Acte de vandalisme néo-nazi au mémorial de la Shoah à Thessalonique
Rechercher

Acte de vandalisme néo-nazi au mémorial de la Shoah à Thessalonique

Le logo du parti d'extrême droite 'Aube dorée' a été retrouvé peint à la bombe sur le site ainsi que des dépliants insultant le maire de la ville "d’esclave des Juifs"

Photo d’illustration d'un mémorial de l'Holocauste au cimetière juif de Thessalonique, en Grèce (Crédit photo : Arie Darzi / Wikimedia Commons)
Photo d’illustration d'un mémorial de l'Holocauste au cimetière juif de Thessalonique, en Grèce (Crédit photo : Arie Darzi / Wikimedia Commons)

Le Conseil central des communautés juives en Grèce a condamné l’acte de vandalisme mené contre un mémorial de l’Holocauste à Thessalonique.

« Juste une semaine avant la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste, des partisans du parti nazi en Grèce ont fait savoir qu’ils étaient là en profanant le monument de l’Holocauste à Thessalonique de leur répulsive signature », a déclaré l’organisme dans un communiqué publié dans le journal grec anglophone Neos Kosmos.

Dimanche, des centaines de milliers de citoyens grecs, y compris des partisans du parti néo-nazi Aube dorée, se sont rassemblés dans la ville afin de protester contre l’utilisation du nom de Macédoine par l’ex-République yougoslave de Macédoine.

Depuis plus de deux décennies, les Grecs estiment que leur voisin du nord, qui a accédé à l’indépendance en 1991 après la dissolution de la Yougoslavie, devrait changer de nom, arguant que la Macédoine est historiquement une région grecque.

Après le rassemblement, des graffitis comportant le logo du parti Aube dorée ont été découverts sur le mémorial de l’Holocauste de la ville. Des tracts antisémites insultant le maire de Thessalonique, Yiannis Boutaris, « d’esclave des Juifs », ont également été découverts sur une place de la ville.

« Ils n’ont pas seulement profané la mémoire des 50 000 Juifs de Thessalonique, des 65 000 Juifs de Grèce et des 6 000 000 de Juifs d’Europe déportés et exterminés par les nazis dans les camps de concentration allemands. Ils ont profané les valeurs de la démocratie elle-même et la civilisation même d’une ville et ont prouvé que les restes du nazisme avaient toujours des racines dans notre pays. Des racines qui, si elles ne sont pas éradiquées par la société, pourraient nous propulser encore davantage vers la période la plus sombre de l’histoire du monde », a poursuivi le communiqué du bureau central.

Le mémorial, érigé sur la place Eleftherias, est une sculpture en bronze représentant une menorah avec des corps humains entrelacés dans les flammes des bougies.

Le conseil municipal de Thessalonique a qualifié le vandalisme « d’acte condamnable qui illustre une fois de plus le fanatisme et la violence de l’idéologie néo-nazie » et qui doit être traité avec une « tolérance zéro », a rapporté le quotidien Kathimerini.

Le monument avait également récemment été vandalisé avec des graffitis « Free Palestine ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...