Israël dénonce la résolution de l’UE sur l’étiquetage des produits des implantations
Rechercher

Israël dénonce la résolution de l’UE sur l’étiquetage des produits des implantations

Le ministère des Affaires étrangères évoque une 'hypocrisie moralisatrice' et une tentative d'imposer une solution au conflit

Les membres du Parlement européen à Strasbourg, le 17 décembre 2014. (Crédit : Frederick Florin/AFP)
Les membres du Parlement européen à Strasbourg, le 17 décembre 2014. (Crédit : Frederick Florin/AFP)

Le ministère israélien des Affaires étrangères a vivement réagi jeudi après l’adoption par le Parlement européen d’une résolution qui préconisait une distinction entre Israël et ses implantations en Cisjordanie, et l’étiquetage des produits des implantations.

Les élus avaient appelé plus tôt dans la journée à faire une « différenciation entre Israël et ses activités dans le territoire palestinien occupé », et encouragé la chef de la politique étrangère de l’UE Federica Mogherini « à prendre l’initiative au sein de la Commission en vue d’achever l’élaboration des directives de l’UE sur l’étiquetage des produits des colonies israéliennes ».

Le ministère des Affaires étrangères s’en est pris à l’UE dans une réponse cinglante en ces termes: « L’Etat d’Israël prend au sérieux la décision du Parlement, en particulier l’appel à l’étiquetage des produits. Le processus d’étiquetage est discriminatoire, et a des relents de boycott. »

« Sous couvert d’une procédure technique, il s’agit d’une tentative d’imposer une solution diplomatique, au lieu d’encourager les Palestiniens à reprendre les négociations », a déclaré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

« L’Europe traite Israël avec une ‘hypocrisie moralisatrice, en cela qu’elle ne propose pas de solutions similaires pour ce qui concerne le nord de Chypre et le Sahara occidental. »

La vice-ministre des Affaires étrangères Tzipi Hotovly a affirmé dans un communiqué que « l »Etat d’Israël n’acceptera pas de discrimination entre les produits fabriqués sur l’ensemble de son territoire ».

« L’étiquetage des produits est un boycottage », a-t-elle ajouté.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est aussi exprimé, qualifiant d’ « injuste » la résolution du Parlement européen.

« C’est tout simplement une distorsion de la justice et de la logique, et je pense que cela nuit aussi la paix; cela ne fait pas avancer la paix », a-t-il dit dans un communiqué.

« La racine du conflit n’est pas dans les territoires, et la racine du conflit ne sont pas les implantations. Nous avons la mémoire de l’histoire et nous nous souvenons ce qu’il s’est passé quand en Europe on a étiqueté les produits des Juifs ».

Prime Minister Benjamin Netanyahu responded this evening to the decision of the European Parliament on product…

Posted by The Prime Minister of Israel on Thursday, 10 September 2015

Les parlementaires européens ont également appelé Mogherini et le représentant spécial de l’UE Fernando Gentilini à promouvoir une solution à deux Etats dans le cadre de l’Initiative de paix arabe, et dit que chaque pays membre devrait jouer un rôle politique plus important dans le processus de paix.

Les pourparlers de paix entre Israël et les Palestiniens se sont interrompus en avril 2014, et peu d’efforts ont été faits publiquement pour relancer les négociations.

La résolution a souligné que les droits des civils israéliens et palestiniens étaient la priorité immédiate, et noté la grave crise humanitaire résultant de la lenteur de la reconstruction de la bande de Gaza suite à la guerre dévastatrice de l’été dernier.

« Préserver la viabilité de la solution à deux Etats par une action concrète et en assurant le plein respect des droits des civils des deux côtés doit être une priorité immédiate pour l’UE et la communauté internationale », peut-on lire dans la résolution.

Elle a en outre appelé à la reconstruction de Gaza et a exhorté les pays donateurs à honorer leurs engagements envers l’UNWRA qui est à court de liquidités.

Le texte a également exprimé son soutien à la réactivation de la défunte mission d’assistance de l’Union européenne (EUBAM) au terminal de Rafah entre Gaza et l’Egypte « avec un mandat plus ambitieux et des moyens adéquats » afin de prendre un « rôle concret » dans le contrôle de la frontière.

La résolution a été adoptée par 525 voix contre 70, et 31 abstentions.
 
La semaine dernière, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, avait invité l’Egypte, la Jordanie et l’Arabie saoudite à une réunion du Quartet pour le Moyen-Orient prévue dans le courant de ce mois pour rechercher une solution diplomatique au conflit israélo-palestinien.

L’invitation fait suite à une décision prise par le Quartet en février pour inclure les pays arabes dans l’effort diplomatique pour relancer le processus de paix entre Israël et les Palestiniens. Mogherini a déclaré que l’UE avait « revitalisé le travail du Quartet » et exprimé l’espoir que cela pourrait aider à « rouvrir de horizons potentiels et politiques pour les négociations. »

Posted by European Union in Israel on Thursday, 10 September 2015

L’Initiative de paix arabe de 2002 appelle à un retrait israélien des Territoires palestiniens en échange d’une normalisation complète des relations entre Israël et le monde arabe.

L’AFP et l’équipe du Times of Israel ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...