200 000 demandeurs d’emploi depuis le début du 2e confinement
Rechercher

200 000 demandeurs d’emploi depuis le début du 2e confinement

Selon l'Agence pour l'emploi, près d'un million de gens sont sans emploi, dont près de 600 000 au chômage technique

Une femme marche le long de magasins fermés à Jérusalem le 1er octobre 2020 (Olivier Fitoussi/Flash90)
Une femme marche le long de magasins fermés à Jérusalem le 1er octobre 2020 (Olivier Fitoussi/Flash90)

L’Agence pour l’emploi a annoncé dimanche que plus de 200 000 personnes avaient été ajoutées aux listes de chômeurs depuis la Fête juive de Rosh HaShana, marquant le début de l’actuel confinement.

Quelque 207 191 nouveaux demandeurs d’emploi ont été enregistrés depuis le 17 septembre, dont 186 958 sont au chômage technique ou en congé sans solde.

Parmi eux, 151 436 se sont inscrits comme chômeurs pour la deuxième fois ou plus depuis le début de la propagation du virus en Israël en mars.

Au total, dimanche, 936 712 Israéliens étaient au chômage, dont 595 667 ont été mis au chômage technique.

Un homme traverse un marché fermé le premier jour de la fermeture nationale de trois semaines, à Tel Aviv, le 18 septembre 2020. (AP Photo/Oded Balilty)

Lors de la première apparition du virus, au printemps, les chiffres du chômage publiés par l’Agence pour l’emploi ont atteint plus de 23 %, 800 000 personnes ayant rapidement perdu leur travail lors de la première vague de confinement en Israël.

Lorsque l’épidémie s’est calmée, certaines personnes ont pu retourner au travail. Mais, avec la recrudescence des infections, le gouvernement a imposé de nouvelles restrictions et le taux de chômage a de nouveau augmenté.

De nombreux propriétaires d’entreprises ont dénoncé le confinement comme un coup fatal porté à leurs moyens de subsistance, qui ont beaucoup souffert lors du premier confinement en mars.

Vendredi, les députés de l’opposition ont accusé la coalition de fermer les petites entreprises pour justifier de nouvelles réglementations d’urgence donnant au gouvernement le pouvoir de limiter les manifestations contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

L’Agence pour l’emploi n’a pas fourni de chiffre sur la proportion de citoyens au chômage.

Au début de l’année, avant la pandémie, le chômage en Israël atteignait un niveau record de moins de 4 %.

Le directeur de l’Agence pour l’emploi, Rami Garor, interviewé le 20 mars 2020 (Capture d’écran/Ynet)

Le mois dernier, le directeur de l’Agence pour l’emploi, Rami Garor, a mis en garde contre une éventuelle « génération perdue » de jeunes travailleurs.

« Des centaines de milliers de gens n’ont pas encore retrouvé de travail depuis le mois de mars, y compris les employés des secteurs gravement touchés par la crise », a déclaré Garor dans un communiqué.

« Comme nous l’avons averti, une période de chômage aussi longue risque de forcer des centaines de milliers de gens au ‘chômage chronique’, de créer une génération perdue de jeunes gens au chômage de longue durée, et d’avoir d’autres répercussions », a-t-il déclaré.

« Nous devons tout faire pour que le retour au travail après le confinement soit rapide, sinon les conséquences se feront longtemps sentir », a déclaré Garor.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...