Israël en guerre - Jour 231

Rechercher
Reportage

Des démocrates abasourdis par la volonté de Biden de « contenter » Netanyahu

Selon 2 sénateurs, le moment est mal choisi pour ajouter Israël au programme d'exemption de visa ou négocier un accord avec Ryad, des gestes favorables au gouvernement israélien

Jacob Magid

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara recevant le vice-président des États-Unis Joe Biden et son épouse, Jill, au Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 9 mars 2016. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara recevant le vice-président des États-Unis Joe Biden et son épouse, Jill, au Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 9 mars 2016. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Alors que la coalition radicale du Premier ministre Benjamin Netanyahu a adopté le mois dernier la première mesure de son paquet de réformes radicales sur la refonte du système judiciaire, les relations entre les États-Unis et Israël semblaient être au plus bas depuis de nombreuses années.

Le président américain Joe Biden avait presque supplié Netanyahu de ne pas aller de l’avant avec la tentative de réduire radicalement le pouvoir de la Haute Cour de justice sans au moins un certain soutien de l’opposition. Mais le Premier ministre a poursuivi sa route et sa coalition a adopté la loi du « caractère raisonnable », qui limite le contrôle judiciaire des décisions et des nominations du gouvernement, par 64 voix contre 0 le 24 juillet, l’opposition ayant boycotté le vote.

La refonte annoncée par le gouvernement s’est mise au travers du chemin entre Netanyahu et la Maison Blanche depuis plus de sept mois ; le Premier ministre n’est, pour l’instant, certain que d’une chose : il rencontrera Biden quelque part aux États-Unis d’ici à la fin de l’année.

Cela ne veut pas dire que les liens s’amélioreraient de manière spectaculaire si le processus législatif de la réforme du système judiciaire était mis en veille. Avant même l’adoption de la loi du « caractère raisonnable », les politiques du gouvernement israélien ont suffisamment porté atteinte à l’objectif relativement limité de Biden de maintenir la solution des deux États sous assistance respiratoire pour que Washington convoque l’ambassadeur d’Israël afin de lui passer un savon, le premier du genre depuis plus d’une décennie.

Dans ce contexte, l’administration Biden s’efforce de finaliser, dans les mois à venir, deux initiatives majeures très souhaitées par Netanyahu : l’une visant à intégrer Israël dans le programme américain d’exemption de visa (VWP) et l’autre à négocier un accord de normalisation entre Israël et l’Arabie saoudite.

L’administration a fait valoir que les relations des États-Unis avec Israël vont bien au-delà du gouvernement actuel et que les deux initiatives comportent des éléments qui amélioreront les moyens de subsistance des Palestiniens et renforceront même les perspectives d’une solution fondée sur la coexistence de deux États.

Des personnes en deuil portant le corps du Palestinien Qusai Jamal Matan, âgé de 19 ans, lors de ses funérailles dans la ville de Burqa, en Cisjordanie, le 5 août 2023. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)

Mais ces arguments ne semblent pas convaincre tous les membres du parti de Biden.

Deux législateurs démocrates qui ont parlé au Times of Israel cette semaine sous couvert d’anonymat ont exprimé un certain degré de « stupéfaction » face à l’insistance de l’administration à aller de l’avant avec les deux initiatives à un moment où le gouvernement Netanyahu est considéré comme sapant de manière si flagrante les intérêts américains dans la région.

Une bonne démarche, un mauvais moment

Les deux législateurs ont rapidement souligné qu’ils soutenaient principalement l’entrée d’Israël dans le VWP ainsi que la normalisation des liens entre Jérusalem et Ryad.

« Il s’agit du gouvernement le plus à droite que nous ayons jamais vu, et il est question de lui donner quelque chose qui contribuera à consolider l’emprise de Netanyahu sur le pouvoir », a déclaré le premier membre du Congrès. « Je comprends qu’il y ait d’autres facteurs en jeu, mais cela semble être la bonne décision au mauvais moment. »

Les deux hommes ont également cherché à se démarquer du groupe des quelque huit progressistes de la Chambre des représentants qui s’opposeraient probablement aux deux initiatives de Biden, quel que soit le gouvernement au pouvoir en Israël.

« Je suis profondément attaché à la sécurité d’Israël. Comme nous l’avons vu au cours des mois qui ont suivi l’arrivée au pouvoir de ce gouvernement d’extrême-droite, Israël est moins sûr et moins sécurisé. Alors pourquoi l’administration devrait-elle se plier en quatre pour Netanyahu et ses alliés, qui n’ont aucunement l’intention d’accorder un État aux Palestiniens ? »

D’autres membres du parti, en revanche, semblent moins réticents à l’idée de faire des gestes aussi significatifs en faveur d’Israël aujourd’hui.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et ses collègues accueillant une délégation de démocrates de la Chambre des représentants dirigée par le leader de la minorité Hakeem Jeffries, à Jérusalem, le 7 août 2023. (Crédit : Haïm Zach/GPO)

Le chef de la majorité de la Chambre des représentants, Hakeem Jeffries, a conduit une délégation de 25 démocrates financée par l’AIPAC en Israël cette semaine, côtoyant Netanyahu et a déclaré aux journalistes israéliens qu’il « prenait [le Premier ministre] au mot ».

On ne peut pas nécessairement en dire autant de Biden.

Interrogée au lendemain de l’adoption de la loi du « caractère raisonnable », Karine Jean-Pierre, secrétaire de presse de la Maison Blanche, a refusé de répondre à la question de savoir si le président américain faisait confiance à Netanyahu.

« Ce que je peux vous dire, c’est que, comme vous venez de le dire, ils ont une relation de longue date. Ils se parlent franchement ».

Le premier législateur démocrate à s’être exprimé sous couvert d’anonymat a reconnu qu’il existait un éventail de points de vue au sein du parti concernant le gouvernement Netanyahu, mais il a insisté sur le fait que « je suis loin d’être le seul de mon côté de l’allée à être mal à l’aise avec le genre de choses que [l’administration] envisage de donner à ce gouvernement israélien ».

« J’ai tendance à penser que je suis beaucoup plus proche de la position de beaucoup de mes électeurs juifs, en termes d’opposition à ce gouvernement, en particulier sur ce qu’il a fait en matière de refonte judiciaire », a déclaré le deuxième législateur démocrate.

« Nous devrions nous méfier des Saoudiens ».

Le Times of Israel s’est entretenu avec un troisième législateur démocrate qui a accepté de s’exprimer, mais qui s’est abstenu de critiquer la décision de l’administration Biden de poursuivre l’intégration d’Israël dans le VWP et l’accord de normalisation avec l’Arabie Saoudite tant que le gouvernement Netanyahu reste au pouvoir.

À l’instar des deux autres législateurs, le sénateur Chris Van Hollen a souligné son soutien de principe aux deux initiatives, tout en précisant que chacune d’entre elles devrait être conditionnée à des améliorations significatives du traitement des Palestiniens par Israël.

Dans le cas du VWP, il a fait valoir qu’Israël ne devrait être accepté que s’il peut s’engager à une réciprocité totale dans son traitement des Américains d’origine arabe, musulmane et palestinienne, et il s’est inscrit en faux contre l’accord que l’administration a conclu avec Israël sur cette question, qui, selon lui, permet la poursuite de la « discrimination ».

En ce qui concerne l’accord de normalisation, Van Hollen a relevé les principales exigences du « régime saoudien non démocratique » : un traité de sécurité mutuelle de type OTAN qui obligerait les États-Unis à se porter à sa défense en cas d’attaque, et la coopération des États-Unis à la mise en place d’un programme nucléaire civil sans garanties significatives.

Le sénateur Chris Van Hollen, démocrate du Maryland, lors d’une réunion de la sous-commission des Crédits du Sénat, le 22 mars 2023. (Crédit : Amanda Andrade-Rhoades/AP Photo)

Van Hollen a reconnu qu’un accord qui permettrait à Ryad de se détacher progressivement de la Chine servirait un intérêt majeur de politique étrangère pour Washington.

« Mais nous devrions nous méfier des Saoudiens qui tentent d’exercer une influence excessive en menaçant de sauter dans les bras de la Chine », a-t-il déclaré. « Chaque fois qu’ils disent ‘donnez-nous plus ou nous allons nous rapprocher de la Chine’, nous ne devrions pas nous demander ‘jusqu’où pouvons-nous aller ?’. »

« C’est comme un triple tir au but, et cela présuppose que la coalition Netanyahu tiendrait, même face aux exigences qui seraient mises sur la table pour répondre aux équités et aux préoccupations palestiniennes », a ajouté Van Hollen.

« Nous mettons beaucoup de choses sur la table pour la normalisation, et nous devrions vouloir encadrer cela d’une manière qui permette une paix stable au Moyen-Orient », ce qui, selon le sénateur, nécessiterait des mesures israéliennes importantes envers les Palestiniens, notamment le gel des implantations, le démantèlement de tous les avant-postes illégaux et l’autorisation de l’expansion des villes palestiniennes dans la zone C de la Cisjordanie, contrôlée par Israël.

L’administration défend sa position

La Maison Blanche a maintenu qu’un accord de normalisation serait conforme à la politique de longue date de Biden dans la région.

« Dans le cadre des objectifs de la politique étrangère américaine en matière d’intégration régionale, nous soutenons les efforts de normalisation avec Israël, y compris l’Arabie saoudite, qui conduiraient à une région du Moyen-Orient plus pacifique, plus sûre, plus prospère et plus stable », a déclaré un porte-parole du Conseil national de sécurité des États-Unis en réponse à une question sur le sujet.

« L’intégration régionale bénéficie aux intérêts de la sécurité nationale des États-Unis, aux intérêts de nos partenaires régionaux, au peuple des États-Unis et aux citoyens de la région. »

Le porte-parole a toutefois précisé que « la normalisation et les détails de tout accord conclu doivent être décidés par deux États souverains », ce qui indique que la composante palestinienne de l’accord pourrait être laissée à l’appréciation des dirigeants israéliens et saoudiens.

Le prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane, à gauche, rencontrant le secrétaire d’État américain Antony Blinken, à Jeddah, le 7 juin 2023. (Crédit : Amer Hilabi/Pool Photo via AP)

Commentant les efforts visant à intégrer Israël au VWP, un porte-parole du département d’État américain a déclaré dans un communiqué que « les États-Unis sont également déterminés à prendre des mesures dans les relations bilatérales qui profitent aux citoyens américains et israéliens ». « L’une de ces mesures est l’entrée d’Israël dans le programme d’exemption de visa une fois qu’il aura rempli toutes les conditions requises. »

« L’une des principales exigences est l’extension des privilèges réciproques à tous les citoyens et ressortissants américains, y compris l’autorisation pour les Américains d’origine palestinienne de se rendre en Israël et d’y séjourner pour des séjours de courte durée (tourisme, affaires et transit). Il s’agit notamment de permettre aux Américains inscrits au registre de la population palestinienne de bénéficier de cette exemption de visa », a ajouté le porte-parole.

« Nous nous félicitons des changements annoncés par Israël en matière de politique de voyage afin de garantir l’égalité de traitement à tous les citoyens américains qui voyagent, sans distinction d’origine nationale, de religion ou d’appartenance ethnique, et nous nous attendons à ce que d’autres changements soient mis en œuvre. »

« Si le VWP est avant tout un partenariat de sécurité, le programme facilite également les voyages officiels réguliers, augmente le commerce et renforce nos liens entre les peuples », a déclaré le porte-parole.

Le mois dernier, un fonctionnaire américain a déclaré au Times of Israel que Washington ne prenait pas en compte les considérations politiques lors de l’examen de la demande d’adhésion d’un pays au VWP.

Le fonctionnaire avait toutefois souligné que la décision d’aider Israël à se qualifier pour le programme avait été prise alors que le précédent gouvernement – une coalition d’union – était en fonction, suggérant ainsi que Biden n’aurait peut-être pas été aussi généreux avec la coalition actuelle.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.