Israël en guerre - Jour 233

Rechercher
Reportage

A Jérusalem, des Israéliens imperturbables après les explosions en Iran

Plusieurs explosions ont été signalées tôt vendredi dans le centre de l'Iran, qui en a minimisé l'impact sans accuser directement Israël, qui ne les a pas revendiquées

Un drapeau israélien flotte sur le Mont des Oliviers surplombant la mosquée Al Aqsa au sommet du Mont du Temple à Jérusalem le 19 avril 2024. (Crédit : Ahmad GHARABLI/AFP)
Un drapeau israélien flotte sur le Mont des Oliviers surplombant la mosquée Al Aqsa au sommet du Mont du Temple à Jérusalem le 19 avril 2024. (Crédit : Ahmad GHARABLI/AFP)

Les nouvelles de la matinée sont dans « un coin de (sa) tête » mais hors de question pour Ditza Kornfeld, Israélienne de 63 ans, de modifier sa routine, après les explosions rapportées tôt vendredi dans le centre de l’Iran, nouveau signe des tensions dans la région.

« Nous avons pris l’habitude de ces situations anormales », raconte cette guide touristique, dont l’activité tourne au ralenti depuis le début de la guerre à Gaza le 7 octobre. Sa préoccupation est toute autre : la préparation des repas pour les fêtes de Pessah, la pâque juive, qui commencent lundi soir.

Israël a juré de faire payer à l’Iran le prix de son attaque sans précédent sur le territoire israélien le 13 avril, en représailles à une attaque que Téhéran a imputée à son ennemi le 1er avril contre une annexe de son consulat à Damas, qui a coûté la vie à sept membres du Corps des Gardiens de la Révolution islamique.

Plusieurs explosions ont été signalées tôt vendredi dans le centre de l’Iran, que des responsables américains cités dans des médias aux Etats-Unis ont attribuées à Israël, en riposte au barrage de tirs de drones et de missiles lancés par Téhéran.

L’Iran a minimisé l’impact des explosions de vendredi sans accuser directement Israël, qui ne les a pas revendiquées.

« Jeu d’enfants »

Dans sa boutique d’antiquités, Amitay Bendavid estime que les hostilités longtemps indirectes ont franchi un seuil.

Capture d’image fournie par la télévision d’État iranienne, Islamic Republic of Iran Broadcasting (IRIB), qui donne à voir ce que la télévision a présenté comme une image en direct de la ville d’Ispahan, tôt dans la matinée du 19 avril 2024, suite aux explosions entendues dans la province du centre de l’Iran. (IRIB/AFP)

Entre Israël et l’Iran, « c’était une guerre froide, et maintenant c’est un pays contre l’autre », estime l’antiquaire : Israël « doit taper fort, pas comme ça, là c’est un jeu d’enfants ».

La solution diplomatique, il n’y croit plus, même s’il craint l’escalade : « Israël n’a pas le choix » car l’Iran « ne comprend pas les mots, il ne comprend que le sang et le pouvoir », lâche cet homme de 37 ans.

Un discours martial qu’assume également Mordechay Menarsheof, un commerçant de 33 ans : « la solution diplomatique n’est pas la bonne » car « on veut la paix, mais ils ne la veulent pas ».

Devant sa boutique de chaussures de la rue de Jaffa, artère centrale de Jérusalem, ce juif d’origine iranienne appelle à tenir « des propos forts » contre l’Iran, qu’il accuse de « financer le terrorisme » au Moyen-Orient.

Au volant de son taxi, Yossi Basher souhaite lui que les armes se taisent pour qu’Israël puisse avoir « des bonnes relations avec ses voisins ».

« Il faut les deux », une solution militaire et une diplomatique, abonde Ditza Kornfeld, pour qui « un accord avec l’Iran » doit impliquer la communauté internationale.

Mais pour que la diplomatie prévale, il faut en passer par la confrontation armée, croit savoir Amitay Bendavid, qui évoque l’exemple de la guerre des Six jours de 1967, marquée par la victoire d’Israël contre une alliance militaire de l’Egypte, la Syrie et la Jordanie.

« Pourquoi la Jordanie et l’Egypte ont fait la paix avec Israël? Parce qu’ils se sont battus contre nous et qu’ils ont perdu, c’est tout ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.