Le Midburn Israël sur les braises
Rechercher

Le Midburn Israël sur les braises

Le festival Midburn, qui doit débuter mercredi avec 6 000 participants, se heurte à des difficultés avec la police

L'installation artistique « Le Temple", une structure géante, a été brûlée à la fin de Midburn 2014 après plus de 24 heures de négociations avec la police. (Crédit : Sharon Avraham / MIdburn)
L'installation artistique « Le Temple", une structure géante, a été brûlée à la fin de Midburn 2014 après plus de 24 heures de négociations avec la police. (Crédit : Sharon Avraham / MIdburn)

Les préparatifs pour l’équivalent israélien du Burning Man Festival ont été temporairement interrompus, tandis que les organisateurs affrontent des désaccords avec la police sur les permis.

Midburn est un événement de cinq jours calqué sur le festival du Nevada, qui encourage l’autonomie et l’expression de soi.

Selon un courriel des organisateurs, les initiateurs de Midburn négocient avec la police pour divers permis depuis quatre mois.

« Il y a plus d’un mois, nous avons déposé un document exprimant nos préoccupations concernant les conditions de licence établies par la police », ont déclaré les organisateurs.

« Les discussions ont eu lieu dans divers forums avec la police, et plus nous demandions des explications claires de ces exigences, plus nous étions confrontés à de nouvelles exigences plus strictes, sans aucune explication. Dès lors, toutes nos demandes pour d’autres rencontres ont essuyé une réponse négative. »

Le tribunal de Beer Sheva a imposé un ordre d’arrêt des travaux sur le festival, interrompant les préparatifs, y compris la construction de plus de 70 dispositifs artistiques et des dizaines de stands à thème.

« La police a présenté cette demande car les organisateurs n’ont pas agi pleine conformité avec ses demandes – afin que celle-ci puisse assurer la sûreté et la sécurité du public et des participants à l’événement – mais ont poursuivi leurs préparatifs », a déclaré la porte-parole du district de police du Néguev, Nava Tavou.

« Sur la base de ce que nous voyons, nous ne pouvons prendre le risque de poursuivre l’organisation de cet événement sans les permis appropriés de la police israélienne. Pour ces raisons, et parce que la sécurité du public et la sécurité des futurs participants priment, nous défendons l’intimé de suspendre l’événement », a statué la police dans son recours devant les tribunaux.

Le tribunal devrait se prononcer sur l’événement le dimanche matin. Tous les festivals et les grands rassemblements en Israël doivent recevoir les permis nécessaires des autorités, qui comprennent les pompiers, la police et l’armée.

L’année dernière, lors de l’événement, la police a refusé la permission de brûler certaines installations artistiques.

Le nom « Burning Man » vient de l’événement central du festival : brûler une énorme statue en bois lors d’une cérémonie de danse du feu et de tambours. La police a finalement autorisé d’ouvrir le festival avec la combustion de deux grandes installations artistiques après 24 heures de négociations.

Quelque 6 000 participants doivent assister à Midburn cette année, plus du double de l’an dernier.

Nombre de participants créent des camps thématiques tournant autour de la musique, l’art, la méditation, la nourriture, ou le spectacle. Les artistes travaillent en équipe pendant des mois pour créer des installations artistiques géantes à travers le désert.

Aucune somme d’argent n’est échangée pendant le festival (sauf pour des glaces). Les participants dansent dans des raves toute la nuit sous les étoiles, se câlinent au lieu de se serrer la main, et essayent de laisser un désert impeccable à leur départ.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...