Israël élargit la zone de pêche de Gaza
Rechercher

Israël élargit la zone de pêche de Gaza

Les Palestiniens ont le droit de pêcher à 15 milles nautiques au large de l'enclave ; il semblerait que ce soit le premier pas vers un cessez-le-feu de 6 mois avec le Hamas

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des pêcheurs palestiniens nettoient un filet après une nuit de pêche, au port de Gaza, le 3 avril 2019. (Crédit : AP/Khalil Hamra)
Des pêcheurs palestiniens nettoient un filet après une nuit de pêche, au port de Gaza, le 3 avril 2019. (Crédit : AP/Khalil Hamra)

Israël a annoncé mardi l’élargissement de la zone de pêche autour de la bande de Gaza à 15 milles nautiques. Il semblerait que ce soit le premier pas vers un cessez-le-feu de 6 mois avec le Hamas, le groupe terroriste qui contrôle l’enclave côtière.

Le général de division Kamil Abu Rokon, coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT) a déclaré dans un communiqué que cette mesure était destinée à empêcher « la dégradation des conditions humanitaires dans la bande de Gaza et est conforme à la politique de distinction entre les terroristes et le reste de la population ».

Israël refuse de reconnaître officiellement l’existence d’un accord de cessez-le-feu, mais se conforme largement aux dispositions qu’il est censé prévoir.

Lundi soir, la Douzième chaîne israélienne a rapporté que l’accord de cessez-le-feu prévoit que le Hamas fasse cesser les incidents violents le long de la clôture frontalière, maintienne une zone tampon de 300 mètres autour de la frontière, et stoppe le lancer de ballons incendiaires en directions des communautés israéliennes et les affrontements nocturnes entre les Gazaouis et les forces de sécurité ainsi que le flottilles qui tentent de forcer la frontière maritime entre Gaza et Israël.

En échange, Israël a élargi la zone de pêcher et autorisera les programmes cash-for-work des Nations unies, l’entrée de médicaments et d’aide civile dans l’enclave, et l’ouverture de négociations sur les dossiers relatifs à l’électricité, aux points de passage, à la santé et aux fonds.

Si l’accord est maintenu, Israël et le Hamas devraient parler d’un échange de prisonniers. Le groupe terroriste détient captifs les civils israéliens Avera Mengistu et Hisham al-Sayed, et les dépouilles des soldats Hadar Goldin et Oron Shaul, tombés au combat en 2014.

L’accord a été négocié avec l’intervention de l’Egyptien et les Nations unies.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...