Israël en guerre - Jour 116

Rechercher

Le directeur de l’hôpital al-Shifa de Gaza arrêté par Tsahal

Mohammad Abu Salmiya serait détenu pour interrogatoire alors que les troupes continuent de découvrir des preuves de l'activité du Hamas à l'intérieur et sous l'hôpital

Le Dr. Mohammad Abu Salmiya, directeur de l'hôpital al-Shifa dans la ville de Gaza, donnant un point de presse concernant les répercussions de la pénurie de carburant sur l'hôpital, le 1er novembre 2023. (Crédit : HO/Hamas Media Office/AFP Photo)
Le Dr. Mohammad Abu Salmiya, directeur de l'hôpital al-Shifa dans la ville de Gaza, donnant un point de presse concernant les répercussions de la pénurie de carburant sur l'hôpital, le 1er novembre 2023. (Crédit : HO/Hamas Media Office/AFP Photo)

Le directeur de l’hôpital al-Shifa, dans la ville de Gaza, a été arrêté par l’armée israélienne jeudi matin en même temps que plusieurs autres membres du personnel soignant, a indiqué un médecin de l’hôpital.

« Mohammad Abu Salmiya a été arrêté avec plusieurs autres médecins de haut rang », a déclaré Khalid Abu Samra, chef de département à l’hôpital.

La radio de l’armée a rapporté qu’Abu Salmiya avait été arrêté alors qu’il s’apprêtait à évacuer vers le sud de la bande de Gaza via un corridor humanitaire ouvert par Tsahal.

Selon un reportage de la chaîne publique israélienne Kan, Abu Salmiya est interrogé par l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet et les services de renseignement de Tsahal.

Medhat Abbas, directeur du ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, a confirmé l’arrestation d’Abu Salmiya, tandis que Tsahal n’a fait aucun commentaire officiel, se contentant de dire qu’il examinait les informations.

L’hôpital al-Shifa a été l’un des principaux axes de l’opération israélienne contre le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza, déclenchée le 7 octobre lorsque quelque 3 000 terroristes ont pris d’assaut la frontière avec Israël et déclenché une attaque sans précédent contre les communautés du sud du pays, tuant 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et prenant au moins 240 otages.

Les soldats israéliens devant l’hôpital al-Shifa, à Gaza, le 22 novembre 2023. (Crédit : Victor R. Caivano/AP)

En réponse, Israël a juré d’éliminer le Hamas de Gaza et de mettre fin au règne de 15 ans du groupe terroriste, lançant une opération aérienne puis une incursion terrestre pour atteindre son objectif.

Depuis le début de la guerre, Israël a présenté des preuves corroborant ses allégations de longue date selon lesquelles le Hamas utilise l’hôpital al-Shifa comme plaque tournante opérationnelle et centre de commandement. Les États-Unis ont ensuite corroboré les preuves présentées par Israël.

Les troupes de Tsahal ont pénétré pour la première fois dans l’hôpital le 15 novembre et se sont lentement frayé un chemin à travers le complexe afin de découvrir les bunkers et les tunnels souterrains à partir desquels, selon elles, le Hamas opère.

Au cours des premières fouilles menées à l’intérieur de l’hôpital, les troupes ont découvert des fusils d’assaut, des grenades et d’autres équipements militaires cachés dans les chambres de l’hôpital.

L’intérieur d’un tunnel du Hamas découvert sous l’hôpital al-Shifa de Gaza, sur une photo publiée le 21 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Mercredi, Tsahal a déclaré avoir forcé une porte anti-explosion à l’extrémité d’un de ces tunnels du Hamas découverts la semaine dernière, et a publié deux images, l’une montrant la porte ouverte et l’autre plus loin à l’intérieur du tunnel.

Israël a également publié les images de surveillance de l’hôpital du 7 octobre, qui montrent des terroristes du Hamas amenant au centre hospitalier un citoyen népalais et un citoyen thaïlandais qui ont été enlevés en Israël le 7 octobre.

D’autres images diffusées par Tsahal à partir des caméras de surveillance d’al-Shifa montrent des terroristes du Hamas à l’intérieur de l’hôpital et à l’extérieur des chambres des otages, ainsi que des véhicules volés de Tsahal amenés au centre hospitalier.

Alors que le personnel d’al-Shifa, notamment Abu Salmiya, continue de nier que l’hôpital est utilisé par le groupe terroriste, un ancien membre du personnel, un médecin britannique, a confirmé dans une interview récente qu’il ne pouvait pas se rendre dans certaines zones de l’hôpital sous peine d’être abattu.

Dans une récente interview accordée à la chaîne anglophone du radiodiffuseur français France24, le médecin, qui a refusé de donner son nom par crainte de mettre en danger ses collègues à Gaza, a déclaré qu’il avait travaillé à al-Shifa et dans d’autres hôpitaux de Gaza et de Cisjordanie pendant trois mois, il y a trois ans.

Le médecin a également indiqué au journaliste que si le personnel de l’hôpital craignait à 10 % d’éventuelles frappes aériennes israéliennes, il craignait à 90 % d’être persécuté par le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Emanuel Fabian et Gianluca Pacchiani ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.