Des drones pour attraper les conducteurs imprudents
Rechercher

Des drones pour attraper les conducteurs imprudents

Les appareils sans pilote sont encore incapables de déterminer la vitesse des véhicules ou si le conducteur utilise un téléphone cellulaire

Illustration: Une voiture de police bloque le trafic le long de l’autoroute 34 de la route sud d’Israël à la suite d’un incendie dans la région le 4 juin 2018. (Oshri Tzimmer)
Illustration: Une voiture de police bloque le trafic le long de l’autoroute 34 de la route sud d’Israël à la suite d’un incendie dans la région le 4 juin 2018. (Oshri Tzimmer)

Après un programme pilote de deux mois couronné de succès, la police de la circulation israélienne a commencé à utiliser des drones pour filmer les conducteurs imprudents dans l’espoir que les images puissent être utilisées dans les poursuites judiciaires.

Les drones, qui planent à 100 mètres au-dessus de la route, sont particulièrement efficaces pour suivre les conducteurs qui s’écartent des lignes balisées, qui collent au train les voitures et commettent des infractions de conduite dangereuses, a rapporté le journal télévisé de Channel 10.

Cependant, les drones sont encore incapables de déterminer la vitesse d’un véhicule ou si le conducteur utilise un téléphone cellulaire. L’utilisation du téléphone portable a été la première cause d’accidents de voiture en Israël en 2017.

L’introduction de drones intervient quelques semaines après qu’un tribunal israélien a rejeté plusieurs inculpations pour infraction au code de la route en raison de doutes concernant l’exactitude du réseau national de radars automatisés employés par la police.

Plus tôt cette année, une étude du Technion suggérait que les caméras n’étaient pas aussi précises que l’affirmait l’Institut des normes du gouvernement.

Des centaines de millions de shekels d’amendes et d’innombrables poursuites civiles ont été émises sur la base des preuves recueillies par les caméras ces dernières années. Les nouvelles conclusions ont poussé la police à prendre une décision finale quant à l’utilisation continue du réseau de caméras, notamment en invitant des experts étrangers à des consultations.

En janvier, la police a déclaré que 362 personnes avaient été tuées sur les routes israéliennes en 2017. Le nombre de décès par an a oscillé entre 300 et 400 au cours des dernières années.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...