Israël en guerre - Jour 128

Rechercher

Inquiétude chez les Juifs d’Australie après la publication d’une liste de « sionistes »

La police enquête sur les menaces proférées à l'encontre de membres d'un groupe WhatsApp dont les noms ont été diffusés par des activistes anti-Israël

Des personnes portant des pancartes et des drapeaux lors d'un rassemblement anti-Israël, à Hyde Park, à Sydney, le 15 octobre 2023. (Crédit : Saeed Khan/AFP)
Des personnes portant des pancartes et des drapeaux lors d'un rassemblement anti-Israël, à Hyde Park, à Sydney, le 15 octobre 2023. (Crédit : Saeed Khan/AFP)

La police australienne a ouvert une enquête au sujet de menaces notamment proférées à l’encontre d’un enfant juif de cinq ans, après la publication en ligne d’une liste de centaines d’informations personnelles de citoyens juifs par des activistes anti-Israël de premier plan.

Des centaines d’universitaires et de créateurs juifs qui avaient rejoint un groupe WhatsApp privé l’année dernière ont vu leurs informations personnelles diffusées publiquement par les activistes cette semaine.

Au moins une famille s’est mise à l’abri suite au harcèlement qui s’en est suivi, a annoncé Josh Burns, un législateur australien juif, lors d’une interview à la radio vendredi matin, provoquant la stupeur de son interlocuteur.

« Ils ont été complètement bouleversés par cette expérience, où une sorte de foule de lyncheurs les a attaqués », a déclaré Burns. « Il ne s’agit pas de personnes liées d’une manière ou d’une autre au conflit du Moyen-Orient. Nous parlons de citoyens australiens ordinaires qui se trouvent être Juifs. »

Les partisans de la liste et de sa publication ont déclaré que certaines personnes qui y figurent ont cherché à faire taire les voix pro-palestiniennes dans les mois qui ont suivi le 7 octobre, date à laquelle le groupe terroriste palestinien du Hamas a attaqué Israël, tuant près de 1 200 personnes et kidnappant 253 autres, déclenchant ainsi une guerre à Gaza. La plus jeune victime avait 10 mois et le plus jeune otage a un an.

L’écrivaine féministe Clementine Ford, qui a partagé la liste avec ses 250 000 abonnés sur Instagram, a déclaré que des Juifs anti-sionistes avaient divulgué les informations du groupe WhatsApp.

Des manifestants munis de panneaux et de pancartes défilant lors de la marche de protestation annuelle « Invasion Day », dans les rues de Sydney à l’occasion de l’Australia Day, le 26 janvier 2024. (Crédit : Izhar Khan/AFP)

Cet incident survient alors que les Juifs d’Australie craignent de plus en plus pour leur sécurité en raison des répercussions de la guerre menée à Gaza contre les terroristes palestiniens.

« Nous entendons des histoires terribles sur des personnes et des familles juives qui font l’objet de harcèlement et de diffamation et nous avons connaissance de cas où des maisons et des entreprises juives ont été ciblées et vandalisées simplement parce qu’elles n’ont pas dénoncé Israël ou leur peuple comme l’exige un nudnik [enquiquineur] radical », a déclaré cette semaine le rabbin Dovid Gutnick, de Melbourne Est, au journal Herald Sun.

Le journal a rapporté que certains Juifs quittent les quartiers à forte concentration juive de Melbourne pour éviter le harcèlement. Dans un cas, selon le journal, la cible était un couple juif qui ne s’était pas exprimé publiquement sur la guerre. Ils ont reçu une photo de leur enfant de cinq ans accompagnée d’une note disant : « Nous savons où vous vivez. »

Alex Ryvchin, co-directeur général du Conseil exécutif des Juifs d’Australie, a déclaré dans un communiqué que la liste rappelait celles créées par les nazis lorsqu’ils cherchaient à assassiner les Juifs d’Europe.

« Nous sommes très choqués et incrédules devant l’idée que des personnes établissent à nouveau des listes de Juifs », a déclaré Ryvchin. « De nombreux membres de la communauté m’ont dit qu’ils étaient soulagés que leurs parents ou grands-parents qui ont survécu à la Shoah ne soient plus en vie pour voir cela. »

L’incident survient après que la police de la région de Sydney a déterminé que des manifestants qui auraient crié « Gazez les Juifs » lors d’un rassemblement devant le célèbre Opéra de la ville peu après le 7 octobre n’avaient en réalité pas prononcé cette phrase, en référence aux chambres à gaz de la Shoah. Ils disaient « Où sont les Juifs », selon un article de presse publié la semaine dernière.

Ryvchin a rejeté cette conclusion, déclarant que même si elle était exacte, elle serait bouleversante.
Même en faisant abstraction de l’histoire de la Shoah et de ce contexte, si l’on interprète simplement la phrase « Où sont les Juifs » prononcée par une foule en colère de ce genre, il est clair qu’ils cherchaient des Juifs, et qu’auraient-ils fait s’ils les avaient trouvés ? « C’est ce que nous pensons, c’est ce que nous ressentons et c’est contre cela qu’il faut agir. »

La présidente du Conseil exécutif des Juifs d’Australie, Jillian Segal, se tenant à côté du co-directeur général Alex Ryvchin lors d’une conférence de presse, à Sydney, le 9 octobre 2023. (Crédit : David Gray/AFP)

Burns, un homme politique libéral dont la grand-mère était une réfugiée de l’Allemagne nazie, a déclaré qu’il avait lui aussi entendu parler de l’inquiétude générale. Il a indiqué qu’il partageait la détresse des Palestiniens et qu’il soutiendrait toute expression d’un sentiment pro-palestinien qui ne porterait pas atteinte à la sécurité d’autrui.

« Si vous interrogez n’importe quel membre de la communauté juive sur la question du doxxing [divulgation de données personnelles], chacun d’entre eux vous répondra que c’est effrayant, qu’il n’a jamais rien vécu de tel, que ce phénomène de réseaux sociaux consistant à publier les profils individuels des gens est l’une des expériences les plus effrayantes et les plus inédites du peuple juif d’Australie et qu’elle le secoue au plus profond de lui-même », a-t-il affirmé.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.