Rechercher
Opinion

Schwarzenegger qui évoque la nuit de Cristal est scandaleux… n’est-ce pas ?

Alors même que l'on enquête sur le 6 janvier, le 20 janvier approche - et cette fois, les autorités compétentes ne devront pas sous-estimer les signes avant-coureurs

David est le fondateur et le rédacteur en chef du Times of Israel. Il était auparavant rédacteur en chef du Jerusalem Post et du Jerusalem Report. Il est l’auteur de « Un peu trop près de Dieu : les frissons et la panique d’une vie en Israël » (2000) et « Nature morte avec les poseurs de bombes : Israël à l’ère du terrorisme » (2004).

Des membres de la Garde nationale marchent dans la rotonde du Capitole américain à Washington, DC, le 13 janvier 2021, avant le vote de la Chambre des représentants mettant en accusation le président américain Donald Trump. (Saul Loeb / AFP)
Des membres de la Garde nationale marchent dans la rotonde du Capitole américain à Washington, DC, le 13 janvier 2021, avant le vote de la Chambre des représentants mettant en accusation le président américain Donald Trump. (Saul Loeb / AFP)

Mercredi dernier était la « Journée de Cristal » en Amérique, a estimé Arnold Schwarzenegger dimanche, en comparant l’invasion mortelle du Capitole à Washington à la Nuit de cristal nazie de 1938.

Une comparaison absurde, obscène, disons-le tous, dédaigneuse.

La nuit de Cristal a été la nuit où la brutalité nazie a montré son visage, vil et antisémite et sa capacité à faire de vastes ravages meurtriers dans un climat de complaisance – véritablement le prélude à la Shoah, au génocide de millions de personnes. C’était la nuit, juste pour être plus personnel une seconde – comme des millions de juifs aujourd’hui peuvent encore se souvenir des événements de 1938 et des sept années suivantes – où la synagogue de Francfort fondée par mon arrière-grand-père a été incendiée.

Le 6 janvier, on veut bien le croire, cela n’avait rien à voir. Il s’agissait d’une violation meurtrière de la législature américaine, menée par une bande d’extrémistes, suivie d’une populace confuse, enflammée par un président pyromane, amer et vaincu. Tout ça, mais pas plus que ça. Un coup honteux porté à la démocratie américaine, mais un coup que ses auteurs n’ont pu infliger que parce que les forces de l’ordre ont si lamentablement échoué à se préparer adéquatement au chaos bien préparé qui s’annonçait. Un choc profond. Un avertissement retentissant. Mais un avertissement que l’Amérique prendra rapidement à cœur, et dont elle se remettra rapidement.

Oui, c’est ce que nous aimerions sincèrement croire. Mais en sommes-nous certains ?

Les partisans du président américain Donald Trump déferlent dans la rotonde du Capitole américain le 6 janvier 2021, à Washington, DC. Au moins cinq personnes sont mortes lors des manifestations et de l’attaque du Capitole, alors que les députés se réunissaient pour certifier la victoire du président Joe Biden. (Saul Loeb / AFP)

Pour le meilleur ou pour le pire, le test de l’hypothèse ne tardera pas à venir. Alors même que le 6 janvier fait l’objet d’une enquête, le 20 janvier approche – et avec lui, des avertissements largement diffusés, des avertissements qu’aucune autorité policière ne peut cette fois-ci sous-estimer, selon lesquels les extrémistes ont l’intention de faire monter les enchères.

Mercredi, une semaine après l’agression et une semaine avant l’investiture de Joe Biden, le FBI a demandé aux chefs de la police américaine d’être en état d’alerte pour d’éventuelles attaques violentes « contre les capitales des États, les bâtiments fédéraux, les maisons des membres du Congrès et les commerces ».

Je suis sûr que tous ceux qui lisent cet article veulent croire que le parallèle avec la Nuit de cristal de Schwarzenegger était exagéré, voire scandaleux. L’Amérique sait qu’elle doit se préparer à de nouveaux problèmes dans les prochains jours, mais nous voulons tous croire que cette fois, les forces de l’ordre se déploieront efficacement. Que toute protestation sera contenue. Que toute violence sera efficacement réprimée. Contrairement à l’Allemagne de 1938, les autorités américaines ne regardent pas avec indulgence les voyous se déchaîner.

Il est essentiel que tous ceux qui lisent cet article veuillent croire que les extrémistes vont effectivement devenir une minorité – le genre de minorité qui afflige même la plus stable des démocraties, et que les démocraties stables sont bien capables de les marginaliser.

Nous voulons tous croire que dans l’Amérique qui a joué un rôle si central dans la défaite des nazis et la libération des camps de la mort il y a 75 ans, les tee-shirts exaltant Auschwitz ne sont l’apanage que de la plus petite minorité.

Nous voulons tous croire que les patriotes violents qui ont été capables de salir la démocratie américaine la semaine dernière sont en conflit total avec l’essence même de l’Amérique – qu’ils ne sont pas Américains.

Le t-shirt de Robert Keith Packer, (à droite), était l’un des nombreux symboles de haine présents lors de l’assaut du Capitole. D’autres émeutiers ont confectionné un nœud coulant. (Andrew Caballero-Reynolds / AFP Images et capture d’écran de Reddit via JTA)

En cette ère de communication d’une efficacité sans précédent, où les mensonges, les fausses informations et le mal peuvent être diffusés si rapidement, si efficacement sur les médias sociaux et si puissamment persuasifs, nous voulons tous croire que la raison et la tolérance prévaudront néanmoins.

Mais comme les gros mensonges sont tellement plus faciles à diffuser auprès de vastes masses impressionnables en 2020 que dans les années 1930 et 1940 – alors que les conséquences n’en sont pas moins impensables – la majorité silencieuse des tolérants doit veiller à ne pas rester silencieuse.

C’est dans le respect de la merveille qu’est l’Amérique et dans un sens d’intérêt personnel universel que l’étranger que je suis espère et prie pour que notre puissant allié montre dans les prochains jours que l’avertissement de Schwarzenegger est effectivement absurde et obscène. Ce mercredi dernier a été une terrible erreur. Une erreur, pas un prélude. Et cette raison, cette tolérance et ce respect mutuel se sont réaffirmés.

Israël s’est sorti de l’abîme après l’assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin en 1995 parce que, quelque part dans notre psyché nationale, nous avons reconnu que nous étions condamnés en tant que nation, dans cette partie traîtresse du monde, si nous détruisions notre résistance en nous déchirant de l’intérieur. Eh bien, le monde libre est condamné si l’Amérique se déchire de l’intérieur.

C’est donc dans le respect de la merveille qu’est l’Amérique – phare de la liberté, protectrice des minorités – et dans un sens d’intérêt personnel universel que l’étranger que je suis espère et prie pour que notre puissant allié montre dans les prochains jours que l’avertissement de Schwarzenegger est effectivement absurde et obscène.

Ce mercredi dernier a été une terrible erreur. Une erreur, pas un prélude. Et cette raison, cette tolérance et ce respect mutuel se sont réaffirmés.

Des ouvriers nettoient un tableau dans la rotonde du Capitole américain le 12 janvier 2021 à Washington, DC, six jours après l’assaut du Capitole. (Stefani Reynolds/Getty Images/AFP

« Aussi déchirant que tout cela soit, l’Amérique se remettra de ces jours sombres », a déclaré un optimiste en début de semaine. « Notre démocratie a été minée par des guerres, des injustices et des insurrections. Je crois que, aussi secoués que nous soyons par les événements de ces derniers jours, nous en sortirons plus forts parce que nous comprenons maintenant ce qui peut être perdu ».

Et qui était cet optimiste ? C’était aussi Arnold Schwarzenegger. Espérons vivement qu’en cela, il ait raison.

Des membres de la Garde nationale se reposent au Visitor Center du Capitole américain le 13 janvier 2021 à Washington, DC. La sécurité a été renforcée dans tout Washington suite à la violation du Capitole américain mercredi dernier, et avant la cérémonie d’investiture présidentielle. (Stefani Reynolds/Getty Images/AFP)

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...