Ayelet Shaked: les cerfs-volants incendiaires, aussi néfastes que les roquettes
Rechercher

Ayelet Shaked: les cerfs-volants incendiaires, aussi néfastes que les roquettes

En visitant les champs calcinés dans la région sud, la ministre de la Justice a appelé à agir avec une "poigne de fer" contre les pyromanes et les terroristes

La ministre de la Justice Ayelet Shaked (C) rencontre des habitants des villages israéliens près de la bande de Gaza le 3 juillet 2018, dans un champ brûlé par des ballons et des cerfs-volants incendiaires. (Autorisation)
La ministre de la Justice Ayelet Shaked (C) rencontre des habitants des villages israéliens près de la bande de Gaza le 3 juillet 2018, dans un champ brûlé par des ballons et des cerfs-volants incendiaires. (Autorisation)

La ministre de la Justice Ayelet Shaked, membre du cabinet de sécurité, a déclaré mardi que les Palestiniens qui envoient des cerfs-volants et des ballons incendiaires dans le sud d’Israël devraient être traités de la même manière que les terroristes qui tirent des roquettes.

Au cours d’une visite de la région située près de la bande de Gaza, où elle a été informée par des responsables de Tsahal de la situation dans la région, Shaked a déclaré que la menace posée par les engins incendiaires n’était « pas moins grave que les tirs de roquettes ».

« Un cerf-volant dans la région de Gaza devrait être traité comme une roquette sur [la ville d’] Ashkelon », a déclaré Mme Shaked à la presse.

« L’État d’Israël doit agir avec une main de fer contre les lanceurs de cerfs-volants incendiaires et les terroristes », a-t-elle ajouté.

La ministre de la Justice Ayelet Shaked visite un tunnel terroriste du Hamas près de la bande de Gaza le 3 juillet 2018. (Autorisation)

Au cours de la tournée, Mme Shaked est entrée dans un tunnel terroriste, creusé par l’organisation terroriste du Hamas qui dirige la bande de Gaza et qui avait pénétré en territoire israélien avant d’être découvert. Elle a également visité des champs qui ont été brûlés par des dispositifs en feu attachés à des cerfs-volants et des ballons envoyés depuis Gaza.

Les habitants des localités israéliennes et les agriculteurs ont rencontré la ministre et lui ont parlé des problèmes auxquels ils ont été confrontés pendant les trois mois de troubles à la frontière.

Un résident a expliqué que « même une activité de tous les jours pour les enfants, comme promener un chien, est devenue chose impossible. Le gouvernement doit éradiquer ce phénomène. »

« Les habitants de la région limitrophe de Gaza sont forts et déterminés », a souligné Mme Shaked. « Les agriculteurs travaillent leurs terres [malgré les incendies] et nous, le gouvernement, devrions les aider autant que possible. L’agriculture est une valeur sioniste de base dans le développement de la terre. »

Depuis le 30 mars, les Palestiniens de la bande de Gaza ont lancé d’innombrables cerfs-volants, ballons et préservatifs en latex gonflés à l’hélium avec des matériaux inflammables, et parfois des explosifs, sur le territoire israélien, provoquant des incendies quasi quotidiens qui ont brûlé des milliers d’hectares de terres agricoles, de parcs et de forêts.

Un Palestinien masqué lance un ballon chargé de matières inflammables en direction d’Israël depuis la ville de Rafah, au sud de Gaza, le 17 juin 2018. (AFP Photo/Said Khatib)

Six incendies près de villages dans le sud d’Israël ont été provoqués mardi par des ballons incendiaires envoyés depuis la bande de Gaza, ce qui constitue une autre journée bien remplie pour les pompiers dans le cadre de la nouvelle tactique palestinienne.

Dimanche, la région d’Eshkol a connu une vingtaine d’incendies causés par des engins incendiaires, brûlant de grandes étendues de champs agricoles et de prairies, a déclaré le porte-parole de la région.

Les dirigeants israéliens sont divisés sur la manière de réagir face aux responsables des incendies criminels aériens, certains demandant à Tsahal de tirer à vue sur les lanceurs de cerfs-volants et de ballons, tandis que d’autres affirment que ce serait aller trop loin.

Le député Avi Dichter du Likud, ancien chef du service de sécurité du Shin Bet, a déclaré vendredi que cette tactique pourrait conduire les deux parties à un nouveau conflit ouvert.

« Israël trouvera un moyen d’y mettre fin, même si cette voie s’avère être une nouvelle opération militaire« , a-t-il déclaré dans une interview accordée à la station de radio 103FM de Tel Aviv.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...