Israël en guerre - Jour 140

Rechercher

A Marseille, un rabbin et un supporter musulman ensemble contre « le piège » de la haine

Haïm Bendao est rabbin, Rachid Zeroual est responsable d'un groupe de supporters de l'OM et avec un imam et un prêtre, ils ont fait passer un message de paix au pied de l'emblématique basilique de la 2e ville de France

Le rabbin Haim Bendao (à gauche), Rachid Zeroual, leader du club des supporters de l'Olympique de Marseille (OM) South Winners (deuxième à gauche), le prêtre Olivier Spinosa (deuxième à droite), et l'imam Hassan Rajii (à droite), se tenant la main devant la basilique Notre-Dame de la Garde lors d'un rassemblement interreligieux pour la paix organisé par des chefs religieux juifs, musulmans et chrétiens, à Marseille, le 24 octobre 2023. (Crédit : CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)
Le rabbin Haim Bendao (à gauche), Rachid Zeroual, leader du club des supporters de l'Olympique de Marseille (OM) South Winners (deuxième à gauche), le prêtre Olivier Spinosa (deuxième à droite), et l'imam Hassan Rajii (à droite), se tenant la main devant la basilique Notre-Dame de la Garde lors d'un rassemblement interreligieux pour la paix organisé par des chefs religieux juifs, musulmans et chrétiens, à Marseille, le 24 octobre 2023. (Crédit : CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)

L’un est rabbin, l’autre responsable d’un groupe de supporters du mythique club de foot de l’Olympique de Marseille. Ensemble, ils font leur possible, comme d’autres, pour que leur ville ne tombe pas dans le « piège à cons » d’une importation du conflit qui oppose l’Etat d’Israël et le groupe terroriste islamiste palestinien du Hamas.

Loin du soutien unilatéral à un camp ou des polémiques sur les réseaux sociaux, ils ont, le 24 octobre, avec un imam et un prêtre, passé un message de paix au pied de la « Bonne Mère », la basilique symbole de la deuxième ville de France, surplombant la Méditerranée.

Une centaine de personnes étaient présentes. « Pas beaucoup de monde mais c’est comme ça qu’on a pu maîtriser, on avait peur que quelqu’un dise une connerie ou sorte un drapeau » autre que marseillais, se félicite Rachid Zeroual, responsable des South Winners 1987, plus grand groupe de supporters de l’OM avec 7 500 adhérents.

« J’ai grandi avec des juifs, des Italiens, des Corses, des Espagnols. Etant minot on n’avait pas ce souci de quelle est ta race, quelle est ta religion. On avait qu’un souci: trouver un bout de scotch et une corbeille pour jeter une boule en papier dedans », explique cet homme d’origine algérienne à la voix rocailleuse, regard perçant et barbe blanche parfaitement taillée.

« Il faut arrêter de parler, de penser au nom de Dieu », embraye le rabbin Haïm Bendao pour qui le conflit opposant Israël aux Palestiniens, qui se déroule à des milliers de kilomètres de la France, « n’est pas religieux » mais « politique ».

Sourire indécrochable, souvent en jogging, kippa accrochée au sommet du crâne, ce gamin élevé dans le grand bain multiculturel de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) exerce depuis 25 ans dans les quartiers déshérités du nord de Marseille.

« Peace » au Vélodrome

La guerre a éclaté, le 7 octobre, après l’assaut meurtrier commis par le Hamas sur le sol israélien – une attaque qui a fait 1 200 morts, des civils en majorité. Les terroristes ont aussi kidnappé au moins 240 personnes dont environ 200 sont toujours retenues en captivité dans la bande de Gaza.

Israël a riposté par une campagne militaire dont l’objectif est de renverser le Hamas au pouvoir à Gaza et de libérer les otages.

Depuis cette date, ils se parlent tous les jours.

La division, la haine, « c’est un piège à cons. Si on tombe tous dedans, on est mort ! », lance Haïm qui assume s’inspirer du pape François, venu vanter en septembre la « coexistence pacifique » régnant à Marseille.

La cité portuaire, qui a accueilli des vagues d’exilés d’Arménie, d’Italie, du Maghreb, et qui compte aujourd’hui les communautés juive et musulmane parmi les plus importantes du pays, est « l’une des villes les plus mélangées de toute la Méditerranée. C’est une richesse et une force », rappelait récemment le maire Benoît Payan.

Deux jours après le rassemblement à la « Bonne Mère », lors du match de Ligue Europa contre l’AEK Athènes, il n’y avait pourtant dans la tribune du stade que des drapeaux palestiniens, dont un géant.

Des manifestants brandissent le drapeau palestinien et des panneaux pendant un rassemblement en soutien aux Palestiniens à Marseille, dans le sud de la France, le 10 octobre 2023. (Crédit : Nicolas TUCAT / AFP)

« Quand j’ai vu ça, je leur ai dit (aux supporters) : ‘vous le descendez de suite’, quand c’est des actions individuelles, avec un drapeau sur les épaules, je veux bien, chacun a le droit de s’exprimer. Mais si on prend un mat des Winners et qu’on met un drapeau, non ! On met les deux drapeaux », israélien et palestinien, s’emporte Rachid.

Il reconnaît qu’il n’est pas éducateur – « moi j’engueule » – mais les jeunes qui avaient préparé ce drapeau géant palestinien, pensant faire plaisir au groupe, « ont compris la position ».

« Tout le monde se sent obligé de donner son avis mais quand notre trésorier a sorti la carte du monde aux jeunes au local et leur a demandé où est située la Palestine, ils ne savaient même pas », poursuit cette figure marseillaise adulée par certains, décriée par d’autres.

Le match suivant, le rabbin, supporter de foot, a répondu à sa façon et est arrivé dans le virage Sud avec un drapeau « peace » sur le dos.

Mardi, le rabbin et le supporter organisent cette fois une « conférence de presse pour la fraternité », en présence de l’imam marseillais Smain Bendjilali.

« Je reste convaincu avec mon cher ami et frère Haïm que la solution est dans le dialogue constructif loin des tensions ethniques et/ou politiques », abonde l’imam Alain Hassan Rajii, aumônier régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, qui était présent à la basilique Notre-Dame-de-la-Garde.

Ce n’est pas facile tous les jours et un autre imam confie préférer « l’invisibilité médiatique » dans un climat qu’il juge « hystérique ».

« Crever séparément » ou vivre ensemble ?

« La haine, est-ce qu’on y consent ou est-ce qu’on y oppose quelque chose ? Ce serait désolant de construire un face-à-face », analyse pour sa part Thierry Fabre, organisateur depuis 30 ans des populaires « Rencontres d’Averroès » à Marseille, où dialoguent des gens de toute la Méditerranée, dont des Israéliens et des Palestiniens.

Marche contre l’antisémitisme à Marseille, le 12 novembre 2023. (Crédit : CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)

« Il ne s’agit pas de crever séparément mais de vivre ensemble », plaide-t-il, citant Albert Camus.

Bien sûr, « celui qui ne veut pas me serrer la main quand je vais à la mosquée, ça sert à rien » de dialoguer, relève Haïm Bendao mais « il y en a un sur 100 ».

« Ce conflit est territorial, politique, depuis des dizaines d’années », dans un monde méditerranéen où les « interrelations entre juifs, musulmans et chrétiens » sont nombreuses et bien plus anciennes, rappelle encore Thierry Fabre. A Marseille, juifs et musulmans maghrébins ont souvent connu la même douleur de l’exil.

A l’OM d’ailleurs, le combat antifasciste et antiraciste est mené depuis des dizaines années. « Le FN (ex-nom du Rassemblement national), on les a sortis du stade », se vante Rachid Zeroual.

« Le groupe (de supporters) s’est construit sur le cosmopolitisme, ceux qui ne sont pas dans cette démarche sont exclus », abonde Jules Sitruk, diplômé d’une grande école de commerce et habitué du virage Sud.

Au local des South Winners, « on fait les grillades ensemble, ils m’achètent de la viande casher, où tu trouves ça ailleurs? », sourit Haïm.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.