Gaza : une journaliste acquittée après un reportage sur la corruption
Rechercher

Gaza : une journaliste acquittée après un reportage sur la corruption

Hajar Harb avait réalisé un reportage dans lequel elle met en cause des médecins qui rédigeaient de faux certificats médicaux pour permettre à des individus de sortir de Gaza

La journaliste Hajar Harb devant le tribunal de Gaza City, le 26 février 2019. (Crédit : MAHMUD HAMS / AFP)
La journaliste Hajar Harb devant le tribunal de Gaza City, le 26 février 2019. (Crédit : MAHMUD HAMS / AFP)

Une journaliste palestinienne condamnée à de la prison pour un reportage dénonçant des faits de corruption dans la bande de Gaza aux mains du Hamas a été acquittée lors de son procès en appel lundi, selon Amnesty International et un groupe de soutien.

Hajar Harb a réalisé un reportage en 2016 pour la chaîne privée palestinienne al-Araby, dans laquelle elle met en cause des médecins qui, en échange de pots-de-vin, rédigeaient de faux certificats médicaux permettant à des personnes ne nécessitant pas de soins particuliers de sortir de la bande de Gaza pour raisons médicales.

Invoquer une raison médicale est l’un des moyens pour les habitants de Gaza de pouvoir quitter l’enclave.

Deux médecins avaient lancé en octobre 2016 des poursuites judiciaires contre Hajar Harb pour « publication de fausses informations » et « diffamation », selon Amnesty international.

Les forces de sécurité palestiniennes au poste-frontière de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 18 novembre 2017. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

En juin 2017, la journaliste de 34 ans avait été condamnée en première instance à six mois de prison ferme et une amende alors qu’elle était en Jordanie pour se faire soigner d’un cancer.

Hajar Harb a été acquittée en appel lundi de « toutes les accusations », a indiqué à l’AFP Fathi Sabah, qui dirige un groupe de soutien à la journaliste, précisant que son dossier était clos.

« Cela représente une victoire non seulement pour Hajar mais aussi pour la liberté de la presse », a-t-il jugé.

« C’est une très bonne nouvelle que Hajar Harb ait été acquittée aujourd’hui, elle faisait face à un procès qui n’avait pas lieu d’être dès le début », a dit à l’AFP Saleh Higazi, directeur adjoint d’Amnesty International pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

Selon Amnesty International, Hajar Harb a été interrogée au moins quatre fois par la police après la diffusion de son reportage.

Le Centre palestinien pour le développement et les libertés des médias, une ONG palestinienne, a recensé 37 cas de violations de la liberté de la presse à Gaza et 77 cas en Cisjordanie en 2018.

Les violations incluent des arrestations arbitraires, des agressions physiques, la confiscation de matériel et le refus d’accès aux médias.

Le Hamas contrôle la bande de Gaza depuis plus d’une décennie et a réprimé violemment de récentes manifestations dans l’enclave.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...