Israël en guerre - Jour 231

Rechercher

Allemagne : Sur scène, Roger Waters, en tenue SS, s’en prend à Anne Frank et Israël

L'ex-chanteur de Pink Floyd, connu pour ses saillies antisémites, a comparé l'adolescente tuée par la Shoah et la journaliste palestino-américaine Shireen Abu Akleh, morte l'an dernier

Capture d’écran de Roger Waters portant ce qui semble être un uniforme SS lors d’un concert à Berlin, en mai 2023. (Twitter/i24news screenshot, utilisé conformément à l’article 27a de la Loi sur les droits d’auteur)
Capture d’écran de Roger Waters portant ce qui semble être un uniforme SS lors d’un concert à Berlin, en mai 2023. (Twitter/i24news screenshot, utilisé conformément à l’article 27a de la Loi sur les droits d’auteur)

A l’occasion de récents concerts, Roger Waters a projeté le nom d’Anne Frank, sur scène, dans le but de suggérer une convergence entre Israël et l’Allemagne nazie, ce à quoi l’association rabbinique orthodoxe allemande a réagi en demandant l’interdiction des concerts de Waters en Allemagne.

Des observateurs ont déclaré à la Jewish Telegraphic Agency que Waters, ex-leader de Pink Floyd connu pour son activisme au sein du mouvement de boycott d’Israël, avait mis Anne Frank et la journaliste palestinienne d’Al Jazeera, Shireen Abu Akleh, sur le même plan, lors de projections pendant ses concerts. Abu Akleh a été tuée lors d’une mission en Cisjordanie en 2022.

Toujours lors de ses concerts, et parfois vêtu d’un uniforme SS, Waters a fait diffuser l’image d’un ballon en forme de cochon avec le logo d’une entreprise d’armement israélienne et fait mine de tirer avec une mitrailleuse sur son public.

Pour certains observateurs, le rockeur, aujourd’hui âgé de 79 ans, utilise des stéréotypes antisémites et s’affranchit des limites de la critique politique pour se livrer à une véritable incitation à la haine.

Les médias allemands « sont allés voir ses spectacles et ont été révulsés. Il s’agit d’une propagande brutale et répugnante : la musique est reléguée au second plan », explique Sacha Stawski, militant pro-israélien de Francfort et fondateur d’Honestly Concerned.

Waters, qui reste dans la mémoire de nombreux Allemands depuis le concert live « The Wall » de Pink Floyd, en 1990, s’est produit il y a peu à Berlin et Munich, et se trouve en ce moment à Francfort, où il a gagné son appel face à une ordonnance du tribunal interdisant son prochain concert, prévu le 28 mai.

La municipalité de Francfort avait dit de Waters qu’il était « l’un des antisémites les plus connus du monde », en raison des images et critiques d’Israël qui émaillent ses concerts, et tenté de faire interdire son concert. Sans plus de succès, le maire de Munich a également tenté de faire interdire un concert de Waters.

Déboutés par les tribunaux, les opposants à Waters se sont engagés à sensibiliser l’opinion publique.

« Mon but est d’appeler l’attention sur son discours de haine et de faire en sorte que son auditoire se raréfie », explique Stawski, l’un des activistes les plus engagés contre Waters devant le tribunal de Francfort. Il affirme que Waters est antisémite.

Plusieurs villes allemandes ont adopté une loi interdisant aux salles de spectacle subventionnées par l’État d’accueillir des événements du mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions, que Waters soutient.

A l’occasion d’une manifestation avant le concert de Waters, dimanche dernier, dans sa ville natale, Charlotte Knobloch, cheffe de la communauté juive de Munich et de Haute-Bavière, s’est dite déçue par les tribunaux.

« Ce concert suscite la polémique depuis octobre 2022. Il a donné lieu à une intense activité judiciaire et médiatique, sans aucun résultat », regrette-t-elle. « Et aujourd’hui, au mois de mai, nous manifestons contre un concert qui se déroule exactement comme Roger Waters l’a voulu. »

Selon le Suddeutsche Zeitung, des figures de la politique ont manifesté avec Knobloch et la direction du stade Olympia a tenu, par le biais de messages diffusés sur écran avant le concert, à se désolidariser des propos du chanteur.

« Quel est le sens de ces ‘Plus jamais ça’ des politiciens et des déclarations selon lesquelles l’antisémitisme n’a pas sa place en Allemagne, si des artistes égarés et des provocateurs ont tout le loisir de répandre sans restrictions leur haine des Juifs et d’Israël ? », peut-on lire dans la déclaration du 22 mai de la Conférence rabbinique orthodoxe d’Allemagne, dirigée par les rabbins Avichai Apel, Zsolt Balla et Yehuda Pushkin. « Il est absolument honteux qu’il ne soit pas possible, en Allemagne, d’interdire les concerts clairement antisémites et anti-israéliens de Roger Waters. »

Nicholas Potter, journaliste pour le Belltower, a assisté au concert du 17 mai à Berlin et fait savoir que Waters encourageait l’antisémitisme.

Dans des messages affichés sur un écran LED de la Mercedes-Benz Arena, Waters dit que les problèmes du monde sont dûs aux « POUVOIRS EN PLACE ». Selon Potter, il s’agit d’« une élite inquiétante et écrasante qui n’est pas explicitement nommée, mais qui offre un cadre antisémite dans lequel s’organisent nombre de théories complotistes ».

Avant le concert, les partisans du BDS déployés devant la salle de spectacle ont distribué des tracts et brandi des banderoles, dont l’une disait : « Juifs, Israéliens et membres de la communauté internationale sont d’accord avec Roger », a ajouté Potter, notant que la majorité des spectateurs étaient blancs, allemands et sexagénaires.

Waters n’a pas eu grand-chose de nouveau à dire face aux accusations d’antisémitisme et il n’a manifestement pas changé son fusil d’épaule.

Selon le journal Suddeutsche Zeitung, quelques heures avant son concert à Munich, Waters a posté un message sur Facebook qualifiant Israël de « régime tyrannique et raciste ». Il a comparé le mouvement BDS au mouvement de résistance de la Rose blanche, sous l’Allemagne nazie, dont les dirigeants, parmi lesquels les frère et sœur Hans et Sophie Scholl, ont été décapités par le régime nazi.

Ces propos sont conformes à ceux déjà proférés lors d’une interview au Spiegel Magazine, en mars dernier. Il y niait toute forme d’antisémitisme, ajoutant qu’il était « étrange qu’il soit aujourd’hui l’objet d’attaques de la part du lobby israélien ».

« Ils peuvent bien tenter de faire annuler mes concerts en Allemagne. J’irai devant les tribunaux », déclarait-il au Spiegel.

« C’est terrible pour l’Allemagne qu’ils essaient de le faire, parce qu’au final, le message au monde est le suivant : nous, les Allemands, ne nous soucions pas des droits de l’homme et de la liberté d’expression. »

Les gens devraient prendre Waters au mot et se tenir à distance de ses concerts s’ils ne sont pas en phase avec sa façon de voir le monde, affirme Stawski, allusion au message adressé par Waters aux fans de Pink Floyd qui ne sont pas d’accord avec lui – « f*** off » -.

« Si vous êtes fan de Pink Floyd mais pas de l’antisémitisme, achetez un CD des Pink Floyd mais n’allez pas bien à ses concerts », a conclu Stawski.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.