des soldats israéliens attendant l'arrivée d'otages libérés, à l’hôpital Sheba de Ramat Gan, le 25 novembre 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

L’aile armée du Hamas annonce dans un communiqué le report de la libération du deuxième groupe d’otages, alors qu’un responsable du groupe terroriste palestinien déclare à l’AFP que la libération est déjà en cours.

La branche armée affirme qu’elle retarde la libération « jusqu’à ce que l’occupation [Israël] respecte les termes de l’accord relatif à l’entrée des camions d’aide dans le nord de la bande de Gaza et en raison du non-respect des normes convenues pour la libération des prisonniers ».

Cependant, Israël a autorisé l’entrée de 200 camions dans la bande de Gaza, comme l’exige l’accord, et le Coordinateur des activités gouvernementales dans les Territoires palestiniens (COGAT) a annoncé plus tôt que 50 de ces camions avaient atteint le nord de la bande de Gaza.

Plus tôt dans la journée, un haut responsable du Hamas, Taher al-Nono, a déclaré à Al Jazeera qu’Israël n’avait pas non plus respecté les conditions relatives à la libération des prisonniers palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël, que le Hamas avait demandé de libérer dans un ordre différent de celui suivi par Israël.

Mais une source du Hamas a déclaré à l’AFP il y a quelques minutes que la remise du deuxième groupe d’otages à la Croix-Rouge avait commencé.

« Les Brigades Ezzedine al-Qassam ont commencé à remettre le deuxième groupe de prisonniers israéliens à la Croix-Rouge dans la ville de Khan Yunis [sud]. Ils sont au nombre de 14 », indique la source.

L’AFP a contribué à cet article.

Des dizaines de milliers de Britanniques défilent en soutien aux Palestiniens à Londres

Des manifestants brandissent des drapeaux et des pancartes alors qu’ils participent à une manifestation pro-palestinienne et anti-israélienne près de Trafalgar Square à Londres, le samedi 25 novembre 2023. (Crédit : Alberto Pezzali/AP)
Des manifestants brandissent des drapeaux et des pancartes alors qu’ils participent à une manifestation pro-palestinienne et anti-israélienne près de Trafalgar Square à Londres, le samedi 25 novembre 2023. (Crédit : Alberto Pezzali/AP)

Des dizaines de milliers de Britanniques ont a nouveau battu le pavé samedi à Londres en soutien aux Palestiniens.

La mobilisation ne s’essouffle pas dans la capitale britannique après sept semaines de guerre, alors que de nouvelles libérations d’otages innocents aux mains du Hamas en échange de prisonniers sécuritaires palestiniens sont attendues samedi.

Le cortège s’est élancé de Park Lane en milieu de journée en direction de Whitehall, quartier central de Londres, avec des centaines de drapeaux palestiniens et des pancartes « Arrêtez de bombarder Gaza » ou « Fin du siège. »

Plus de 1 500 officiers de police sont mobilisés tout le week-end à Londres, avec près de 500 renforts venus d’autres villes du Royaume-Uni.

Un homme portant une pancarte avec des symboles nazis été arrêté au tout début de la manifestation, a indiqué le ministre de l’Intérieur James Cleverly sur X (ex-Twitter).

Une marche contre l’antisémitisme aura également lieu dimanche dans la capitale britannique, à l’initiative de l’organisation Campaign Against Antisemitism vers 13H30.

Des infos font état d’explosions au-dessus d’Eilat ; pas de commentaire de Tsahal

Un missile intercepteur au-dessus de d'Eilat, sur la mer Rouge, le 1er novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran Twitter ; utilisé conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Un missile intercepteur au-dessus de d'Eilat, sur la mer Rouge, le 1er novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran Twitter ; utilisé conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Des informations font état d’activités de défense aérienne et d’explosions au-dessus d’Eilat, la ville la plus méridionale d’Israël.

Des messages sur les réseaux sociaux montrent deux missiles intercepteurs survolant la zone.

Aucune sirène n’a retenti à Eilat, et Tsahal n’a pas encore commenté l’incident.

Les Houthis du Yémen, soutenus par l’Iran, ont tiré plusieurs missiles balistiques et drones sur la ville ces dernières semaines, qui ont tous été interceptés ou ont manqué leur cible. Un groupe syrien soutenu par l’Iran a également lancé des drones sur Eilat, touchant une école au début du mois.

Un responsable du Hamas accuse Israël de violer les termes de l’accord sur les otages

Des camions transportant de l'aide humanitaire entrant dans la bande de Gaza par le point de passage de Rafah avec l'Egypte, quelques heures après le début d'une trêve de quatre jours dans les combats entre Israël et les terroristes palestiniens du Hamas, le 24 novembre 2023. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)
Des camions transportant de l'aide humanitaire entrant dans la bande de Gaza par le point de passage de Rafah avec l'Egypte, quelques heures après le début d'une trêve de quatre jours dans les combats entre Israël et les terroristes palestiniens du Hamas, le 24 novembre 2023. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)

Un chef du groupe terroriste palestinien du Hamas à l’étranger, Ismaïl Haniyeh, affirme qu’Israël a violé les conditions du cessez-le-feu temporaire dans une déclaration faite quelques heures avant un retard apparent dans la libération du deuxième groupe d’otages.

Taher al-Nono explique à Al Jazeera qu’Israël n’a pas respecté les clauses relatives à l’entrée des camions d’aide humanitaire dans la bande de Gaza, notamment en ce qui concerne la distribution de l’aide dans le nord de la bande, où les combats ont été les plus intenses.

Cependant, Israël a autorisé l’entrée de 200 camions dans la bande de Gaza, comme l’exige l’accord, et le Coordinateur des activités gouvernementales dans les Territoires palestiniens (COGAT) a annoncé plus tôt que 50 de ces camions avaient atteint le nord de la bande de Gaza.

Al-Nono affirme également qu’Israël n’a pas respecté les conditions relatives à la libération des prisonniers palestiniens, que le Hamas avait demandé de libérer dans un ordre différent de celui établi par Israël.

Le haut responsable du groupe terroriste affirme que l’armée israélienne a violé l’accord en tirant sur des habitants de Gaza qui cherchaient à retourner dans le nord de la bande de Gaza, ce qui a entraîné la mort de deux Palestiniens. Israël affirme que l’une des clauses de l’accord interdit aux Palestiniens de retourner dans le nord de la bande de Gaza, où les opérations de Tsahal sont toujours en cours.

Pour sa part, le Hamas va au-delà des termes de l’accord, affirme al-Nono, soulignant que le groupe terroriste a libéré hier 11 ressortissants thaïlandais et philippins, qui avaient été brutalement pris en otage lors du massacre du 7 octobre. La libération de ces otages aurait été convenue lors de pourparlers directs entre la Thaïlande et l’Iran, et ne faisait pas partie de l’accord conclu entre Israël et le Qatar.

Eli Cohen rend visite aux otages thaïlandais et philippin libérés vendredi

Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen rencontrant des ressortissants étrangers libérés de Gaza, le 25 novembre 2023. (Crédit : Ministère des Affaires étrangères)
Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen rencontrant des ressortissants étrangers libérés de Gaza, le 25 novembre 2023. (Crédit : Ministère des Affaires étrangères)

Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen rend visite aux 11 otages thaïlandais et philippins retenus jusqu’à hier par le groupe terroriste palestinien du Hamas.

« Les citoyens israéliens et étrangers ont connu un destin commun face à un ennemi cruel le [7 octobre] », déclare Cohen dans un communiqué.

Le ministre affirme qu’Israël continuera à travailler pour libérer tous les otages, y compris les plus d’une douzaine de travailleurs étrangers qui restent en captivité.

« J’ai promis à tous les citoyens étrangers libérés [hier] qu’ils recevraient les meilleurs soins médicaux et psychologiques et nous veillerons à ce qu’ils bénéficient de tous les droits du bituah leumi [l’assurance nationale] », ajoute Cohen.

Yoni serre ses filles, Ohad joue avec un Rubik’s Cube à bord d’un hélicoptère

Yoni Asher embrassant ses filles Raz et Aviv, prises en otages par le Hamas, à leur libération, le 24 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Yoni Asher embrassant ses filles Raz et Aviv, prises en otages par le Hamas, à leur libération, le 24 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne publie de nouvelles photos de la libération des 13 otages israéliens hier.

Les images montrent quelques moments d’émotion, au moment où les otages sont rentrés en Israël et ont retrouvé leurs familles.

Danielle Aloni embrassant sa famille à sa libération, après avoir été prise en otage par le Hamas le 7 octobre, le 24 novembre 2023. (Autorisation)
Ohad Munder, 9 ans, dans un hélicoptère de l’armée, à son retour en Israël après 49 jours de captivité entre les mains du Hamas, avec un Rubik’s Cube , le 29 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Des otages libérés par le Hamas embrassant leur famille à leur libération, après avoir été pris en otages par le Hamas le 7 octobre, le 24 novembre 2023. (Autorisation)

200 camions chargés d’aide sont entrés à Gaza depuis l’Egypte

Vendredi, 200 camions chargés d’aide sont entrés à Gaza depuis l’Egypte, selon le COGAT, service du ministère israélien de la Défense, chargé des affaires civiles à Gaza.

Il s’agit du « plus gros convoi humanitaire » depuis le début de la guerre, a souligné l’agence des Nations unies chargée de la coordination humanitaire (Ocha).

13 otages israéliens aux mains du Hamas seront libérés, pas 14 – médias

Alors que certains médias étrangers ont suggéré que 14 otages israéliens détenus à Gaza pourraient être libérés aujourd’hui, la presse israélienne affirme que 13 personnes seront libérées par le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Une cinquantaine d’otages – des enfants, leurs mères et d’autres femmes – devraient être libérés au cours des quatre prochains jours. Selon l’accord de trêve, chaque otage innocent libéré vaut trois détenus sécuritaires palestiniens.

La trêve de quatre jours peut potentiellement être prolongée d’un jour supplémentaire pour chaque groupe de 10 otages supplémentaires libérés par le Hamas.

Treize Israéliens ont été libérés hier dans le cadre de la première étape de l’accord, tandis que dix ressortissants thaïlandais et un Philippin ont été libérés dans le cadre d’un accord séparé.

Quatre camions de carburant sont entrés à Gaza – COGAT

Des Palestiniens attendent avec des bouteilles vides l'arrivée de gaz domestique dans un camion citerne entré dans la bande de Gaza depuis l'Égypte au poste-frontière de Rafah, le 25 novembre 2023. (Crédit : SAID KHATIB / AFP)
Des Palestiniens attendent avec des bouteilles vides l'arrivée de gaz domestique dans un camion citerne entré dans la bande de Gaza depuis l'Égypte au poste-frontière de Rafah, le 25 novembre 2023. (Crédit : SAID KHATIB / AFP)

Le COGAT, l’organe du ministère de la Défense israélien supervisant les activités civiles dans les Territoires palestiniens, a annoncé que quatre camions de carburant et que quatre citernes de gaz domestique étaient entrées, depuis l’Égypte, dans la bande de Gaza en cette journée de samedi.

« Le carburant et le gaz sont destinés au bon fonctionnement des infrastructures humanitaires essentielles » au sein de l’enclave côtière, a écrit l’instance placée sous l’autorité du ministère de la Défense sur X, anciennement Twitter.

Cette aide a pu entrer dans la bande dans le cadre d’un accord portant sur une pause temporaire des combats entre Israël et le groupe terroriste du Hamas.

Environ 50 otages israéliens – des enfants, leurs mères et d’autres femmes – devraient retrouver la liberté pendant les quatre jours de cette trêve. Trois détenus palestiniens, emprisonnés pour atteinte à la sécurité en Israël, seront remis en liberté en échange de chaque otage.

Jack Lew : « Nous ne nous reposerons pas tant que tout le monde ne sera pas rentré à la maison »

Jack Lew, le candidat du président Joe Biden au poste d'ambassadeur des États-Unis en Israël, témoigne lors de l'audition de confirmation de la commission des affaires étrangères du Sénat au Capitole, le 18 octobre 2023 à Washington, DC. (Crédit : Drew Angerer/Getty Images/AFP)
Jack Lew, le candidat du président Joe Biden au poste d'ambassadeur des États-Unis en Israël, témoigne lors de l'audition de confirmation de la commission des affaires étrangères du Sénat au Capitole, le 18 octobre 2023 à Washington, DC. (Crédit : Drew Angerer/Getty Images/AFP)

L’ambassadeur américain en Israël, Jack Lew, se félicite de la libération des otages hier.

« Les otages soulagés retrouvent leurs proches. Nous ne nous reposerons pas tant que tout le monde ne sera pas rentré à la maison », écrit Lew sur X, anciennement connu sous le nom de Twitter.

Plus tôt ce mois-ci, le Sénat américain a voté pour confirmer la nomination de l’ancien secrétaire au Trésor au poste d’envoyé en Israël dans le cadre d’un processus accéléré en raison de la guerre.

À VOIR : Yoni Asher revoit enfin son épouse Doron et ses filles Raz, 4 ans et Aviv, 2 ans

Doron Asher et ses deux filles Raz, 5 ans et Aviv, 2 ans, retrouvent leur mari et père, Yoni, le 25 novembre 2023. (Crédit : Hôpital pour enfants Schneider)
Doron Asher et ses deux filles Raz, 5 ans et Aviv, 2 ans, retrouvent leur mari et père, Yoni, le 25 novembre 2023. (Crédit : Hôpital pour enfants Schneider)

Des images et des vidéos montrent Doron Asher et ses deux fillettes, Raz, 4 ans et Aviv, 2 ans, retrouvant enfin leur époux et père, Yoni.

Dans la vidéo, qui a été diffusée par l’hôpital pour enfants Schneider avec la permission de la famille et à sa demande, Yoni serre étroitement contre lui son épouse et ses enfants.

« Est-ce que je vous ai manqué ? Est-ce que vous avez pensé à papa ? », demande-t-il aux deux petites filles.

Raz répond à son père qu’elle rêvait de pouvoir rentrer chez elle.

« Ton rêve s’est réalisé, » lui dit son père. « On va rentrer très vite à la maison. On va rester là pour que les médecins puissent t’examiner, puis on va rentrer chez nous ».

Doron, Raz et Aviv avaient été enlevées par les terroristes, le 7 octobre, alors qu’elles s’étaient réfugiées dans la pièce blindée de l’habitation de la mère de Doron au kibboutz Nir Oz, à proximité de Gaza.

La mère de Doron, Efrat Katz, avait été tuée lors de l’assaut meurtrier lancé par le Hamas dans le sud d’Israël. Les terroristes avaient mené un carnage meurtrier pendant des heures dans les communautés et ils avaient massacré des jeunes qui assistaient à une rave-party– faisant 1 200 morts. Ils avaient aussi enlevé environ 240 personnes.

Asher était devenu une personnalité de premier plan représentant les familles des otages.

Doron Asher et ses deux petites filles Raz, 5 ans et Aviv, 2 ans, retrouvent leur mari et père, Yoni, le 25 novembre 2023. (Crédit : Hôpital pour enfants Schneider)

À VOIR : Ohad Munder, 9 ans, libéré de Gaza, retrouve son papa

Ohad Mundar retrouve son père et son frère après sa libération de Gaza, le 25 novembre 2023. (Crédit : Hôpital pour enfants Schneider)
Ohad Mundar retrouve son père et son frère après sa libération de Gaza, le 25 novembre 2023. (Crédit : Hôpital pour enfants Schneider)

Ohad Munder, 9 ans, a retrouvé son père pour la toute première fois depuis sa libération de la bande de Gaza, hier.

Sur des images diffusées par l’hôpital Schneider, à la demande de la famille et avec sa permission, l’enfant court le long d’un couloir et se jette dans les bras de son papa.

Ohad a été libéré avec sa mère, Keren Munder, 54 ans, et avec sa grand-mère Ruti Munder, 78 ans. L’époux de Ruti, Avraham Munder, se trouve encore au sein de l’enclave côtière.

Ohad a eu neuf ans alors qu’il était en captivité et des événements avaient été organisés sur tout le territoire à cette occasion.

L’enfant est particulièrement adroit au Rubik’s cube et ses soutiens avaient fait son portrait sur le puzzle dans le cadre de la campagne lancée en faveur de sa libération. Des images qui ont circulé sur les réseaux sociaux l’ont montré en train de s’adonner à ce passe-temps qu’il affectionne à l’hôpital, observé par les soldats de Tsahal.

Emilia, 5 ans, otage pendant 49 jours, serre enfin sa grand-mère dans ses bras

Emilia Alony, 5 ans, retrouve sa grand-mère après avoir été libérée par le Hamas à l'issue de 49 jours de captivité, le 25 novembre 2023. (Crédit : Hôpital Schneider pour enfants)
Emilia Alony, 5 ans, retrouve sa grand-mère après avoir été libérée par le Hamas à l'issue de 49 jours de captivité, le 25 novembre 2023. (Crédit : Hôpital Schneider pour enfants)

Emilia Alony, 5 ans, qui a été libérée hier avec sa mère, Danielle, dans le cadre d’un accord de trêve temporaire dans les combats qui opposent actuellement Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas, a retrouvé sa grand-mère.

Danielle et Emilia étaient retenues en otage dans la bande de Gaza depuis 49 jours.

Sur des photos qui ont été diffusées par l’hôpital pour enfants Schneider, Emilia étreint sa grand mère avec effusion.

La mère et sa fille étaient allées rendre visite à la sœur de Danielle et à sa famille au kibboutz Nir Oz, le 7 octobre, quand elles avaient été kidnappées pendant l’attaque meurtrière commise par le groupe terroriste du Hamas dans les communautés du sud d’Israël.

Sharon Alony Cunio, 33 ans et son époux David Cunio, 34 ans, aux côtés de leurs deux filles, des jumelles de trois ans qui s’appellent Yuli et Emma, sont encore otages à Gaza.

Danielle Alony et sa fille Emilia, 5 ans, retrouvent leur famille après leur libération de Gaza, le 25 novembre 2023. ((Crédit : Hôpital Schneider pour enfants)

Une « cible aérienne suspecte » entrée en Israël depuis le Liban interceptée

L’armée israélienne a annoncé que son système de défense antiaérienne avait intercepté « une cible aérienne suspecte » entrée dans l’espace israélien depuis le Liban, il y a peu.

L’incident a activé les sirènes dans plusieurs communautés de l’Ouest de la Galilée.

En début de matinée, un incident similaire est survenu en Haute-Galilée et Tsahal a expliqué que les sirènes avaient résonné en raison d’un missile intercepteur tiré en direction d’une cible, dans le secteur.

Un jet qatari se pose en Israël

Dans une initiative rare, un jet privé qatari s’est posé à l’aéroport international Ben-Gurion, ont indiqué les médias israéliens.

Le vol était en provenance de Larnaca, à Chypre, a fait savoir la chaîne publique Kan.

Le Qatar, qui entretient des liens étroits avec le groupe terroriste palestinien du Hamas, a joué un rôle déterminant – aux côtés de l’Égypte – concernant la négociation d’une pause temporaire dans les combats qui opposent Israël et le groupe terroriste à Gaza, des pourparlers ayant entraîné la conclusion d’un accord qui a ouvert la voie à la libération d’otages détenus dans l’enclave côtière depuis l’assaut meurtrier du Hamas perpétré dans le sud d’Israël, le 7 octobre.

L’ex-otage Yaffa Adar, 85 ans, libérée de Gaza, retrouve enfin sa famille

Yaffa Adar retrouve sa famille après sa libération par le Hamas à Gaza, le 24 novembre 2023. (Crédit : Facebook, used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)
Yaffa Adar retrouve sa famille après sa libération par le Hamas à Gaza, le 24 novembre 2023. (Crédit : Facebook, used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)

La famille de Yaffa Adar, 85 ans, qui a été libérée hier après 49 jours de captivité dans la bande de Gaza, a posté des photos de ses retrouvailles avec l’octogénaire.

« Grand-mère est là, en bonne santé, belle. Merci à la population israélienne », a écrit Adriana Adar.

« Merci à tous ceux qui nous ont apporté leur soutien. C’est une première goutte dans la mer ; nous t’attendons encore, Tamir Adar, nous attendons tout le monde ! Tout le monde ! Et maintenant, maintenant ! », a-t-elle ajouté.

Tamir, le petit fils de Yaffa, avait été également pris en otage à Gaza le 7 octobre. Il n’a pas encore été libéré.

Yaffa avait été kidnappée au kibboutz Nir Oz. Une séquence avait montré l’octogénaire à bord d’une voiture de golfe à Gaza, enveloppée dans une couverture, le visage stoïque – une image qui était devenue l’un des symboles de la catastrophe du 7 octobre et de la détermination des terroristes à porter atteinte à tous, indépendamment de l’âge et du courage de leurs victimes.

Les sirènes d’alerte à la roquette résonnent dans le nord, à la frontière libanaise

Les sirènes d’alerte à la roquette ont été activées à Eilon, Yaara et Avdon, dans le nord d’Israël, à proximité de la frontière avec le Liban.

Aucun blessé ni aucun dégât n’ont été signalés.

Les sirènes ont résonné, ce matin, dans un certain nombre de communautés du nord du pays – l’armée a indiqué qu’elles avaient été activées par un missile intercepteur tiré vers une cible qui pourrait avoir été un drone du Liban.

Le fils de l’ex-otage Margalit Moses, 78 ans, poste une photo après sa libération

Margalit Moses avec les membres de sa famille après sa libération de Gaza, le 24 novembre 2023. (Capture d'écran : Facebook, used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)
Margalit Moses avec les membres de sa famille après sa libération de Gaza, le 24 novembre 2023. (Capture d'écran : Facebook, used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)

Yair Moses, le fils de Margalit, 78 ans, qui a été libérée vendredi par le groupe terroriste du Hamas et qui est revenue en Israël, a posté une photo de famille avec la légende : « Maman est de retour ! »

Moses était dans son habitation du kibboutz Nir Oz, dans la matinée du 7 octobre, quand le Hamas avait pris d’assaut le village, assassinant et kidnappant ses résidents.

Moses et son voisin Gadi Moses, qui est également son ex-mari, avaient été emmenés à Gaza. Gadi y serait encore.

Gadi Moses, retenu en otage par des terroristes du Hamas qui l’ont enlevé au au kibboutz Nir Oz, le 7 octobre 2023. (Autorisation)

Le président des Philippines « ravi de confirmer » qu’un Philippin a bien été libéré

Jimmy Pacheco, un aide-soignant philippin qui a été pris en otage par des terroristes du Hamas dans le kibboutz Nir Oz le 7 octobre 2023, a été libéré le 24 novembre 2023. (Autorisation)
Jimmy Pacheco, un aide-soignant philippin qui a été pris en otage par des terroristes du Hamas dans le kibboutz Nir Oz le 7 octobre 2023, a été libéré le 24 novembre 2023. (Autorisation)

Le président des Philippines, Ferdinand Romualdez Marcos Jr., s’est dit « ravi de confirmer » qu’un Philippin, Gelienor « Jimmy » Pacheco, faisait partie du groupe de 11 ressortissants étrangers qui ont été libérés vendredi comme otages du Hamas à Gaza, dans un communiqué. Un accord négocié par Bangkok avec l’Iran, le Qatar et l’Égypte.

Dix ressortissants thaïlandais ont été libérés dans le cadre de cet accord. En outre, 13 otages israéliens ont été libérés par le Hamas dans le cadre d’un accord de trêve temporaire de quatre jours visant à suspendre les combats dans l’enclave palestinienne et à libérer au total 50 otages israéliens au cours de ces quatre jours contre 150 détenus sécuritaires palestiniens.

Marcos Jr. a déclaré que Pacheco était « désormais en sécurité sous la garde des responsables de notre ambassade en Israël » et a remercié « le travail du service extérieur philippin pour obtenir sa libération » et le Qatar « pour son aide inestimable ».

Il affirme que les Philippines restent « préoccupées par le sort de notre autre ressortissante, Mme Noralyn Babadilla, et n’épargnent aucun effort pour la localiser et la mettre en sécurité si elle s’avère effectivement être l’une des otages ».

« Nous prions pour que la trêve continue à réussir et que tous les otages soient libérés », dit-il.

Otages du Hamas : « Nous ne savons pas, dans de nombreux cas, s’ils sont morts ou vivants » – armée

Le major Doron Spielman de l'armée israélienne s'adressant aux journalistes, à Beeri, en Israël, le 11 octobre 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)
Le major Doron Spielman de l'armée israélienne s'adressant aux journalistes, à Beeri, en Israël, le 11 octobre 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

« Il reste approximativement 215 otages dans Gaza », a déclaré le porte-parole de l’armée israélienne, Doron Spielman. « Nous ne savons pas, dans de nombreux cas, s’ils sont morts ou vivants », a-t-il ajouté.

Parmi les otages restants se trouvent 20 ressortissants thaïlandais, a indiqué samedi le ministère thaïlandais des Affaires étrangères.

L’armée israélienne estime qu’environ 240 personnes ont été enlevées par le groupe terroriste palestinien du Hamas et des civils gazaouis le 7 octobre.

Le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, qui fait de la libération des otages un préalable à tout cessez-le-feu, s’est dit vendredi déterminé à tous les ramener en Israël.

Avant les 24 otages libérés vendredi, le Hamas avait relâché quatre personnes, et l’armée israélienne avait récupéré une soldate. Deux autres captifs incluant une soldate ont été retrouvés morts dans l’enclave par les troupes israéliennes.

La Cpl. Noa Marciano. (Crédit : Armée israélienne)

14 otages israéliens et 42 prisonniers palestiniens seront libérés samedi

Quatorze otages retenus à Gaza par le groupe terroriste palestinien du Hamas seront libérés samedi en échange de 42 prisonniers sécuritaires palestiniens, au deuxième jour d’un accord entre Israël et le mouvement terroriste islamiste palestinien qui inclut une trêve dans la bande de Gaza, selon des responsables israéliens.

Vendredi, au premier jour de cet accord, 13 otages israéliens – des femmes et des enfants – étaient rentrés chez eux en échange de la libération de 39 prisonniers sécuritaires palestiniens, des femmes et des adolescents.

Marah Bakr (à gauche), une Palestinienne détenue dans une prison israélienne pendant huit ans et libérée le 24 novembre 2023, dans le cadre d’un accord de trêve entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas en échange d’otages innocents détenus à Gaza, s’entretient avec les médias dans sa maison de Jérusalem-Est aux côtés de sa mère Sawsan. (Crédit : Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)

A Tel Aviv, des visages souriants d’otages libérés étaient projetés vendredi soir sur la façade du musée d’Art, avec les mots : « Je suis de retour à la maison ».

Près de l’hôpital pour enfants Schneider de Petah Tikva, des personnes ont applaudi et brandi des drapeaux israéliens à l’approche des deux hélicoptères transportant des otages libérés.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.