Le portrait de Jésus retrouvé dans une église d’Israël est l’un des plus vieux
Rechercher
Première image du baptême de Jésus en Terre Sainte

Le portrait de Jésus retrouvé dans une église d’Israël est l’un des plus vieux

Jeune avec “des cheveux courts et bouclés, un visage allongé, de grands yeux et un nez allongé”, c’est l’image trouvée dans le village antique de Shivta dans le Néguev

Amanda Borschel-Dan édite la rubrique « Le Monde Juif »

  • Une partie de la quarantaine d'Israéliens qui ont fait une randonnée de Petra à Avdat le long de l'ancienne route des épices nabatéenne, février 2018. (Crédit : autorisation)
    Une partie de la quarantaine d'Israéliens qui ont fait une randonnée de Petra à Avdat le long de l'ancienne route des épices nabatéenne, février 2018. (Crédit : autorisation)
  • Le professeur Guy Bar-Oz, responsable du laboratoire d'archéo-zoologie de l'institut d'archéologie Zinman de l'université de Haïfa à la fouille de Shivta dans le Néguev. (Crédit : autorisation)
    Le professeur Guy Bar-Oz, responsable du laboratoire d'archéo-zoologie de l'institut d'archéologie Zinman de l'université de Haïfa à la fouille de Shivta dans le Néguev. (Crédit : autorisation)
  • L'imagerie VIL de la partie supérieure de l'abside révèle des détails très importants, invisibles à l'œil nu et jamais détectés auparavant. Les chiffres indiquent les rayons de lumière. Le contour des blocs de pierre a été ajouté afin de mieux orienter les rayons et les figures dans l'abside (Crédit : Ravit Linn, 2016)
    L'imagerie VIL de la partie supérieure de l'abside révèle des détails très importants, invisibles à l'œil nu et jamais détectés auparavant. Les chiffres indiquent les rayons de lumière. Le contour des blocs de pierre a été ajouté afin de mieux orienter les rayons et les figures dans l'abside (Crédit : Ravit Linn, 2016)
  • La chapelle de l'église nord de l'époque byzantine à Shivta dans le Néguev. (Crédit : Dror Maayan)
    La chapelle de l'église nord de l'époque byzantine à Shivta dans le Néguev. (Crédit : Dror Maayan)
  • La reconstitution du Dr Emma Maayan-Fanar du visage de Jésus a été retrouvée dans une église nord de l'époque byzantine à Shivta, dans le Néguev. (Crédit : Dror Maayan)
    La reconstitution du Dr Emma Maayan-Fanar du visage de Jésus a été retrouvée dans une église nord de l'époque byzantine à Shivta, dans le Néguev. (Crédit : Dror Maayan)

Une représentation précoce de Jésus a récemment été découverte dans une église byzantine du VIe siècle, située dans le désert du Néguev. Le Dr Emma Maayan-Fanar a identifié le portrait du messie chrétien à partir de quelques contours flous et après une série de coïncidences presque miraculeuses.

Les professeurs Guy Bar-Oz, Yotam Tepper et Ravit Linn, historiens de l’art à l’université de Haifa et l’historienne de l’art Maayan-Fanar, participent à un projet de recherche interdisciplinaire pluriannuel intitulé “Programme de recherche en bio-archéologie du Néguev byzantin” sur le site du patrimoine mondial de l’UNESCO Shivta. Son objectif déclaré est d’examiner “les raisons de l’effondrement d’une société complexe dans une région écologiquement marginale il y a 1 500 ans”.

Maayan-Fanar a déclaré au Times of Israel cette semaine que lors d’une récente visite à l’église du Nord, l’une des trois sur le site, elle a jeté un coup d’œil sur l’abside du baptistère au-dessus d’elle et a immédiatement vu le visage de Jésus la regarder.

“J’étais sous l’abside au bon endroit au bon moment. C’est tellement caché – c’est impossible à voir – mais les conditions de la lumière étaient parfaites”, a déclaré Maayan-Fanar.

Dans un article paru dans l’édition d’août de la revue Antiquity, l’équipe de recherche écrit que le visage, représenté dans une représentation plus large du baptême de Jésus, est “la première scène de baptême du Christ pré-iconoclaste trouvée en Terre Sainte.”

Contrairement aux robes et aux cheveux fluides que l’on retrouve habituellement dans les représentations occidentales, le Jésus que l’on voit ici est jeune, avec une coiffure bouclée et crantée.

Le visage de Jésus retrouvé dans l’église nord de l’époque byzantine, à Shivta dans le Néguev. (Crédit : Dror Maayan).

Dans l’article, les chercheurs écrivent : “Malgré son état fragmentaire, il révèle un visage de jeune homme représenté dans la partie supérieure de l’abside. Le visage a des cheveux courts et bouclés, un visage prolongé, de grands yeux et un nez allongé.”

“Le visage du Christ dans cette peinture est une découverte importante en soi. Il appartient au schéma iconographique d’un Christ aux cheveux courts, particulièrement répandu en Égypte et en Syro-Palestine, mais qui a disparu de l’art byzantin. Les textes du début du VIe siècle contiennent des polémiques concernant l’authenticité de l’aspect physique du Christ, y compris sa coiffure. Sur la base de l’iconographie, nous estimons que cette scène a également été peinte au 6e siècle de notre ère”, écrivent les auteurs.

Pour le non-initié, les légères lignes prises en photo par son mari, le photographe professionnel Dror Maayan, ressemblent en quelque sorte à des taches de fer, souvent retrouvées après une pluie dans le désert. Comme le dit le professeur James Davila, un blogueur/universitaire biblique : “À mon sens, la nouvelle représentation murale de Jésus ressemble à une de ces images de ‘Jésus sur un morceau de pain grillé’ qui apparaissent constamment sur Internet.”

La clé, cependant, consiste à regarder les contours avec un œil avisé. Dans son post incluant l’article de Haaretz qui a révélé l’histoire cette semaine, Davila a ajouté : “Mais je suis sûr que les historiens de l’art regardant le mur d’origine peuvent le voir mieux que moi.”

Pour l’article paru dans la revue Antiquity, Maayan-Fanar a créé une reconstruction au crayon de l’image sur une photographie haute résolution prise par son mari. Avec ces lignes directrices, les traces deviennent le portrait d’un jeune homme.

Mais est-ce Jésus ?

La reconstitution du Dr Emma Maayan-Fanar du visage de Jésus a été retrouvée dans une église nord de l’époque byzantine à Shivta, dans le Néguev. (Crédit : Dror Maayan)

Selon Maayan-Fanar, il y a peu de doute. L’art et l’iconographie du début du christianisme suivent des modèles bien connus, a-t-elle déclaré.

“Ceux qui connaissent l’iconographie du christianisme primitif peuvent reconnaître une telle image même à partir de presque rien”, a-t-elle déclaré.

L’emplacement de l’image dans le baptistère où subsistent des vestiges du bassin de baptême en pierre en forme de croix, augmente sa certitude.

Maayan-Fanar a également identifié une seconde figure plus grande, Jean-Baptiste. Cette combinaison d’un grand Jean-Baptiste avec un Jésus jeune est courante dans l’art chrétien. “Les traces de peinture dans l’abside suggèrent que ces visages faisaient partie d’une scène plus vaste, qui pourrait contenir des visages supplémentaires”, écrivent les chercheurs.

La découverte de cette peinture est “extrêmement importante”, écrivent-ils. “Jusqu’à présent, c’est la seule scène de baptême du Christ in situ qui date avec certitude de l’époque de la Terre sainte pré-iconoclaste. Par conséquent, elle peut éclairer sur la communauté chrétienne byzantine Shivta et l’art paléo-chrétien dans la région.”

Plus de recherches à l’horizon

Des détails supplémentaires entourent le visage de Jésus au centre de la scène, cachés sous une accumulation de poussière et de boue. Selon les chercheurs, la couche de saleté a protégé la peinture sous-jacente de toute détérioration supplémentaire.

La conservateur Linn a déclaré que l’équipe envisageait d’utiliser une variété de techniques et de technologies pour trouver autant d’informations que possible sur la peinture. L’astuce consiste à voir l’invisible sans le toucher et sans causer de détérioration supplémentaire.

Ce qui est révolutionnaire dans le domaine de l’archéologie, a-t-elle déclaré, est qu’une grande partie de ce travail peut maintenant être effectuée sur le terrain, plutôt qu’en rapportant des échantillons au laboratoire.

“Nous essayons d’obtenir le plus d’informations possible sur place, mais il n’y a pas grand-chose à faire, je suis d’accord”, a déclaré Linn. Elle a déclaré que l’identification de l’image en tant que Jésus était beaucoup plus qu’une “supposition éclairée” basée sur des exemples parallèles trouvés ailleurs dans la chrétienté primitive.

La chapelle de l’église nord de l’époque byzantine à Shivta dans le Néguev. (Crédit : Dror Maayan)

L’année dernière, l’équipe a publié une autre image de Jésus : une scène de métamorphose dans l’église méridionale du site, datant du milieu du IVe siècle de notre ère, qui n’est que l’un des deux exemples figuratifs de la scène du début de la période chrétienne, selon les chercheurs.

La datation du tableau de Jésus ne peut pas être donnée avec une certitude absolue, mais une inscription gravée sur le sol de l’église date de la rénovation de la structure à 640 de notre ère. Un graffiti arménien indique que l’église n’a pas été abandonnée avant le 9e siècle.

En utilisant l’imagerie par luminescence induite visible (VIL), l’équipe a cartographié la répartition du pigment bleu égyptien dans la peinture et a révélé des étoiles inédites jaillissant de la lumière émanant des corps de Jésus et d’autres personnages trouvés sur place.

“Bien que ce motif soit une partie importante du récit de la Transfiguration et qu’il apparaisse dans la plupart des scènes qu’il décrit ailleurs, il n’avait pas été identifié auparavant dans cette peinture car il était indétectable par aucune autre technique d’inspection”, écrivent les chercheurs.

L’imagerie VIL de la partie supérieure de l’abside révèle des détails très importants, invisibles à l’œil nu et jamais détectés auparavant. Les chiffres indiquent les rayons de lumière. Le contour des blocs de pierre a été ajouté afin de mieux orienter les rayons et les figures dans l’abside (Crédit : Ravit Linn, 2016)

Linn a déclaré que le plan de recherche et de conservation pour la nouvelle peinture trouvée cette année dans l’église du nord est toujours en préparation. L’équipe prévoit d’examiner chaque bloc de pierre individuellement et dans son ensemble.

“Avant de faire quoi que ce soit, nous devons savoir ce que nous allons faire et avec quoi”, a-t-elle déclaré, ajoutant que l’image ne représentait qu’une petite partie du projet beaucoup plus vaste en bioarchéologie en cours.

Une approche 360 de l’érudition archéologique

Le projet est basé à l’Institut d’archéologie Zinman de l’université de Haïfa et dirigé par Bar-Oz, mais regroupe des scientifiques issus d’un large éventail de disciplines. Les publications précédentes ont mis en lumière l’agriculture et l’élevage dans le désert, ainsi que d’autres découvertes archéologiques.

“Shivta est le point central de notre projet en cours visant à explorer les forces et les processus qui ont permis l’épanouissement d’une société urbaine et agricole en plein essor pendant la période byzantine dans la région aride du Néguev, afin de comprendre les facteurs qui ont conduit à son déclin”, écrivent les chercheurs.

Le professeur Guy Bar-Oz, responsable du laboratoire d’archéo-zoologie de l’institut d’archéologie Zinman de l’université de Haïfa à la fouille de Shivta dans le Néguev. (Crédit : autorisation)

Situé au fond du désert du Néguev, Shivta a été colonisée, potentiellement par les nomades Nabatéens, au début de la période romaine. Selon les archéologues, “la colonie aurait été établie pour la première fois par les Nabatéens au Ier siècle de notre ère, avant l’annexion romaine de la région (105/106 de notre ère), qui aurait pu être continuée par d’autres au cours de la période romaine”, a déclaré Tepper.

Le village atteignit son apogée dans une implantation légèrement éloignée du village nabatéen à l’époque byzantine (Ve-VIe siècle de notre ère). Il a finalement été abandonné peu de temps après sa transition culturelle et sa transformation au début de la période islamique (du milieu du VIIe siècle au milieu du VIIIe siècle de notre ère) avant d’être redécouvert par les archéologues de Terre Sainte au XIXe siècle, écrit l’équipe de recherche dans un rapport récent, “Analyse de la transition byzantine et islamique précoce dans le Néguev : les fouilles renouvelées de Shivta, 2015-2016.”

Il y avait eu des fouilles précédentes sur le site, dont certaines qui avaient “vaguement évoqué” le visage de Jésus découvert à la fin des années 1920, écrit Maayan-Fanar dans l’article du mois d’août du magazine Antiquity. Mais la documentation des fouilles était partielle – voire inexistante – et l’équipe de l’université de Haïfa a estimé que le champ était ouvert pour de nouvelles recherches.

Une partie de la quarantaine d’Israéliens qui ont fait une randonnée de Petra à Avdat le long de l’ancienne route des épices nabatéenne, février 2018. (Crédit : autorisation)

Fait intéressant, peut-être en raison de la chaîne de peuplement multiculturel, il existe une légende urbaine qui fait de la promotion du site un centre de coexistence interconfessionnelle. Selon les auteurs, cela n’est pas vraiment corroboré par les empreintes archéologiques.

“La présence de trois grandes églises indique que Shivta était une communauté chrétienne prospère. En comparaison, la mosquée est nettement plus petite que les monuments précédents, ce qui laisse présager un déclin de la population sur le site”, écrivent-ils.

Il semble, écrit-on, que bien que la mosquée soit située au centre à côté de l’église sud et des réservoirs publics, la population du village a fortement diminué pendant la première période islamique. Selon les conclusions de l’équipe, ces premiers musulmans auraient été principalement trouvés “dans des structures byzantines abandonnées et détruites”, ce qui pourrait indiquer un remplacement de la population plutôt que la coexistence.

La coexistence, l’agriculture et même le visage de Jésus ne sont que quelques-unes des pièces du puzzle examinées par l’équipe multidisciplinaire.

“Nous poursuivons les recherches et prévoyons qu’il y aura beaucoup plus de projets intéressants dans un proche avenir”, a déclaré Linn.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...