Iran : un millier de femmes au stade pour un match de football
Rechercher

Iran : un millier de femmes au stade pour un match de football

Depuis le triomphe de la révolution islamique en 1979, les femmes n'ont pas le droit de se rendre dans les stades en Iran pour voir des hommes jouer au football

Des spectatrices iraniennes avant un match de football à Téhéran, le 10 novembre 2018. (Crédit : Vahid Salemi/AP)
Des spectatrices iraniennes avant un match de football à Téhéran, le 10 novembre 2018. (Crédit : Vahid Salemi/AP)

Un millier d’Iraniennes ont été admises samedi soir au stade pour la finale de la ligue des champions asiatique de football à Téhéran, un fait rare salué dimanche par plusieurs journaux réformateurs comme une « victoire » pour les femmes en Iran.

La présence inhabituelle de supportrices dans une tribune spécialement réservée pour elles au stade Azadi (« Liberté » en persan) n’a pas suffi à galvaniser l’équipe locale : après sa défaite 2-0 à l’aller au Japon, le FC Persépolis a concédé un nul a domicile et laissé filer le titre aux Kashima Antlers.

« Les femmes ont remporté le match de la Liberté », a titré en une le quotidien réformateur Etemad.

« Victoire des femmes iraniennes en finale asiatique », juge également le quotidien réformateur Sazandegi, tandis qu’un autre journal, Haft-é Sobh, écrit en une, photo de supportrices à l’appui : « Mille femmes pour de vrai ».

Selon Sazandegi, la plupart des femmes présentes au stade avaient été « triées sur le volet » et choisies dans les familles des joueurs du FC Persépolis, ou parmi des joueuses de football ou de futsal.

Depuis le triomphe de la révolution islamique en 1979, les femmes n’ont pas le droit de se rendre dans les stades en Iran pour voir des hommes jouer au football, officiellement pour les protéger de la grossièreté masculine.

Cette mesure est régulièrement critiquée au sein même du système politique iranien.

Le président iranien Hassan Rouhani, qui passe pour un modéré, a dit à plusieurs reprises sa volonté de voir les femmes accéder aux stades, mais ce projet se heurte à l’opposition du clan ultraconservateur.

Le 17 octobre, après que les autorités locales eurent autorisé la veille une centaine de femmes à assister à un match amical entre le onze iranien et celui de Bolivie, le procureur général du pays avait averti qu’il ne laisserait pas se répéter pareille occasion, susceptible selon lui de mener « au péché ».

Pour la finale retour de la ligue des champions, les autorités ont donné cette fois-ci l’autorisation à 850 femmes d’assister au match, selon l’agence officielle iranienne Irna.

Selon un journaliste de l’AFP présent au stade, les supportrices sont arrivées deux heures avant le début du match.

Avant la rencontre, plusieurs médias iraniens avaient fait état de pressions de la Confédération asiatique de football (AFC) pour que le femmes soient admises à voir des hommes jouer au football en Iran.

Cité par Irna, le premier vice-président iranien Eshaq Jahanguiri a appelé samedi l’AFC à empêcher « la contamination du football par la politique ».

Dimanche, l’AFC a remercié officiellement les autorités iraniennes « d’avoir permis [que des femmes] soient témoins d’un événement exceptionnel ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...