Le mémorial de la Shoah d’Athènes vandalisé
Rechercher

Le mémorial de la Shoah d’Athènes vandalisé

Les inscriptions en grec et en français par Elie Wiesel, à la mémoire des 60 000 Juifs grecs tués, ont été effacées

Le texte d'Elie Wiesel sur le mémorial de la Shoah, à Athènes. (Crédit : CC BY-SA Tilemahos Efthimiadis, Wikimedia Commons)
Le texte d'Elie Wiesel sur le mémorial de la Shoah, à Athènes. (Crédit : CC BY-SA Tilemahos Efthimiadis, Wikimedia Commons)

Des vandales ont effacé des inscriptions d’Elie Wiesel, sur un mémorial de la Shoah à Athènes.

Selon le journal anglophone Greek Reporter, des individus auraient vandalisé samedi un monument à la mémoire de 60 000 Juifs grecs tués pendant la Seconde Guerre mondiale.

Wiesel, un survivant de la Shoah, devenu écrivain renommé et Prix Nobel de la Paix, avait écrit un texte spécialement pour cette plaque. Elle était écrite en grec, en français et en anglais, et seule l’inscription en anglais reste encore visible.

« L’appel d’Elie Wiesel aux passants à s’arrêter, à se souvenir, à honorer les victimes à été transformée en un acte d’irrespect, d’insulte, de vandalisme », a déclaré Minor Moisis, président de la communauté juive d’Athènes, selon l’European Jewish Press.

Elie Wiesel à Paris après avoir reçu le prix littéraire français Médicis pour son roman « Le Mendiant de Jérusalem, » le 26 novembre 1968. (Crédit : AFP / Getty Images)

Il a déclaré le que le mémorial restera ouvert et accessible au public.

Conçu par l’artiste grecque-américain DeAnna Maganias, le monument a été érigé en 2010.

Situé dans un petit parc qui surplombe le site archéologique de Keramikos, le mémorial est composé de morceaux d’une étoile de David en marbre, qui représentent chacun une communauté juive perdue. Les noms de communautés ont été gravées dans les pièces de marbres, orientées vers l’endroit où elles vivaient.

Aujourd’hui, on compte 5 000 Juifs en Grèce.

L’acte de vandalisme de samedi n’est pas la première tentative de profanation du mémorial.

En 2014, des menaces contre la communauté juive avaient été taguées sur le monument, et quelques mois plus tard, le logo d’un groupe ultra-nationaliste, les Unaligned Meander Nationalists, avaient été taggués en bleu sur le mémorial.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...