Après l’attentat, les juifs de Manchester se solidarisent et pensent à Israël
Rechercher
Attentat terroriste de Manchester / « Quand c’est dans votre ville que ça arrive, ça vous secoue »

Après l’attentat, les juifs de Manchester se solidarisent et pensent à Israël

La communauté, aussi diversifiée qu'unie, a prêté main forte aux équipes, diffusé des communiqués et soutenu moralement les forces de l'ordre

Yaakov Schwartz est le rédacteur adjoint de la section Le monde juif du Times of Israël

Le rabbin Shneur Cohen distribue des boissons chaudes et des viennoiseries à la police qui travaille sur les lieux de l'attentat qui a frappé Manchester, au Royaume-Uni, le 23 mai 2017. (Crédit :  Chabad of Manchester City Center)
Le rabbin Shneur Cohen distribue des boissons chaudes et des viennoiseries à la police qui travaille sur les lieux de l'attentat qui a frappé Manchester, au Royaume-Uni, le 23 mai 2017. (Crédit : Chabad of Manchester City Center)

Les bénévoles juifs étaient sur les lieux de l’attentat mardi, au centre de Manchester, pour donner du soutien moral et physique aux policiers après l’attentat le plus meurtrier du Royaume-Uni depuis douze ans.

Vingt-deux personnes ont été tuées, dont des enfants, des dizaines de personnes ont été blessées dans l’attentat-suicide de la veille, à la fin d’un concert de la star de la pop américaine Ariana Grande, au Manchester Arena.

« Nous avons passé la nuit auprès des équipes, à aider les gens qui ont été séparés de leur familles et qui tentaient de rentrer chez elles. Nous avons amené des couvertures, et ce matin, nous avons amené des boissons chaudes et des viennoiseries pour la police et les forces de l’ordre », a raconté le rabbin Shneur Cohen au Times of Israël par téléphone, depuis les lieux de l’attentat.

Le rabbin Shneur Cohen distribue des boissons chaudes et des viennoiseries à la police qui travaille sur les lieux de l'attentat qui a frappé Manchester, au Royaume-Uni, le 23 mai 2017. (Crédit : Chabad of Manchester City Center)
Le rabbin Shneur Cohen distribue des boissons chaudes et des viennoiseries à la police qui travaille sur les lieux de l’attentat qui a frappé Manchester, au Royaume-Uni, le 23 mai 2017. (Crédit : Chabad of Manchester City Center)

Contacté par téléphone également, Jonny Wineberg, président du Jewish Representative Council, a été très secoué par cet attentat. « Ma fille était à ce concert. Dieu merci, elle n’a pas été blessée, mais c’est quelque chose de très effrayant », a affirmé Wineberg.

Le Jewish Representative Council a diffusé un communiqué mardi appelant à un front uni face à cet attentat.

« Notre engagement est de nous unir et de nous rappeler que Manchester est une belle ville, constituée de plusieurs communautés. Une ville qui a subi l’adversité au fil des ans. Une ville qui s’est toujours relevée, grâce à la résilience de toutes ses communautés. »

« Nous félicitions le travail très professionnel des autorités et des services d’urgence, et la générosité des hôtels, des chauffeurs de taxis et de tous ceux qui ont tendu la main pour loger des gens ou les ramener chez eux. Nous restons résilients et vigilants face à l’adversité, comme nous l’avons été en 1996. »

Pour la police et les équipes de secourisme, qui travaillent sans relâche depuis l’attentat, Cohen de Chabad of Manchester City Center a organisé des démarches bénévoles, notamment en préparant un stand pour le déjeuner.

« Le terrorisme ne discerne pas les peuples. Nous sommes au cœur de la ville. Quand nous avons appris, nous avons directement pris contact avec les agences pour faire tout ce que nous pouvions », a raconté Cohen. « Il y a beaucoup de précautions à mettre en place, des évacuations. La police fait un travail formidable. »

Secouristes sur la scène d'une attaque terroriste devant l'Arena de Manchester, où jouait Ariana Grande, le 23 mai 2017. (Crédit : Paul Ellis/AFP)
Secouristes sur la scène d’une attaque terroriste devant l’Arena de Manchester, où jouait Ariana Grande, le 23 mai 2017. (Crédit : Paul Ellis/AFP)

Le frère de Cohen, le rabbin de L’Chaim Chabad Lubavitch, s’est également tenu informé du déroulement des évènements.

« Pour l’instant, aucun blessé ni victime juive n’a été signalé, mais nous sommes en contact avec les forces de l’ordre et les hôpitaux, et nous nous serrons les coudes, la communauté juive et la communauté non-juive se solidarise pour aider », a-t-il dit.

Depuis quelques années, les juifs européens subissent de nombreuses attaques terroristes sur le continent.

« Le pays était en état d’alerte », a expliqué Yisroel Cohen. « La communauté juive est sur le qui-vive depuis quelques temps, la sécurité patrouille autour des écoles et des synagogues. Lors des évènements juifs, nous avons toujours des services de sécurité. Au même moment, les gens se solidarisent et avancent ».

Mais la familiarité grandissante avec le terrorisme n’est pas spécialement réconfortante.

« Je commence à m’y habituer », raconte un ancien soldat israélien qui vit à Manchester, et qui s’exprime sous couvert d’anonymat. « Je sais que ça arrive tout le temps, mais quand c’est dans votre ville, ça vous secoue ».

« Je commence à m’y habituer »

« Manchester a toujours été une ville cosmopolite, qui mélange cultures et religions, et plus de 80 langues sont parlées dans la ville », dit-il. « Juifs et musulmans vivent côte à côte, jour après jour, sans aucun problème. C’est un jour très triste pour Manchester ».

Tous ceux qui ont parlé au Times of Israël ont rapidement fait le parallèle entre les situations que traversent les européens et les Israéliens.

« Le dernier attentat auquel j’étais, c’était le Sbarro [en 2001] », raconte Shneur Cohen. « Et je veux dire que quand Israël est fort, le monde entier sera fort. Quand Israël défend ses droits, le monde entier le voit et apprend de cela. Israël est en ligne de mire, mais tous les peuples sont touchés par le terrorisme. »

L’ancien soldat d’infanterie de 32 ans, qui était à l’armée pendant la deuxième intifada en 2004, s’est associé au ressenti de Cohen.

« En tant qu’ancien soldat de l’armée israélienne, je me sens très proche d’Israël, mais je vis et j’ai grandi à Manchester », dit-il. « Le fait est qu’Israël fait face à ce problème jour après jour, année après année, et le reste du monde commence à comprendre ce qu’ils ont dû traverser. »

La communauté juive voit en Israël un exemple à suivre pour les suites de tels attentats.

« De nombreuses personnes de la communauté proposent d’aider les forces de l’ordre », affirme Shneur Cohen. « En Israël, c’est dans leurs gènes. Quand quelque chose comme cela se produit, ils tendent la main à la personne qui se trouve à côté d’eux, un voisin, un ami, un inconnu, et ils prêtent main forte, prodiguent des paroles encourageantes. »

C’est un modèle qui fonctionne dans une communauté qui se serre les coudes en temps de crise, mais également en temps normal, a raconté Yisrael Cohen.

« C’est propre à la communauté juive de Manchester », a déclaré Cohen. « Aussi diversifiée qu’elle soit, les gens ont des perspectives juives différentes et la communauté juive est unie de plusieurs manières différentes, c’est très, très spécial »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...