Israël en guerre - Jour 179

Rechercher

« La haine de la vie de la Torah », à l’origine de l’élan sur le service militaire haredi, dit un rabbin

Moshe Hillel Hirsch a déclaré à ses étudiants que certains Israéliens ne réalisent tout simplement pas que l'étude de la Torah sauve le pays, ajoutant que la communauté devra se défendre - peut-être jusqu'au "sacrifice"

Le rabbin Moshe Hillel Hirsch, chef de la yeshiva Slabodka Yeshiva, vu à Bnei Brak, le 27 février 2024. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)
Le rabbin Moshe Hillel Hirsch, chef de la yeshiva Slabodka Yeshiva, vu à Bnei Brak, le 27 février 2024. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)

Un rabbin ultra-orthodoxe de premier plan a récemment déclaré que certains de ceux qui poussent au recrutement, au sein de l’armée, des Haredim réclament qu’une telle initiative soit prise parce qu’ils haïssent la religion, et il a ajouté que la communauté devra se défendre pour préserver l’étude de la Torah, ce qui nécessitera probablement « des sacrifices ».

Le rabbin Moshe Hillel Hirsch a tenu ces propos pendant un débat qui a eu lieu la semaine dernière à la yeshiva Slabodka de Bnei Brak qu’il dirige, a annoncé la Douzième chaîne dans la soirée de samedi.

Hirsch s’est exprimé après une décision prise, la semaine dernière, par la Haute-cour, qui a fait savoir que le gouvernement devait cesser de financer les yeshivot ultra-orthodoxes dont les étudiants sont éligibles au service militaire, le cadre légal qui leur permettait jusque là d’être exemptés expirant à la fin du mois de mars.

Un tournant spectaculaire dans une bataille, vieille de plusieurs décennies, sur l’exemption de service militaire des membres de la communauté ultra-orthodoxe, qui sont nombreux à étudier la Torah dans ces séminaires religieux au lieu de servir dans l’armée. Les opposants à ces exemptions affirment que le fardeau de la défense du pays doit être partagé de manière équitable par toute la population.

Prenant la parole devant les étudiants de sa yeshiva, samedi dernier dans la soirée, Hirsch a indiqué que la décision prise par les juges revenait « à annuler complètement, à l’heure actuelle, notre droit à apprendre la Torah sur la Terre d’Israël ».

« Nous aurons peut-être besoin de nous sacrifier au nom de la Torah », a-t-il poursuivi, déclarant « qu’il est impossible de savoir exactement sous quelle forme ».

Des étudiants étudiant à la yeshiva Kamenitz, à Jérusalem, le 25 juillet 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90/Dossier)

Sur le même ton, continuant à évoquer une attaque contre l’orthodoxie religieuse, Hirsch a expliqué qu’il y avait deux catégories de personnes « qui poussent à nous faire abandonner la Torah ».

La première, a-t-il noté, ne voue pas de haine à l’encontre des ultra-orthodoxes ou de la religion en particulier mais parce qu’elle est constituée de non-croyants, elle « ne réalise pas que c’est la Torah qui nous sauve » et qui vient au secours du pays face à ses ennemis dans la région.

La deuxième catégorie, a continué Hirsch, est motivée par « la haine de la religion », « la haine de la Torah » et la haine de ceux qui se consacrent son étude, bien loin d’un objectif d’égalité.

« Il y a des preuves » attestant de cette réalité « dans ce qui est arrivé ces derniers jours, mais je ne veux pas m’attarder là-dessus », a-t-il dit. « Tout ça est entraîné par la haine. La haine à notre encontre. La haine de la religion. La haine de la Torah. Et la haine des érudits de la Torah ».

« Ces gens veulent nous détruire et nous devrons nous défendre. Il faudra faire preuve d’abnégation, il faudra des sacrifices. J’espère ne pas en arriver là. Mais il est très possible que nous devions nous sacrifier quand nous devrons nous défendre contre eux. Et ce n’est pas le moment d’entrer dans les détails ».

Les manifestations contre le service militaire des haredim, dans le passé, ont souvent donné lieu à des affrontements violents avec la police.

Des policiers israéliens tentant de déloger par la force des manifestants ultra-orthodoxes qui protestent contre leur enrôlement dans l’armée israélienne, à Jérusalem, le 18 mars 2024. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Une résolution gouvernementale datant du mois de juin 2023, qui donnait pour instruction à Tsahal de ne pas enrôler les étudiants haredim malgré l’expiration d’une loi qui était consacrée à la question, a expiré dimanche à minuit.

Le jugement rendu par la Cour, qui est entré en vigueur le 1er avril, est survenu après que le gouvernement a reporté, pendant des jours, la soumission auprès des juges d’une proposition visant à renforcer l’enrôlement des ultra-orthodoxes au sein de Tsahal.

Les partis haredim avaient fustigé la décision prise par la Haute-cour. Le leader du parti Yahadout HaTorah, le ministre du Logement et de la Construction Yitzhak Goldknopf, avait évoqué « une grave atteinte portée à ceux qui consacrent leur labeur à la Torah » ainsi « qu’une souillure, un scandale ».

Le chef du Shas, Aryeh Deri, avait pour sa part dénoncé une décision qui constituait, à ses yeux « une maltraitance sans précédent de l’étude de la Torah au sein de l’État juif ».

La majorité des hommes juifs sont dans l’obligation d’effectuer un service de presque trois ans, qui est suivi de longues années de devoir de réserve. Les citoyennes juives passent elles deux ans sous les drapeaux pour un grand nombre d’entre elles. Mais les Haredim, puissants politiquement, qui comptent pour environ 13 % de la société israélienne, bénéficient traditionnellement d’exemptions lorsqu’ils étudient à plein temps dans les yeshivot. Les exemptions – et les allocations gouvernementales qui sont versées à ces étudiants de la Torah jusqu’à l’âge de 26 ans – exaspèrent le public israélien de façon générale.

Une frustration qui a atteint un pic depuis l’attaque terroriste du Hamas dans le sud d’Israël, en date du 7 octobre, et la guerre qui a suivi, avec le bilan humain qui s’alourdit dans les rangs de Tsahal et au moment où il est demandé à certains réservistes de prolonger leur service dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre face aux menaces croissantes qui planent sur Israël.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.