Happening de l’UEJF lors d’un cours d’Elie Hatem, anti-sioniste et monarchiste
Rechercher

Happening de l’UEJF lors d’un cours d’Elie Hatem, anti-sioniste et monarchiste

Mégaphone au poing, le président de l'UEJF a confronté le professeur de droit et ex-conseiller de Jean Marie Le Pen à quelques-unes de ses déclarations passées

Elie Hatem sur la chaîne de télévision Al Arabiya le 12 février 2016. (Crédit : capture d'écran YouTube/MEMRI)
Elie Hatem sur la chaîne de télévision Al Arabiya le 12 février 2016. (Crédit : capture d'écran YouTube/MEMRI)

Des militants de l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) sont allés perturber un cours de droit donné par l’avocat Elie Hatem, ancien cadre d’Action française (AF) (aujourd’hui conspué comme étant l’ « idiot utile du système ») à l’université de Bobigny le 31 janvier 2019.

Joint par téléphone, Jean Yves Camus, directeur de l’Observatoire des radicalités politiques, explique que « courant 2017, de mémoire, l’Action française a connu une scission entre le ‘canal historique’ et un nouveau courant – ‘l’Amitié Action française’ auquel appartient Élie Hatem ».

Il ajoute que cet événement fera l’objet d’une note de l’Observatoire « a la fin du mois ».

Mégaphone au poing et face à l’amphithéâtre, Sacha Ghozlan, président de l’UEJF a confronté Elie Hatem à quelques-unes de ses déclarations et de ses fréquentations :

« Vous faîtes partie d’un mouvement antisémite, un mouvement qui soutient Charles Maurras. Est-ce que vous êtes proche d’Alain Soral, de Serge Ayoub, de Fréderic Chatillon ? »

A cette liste de figures à l’antisémitisme éprouvé, et parfois condamné par la justice, Elie Hatem, sarcastique, ajoute : « Et de Jean-Marie Le Pen ! ».

Elie Hatem a été le conseiller politique de l’ancien président du Front national (aujourd’hui Rassemblement national) Jean-Marie Le Pen. Il est cependant très hostile à sa fille Marine Le Pen qui lui a succédé à la tête du mouvement.

Il en donne les raisons : « Nous savons que Marine Le Pen se rapproche de certains mouvements qui contrôlent l’opinion publique en France, a déclaré Hatem, chrétien maronite d’origine libanaise, sur Al Arabiya TV en février 2016. Une transcription de cet entretien a été traduite depuis l’arabe par le site de veille sur les médias arabes et orientaux MEMRI.

« Elle a agi ainsi afin de blanchir le Front national. Ces mouvements comprennent les mouvements sionistes et la franc-maçonnerie qui contrôlent la presse et le gouvernement en France », avait alors déclaré Hatem.

Elie Hatem avait été annoncé à une réunion qui remonte au 19 janvier et qui réunissait les principaux antisémites français, de Hervé Ryssen à Jérôme Bourbon en passant par Yvan Benedetti. Hatem affirme au Times of Israël en français ne pas s’y être rendu.

Dans un courrier adressé au Times of Israël en français, Elie Hatem écrit : « A la question du journaliste de savoir les raisons pour lesquelles Marine Le Pen a changé sa stratégie de communication, j’ai répondu en évoquant ce qu’il est admis dans l’inconscient de certains Français : que les médias sont sous la coupe des groupes de pression (les lobbies), notamment la franc-maçonnerie et le lobby sioniste. »

A ce propos, il n’est pas inintéressant de rappeler les positions et les écrits d’Elie Hatem, appelant à la lutte contre la « judéophobie » (selon son expression en parlant de l’antisémitisme) qui, selon lui, « sert les intérêts du sionisme qui s’est imposé, par sa propagande, comme l’un des principaux courants au sein des communautés juives, prenant en otage ces dernières en s’érigeant comme leur porte étendard et en instrumentalisant le judaïsme à des fins politiques. »

Dans ce même courrier adressé au Times of Israël en français, Elie Hatem écrit : « Je connais très bien Monsieur Alain Soral. Curieux et assoiffé du savoir, j’ai l’habitude de m’approcher des auteurs pour discuter et débattre avec eux de leurs idées en les confrontant aux miennes, afin d’enrichir mes connaissances, en allant à la source au lieu de me fier aux médias. J’ai appris cette méthode par l’un des prestigieux historiens de votre pays, mon ami Benny Morris. En revanche, je ne connais pas du tout Monsieur Serge Ayoub. Je viens de découvrir sa biographie sur la toile. Quant à Monsieur Frédéric Chatillon, je l’ai rencontré 3 à 4 reprises dans des mondanités à Paris. »

Plus loin, il écrit : « A la question du journaliste de savoir les raisons pour lesquelles Marine Le Pen a changé sa stratégie de communication, j’ai répondu en évoquant ce qu’il est admis dans l’inconscient de certains Français : que les médias sont sous la coupe des groupes de pression (les lobbies), notamment la franc-maçonnerie et le lobby sioniste. »

Aujourd’hui, l’UEJF demande publiquement « au président de l’Université, Jean-Pierre Astruc, d’exclure Elie Hatem de ses fonctions de professeur ».

Cet article a été modifié pour plus de clarté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...